Approfondir les relations franco-vietnamiennes dans tous les secteurs

Par Lepetitjournal Ho Chi Minh Ville | Publié le 13/05/2022 à 07:14 | Mis à jour le 13/05/2022 à 07:14
Photo : Madame Emmanuelle Pavillon-Grosser, Consule générale de France au Vietnam
Madame Emmanuelle Pavillon-Grosser, Consule générale de France au Vietnam

«Notre idée, c’est de continuer à approfondir les relations franco-vietnamiennes dans tous les secteurs». Madame Emmanuelle Pavillon-Grosser, Consule générale de France, à Hô Chi Minh-Ville, a accepté de répondre à nos questions.

Il n’est pas rare que les entrepreneurs français basés au Vietnam aient l’occasion de se rencontrer pour échanger des expériences et échafauder des projets d’avenir.

Pas plus tard que ce mardi 10 mai, un petit groupe d’entre eux étaient réunis à Hô Chi Minh-Ville, en présence, notamment, de Madame Emmanuelle Pavillon-Grosser, Consule générale de France, qui a eu l’amabilité de répondre à quelques questions.

 

 

Le Petit journal : Comment comptez-vous développer les synergies entre les entrepreneurs français et le Vietnam ?

 

Emmanuelle Pavillon-Grosser : Le Consulat Général abrite des services administratifs mais pour développer les synergies entre les entrepreneurs français et le Vietnam, il héberge aussi des services de l’Ambassade, dont Business France qui a la charge d’accompagner les entreprises françaises qui veulent se développer et exporter au Vietnam, en leur apportant les conseils dont elles ont besoin (les informations sur le marché ou sur des partenaires potentiels), et en organisant des événements de promotion des savoir-faire français. Citons aussi la formidable expérience du Volontariat International en Entreprise, qui offre une expérience à de jeunes professionnels de France et de l’UE. Nous avons aussi la chance d’avoir une Chambre de Commerce et d’Industrie franco-vietnamienne particulièrement dynamique, avec ses comités sectoriels qui permettent aux entreprises françaises et vietnamiennes de réfléchir ensemble aux sujets qui les animent et aux tendances de marché. Nous ne sommes pas seuls, au Consulat, nous avons une vraie équipe!

 

 

LPJ : La France et le Vietnam se préparent à la célébration du 50e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques. Pouvez-vous revenir plus en détails sur les 10 dernières années, même si vous n’étiez pas encore en poste ?

 

Emmanuelle Pavillon-Grosser : Cette question est assez complexe puisque le Vietnam est un pays qui évolue à une vitesse fulgurante. En 10 ans, et même 30 ans, le pays s’est tellement développé qu’il est devenu de plus en plus attractif aux yeux des Français, tant pour y vivre que pour y créer une entreprise. Il y a donc eu un fort développement économique, mais aussi culturel.

Les relations s’approfondissent tous les jours, et se traduisent aussi par de belles initiatives (on peut citer l’Institut du cœur, le PADDI en urbanisme, les jumelages, les coopérations décentralisées, culturelles et scientifiques, la ligne de métro 3 à Hanoï, etc.). Dans le domaine de l’éducation, nous sommes ravis de voir qu’il existe encore beaucoup d’écoles et de lycées qui proposent des sections bilingues français-vietnamien. Notre objectif est de pérenniser cette situation et d’encourager toujours plus d’étudiants vietnamiens à aller suivre une formation en France. En bref, nous souhaitons approfondir les relations franco-vietnamiennes dans tous les secteurs sans distinction.

 

Rencontre d'entrepreneurs français à Hô Chi Minh Ville au Vietnam
Madame la Consule générale de France rencontre des entrepreneurs Français à Hô Chi Minh Ville au Vietnam

 

 

LPJ : Quels sont les secteurs qui, pour vous, présentent le plus de potentiel ? Y en a-t-il certains en particulier qui présentent des atouts indéniables pour des entreprises françaises souhaitant se développer au Vietnam?

 

Emmanuelle Pavillon-Grosser : Les secteurs à haut potentiel sont nombreux, puisque nous avons la chance d’avoir une économie française très diversifiée. Je pense au secteur industriel et agro-alimentaire notamment. En revanche, il y a encore beaucoup de domaines dans lesquels les entreprises françaises ne sont pas encore présentes au Vietnam. Il y a donc des opportunités dans de nombreux secteurs, même si le covid-19 a créé beaucoup d’incertitudes notamment en termes d’investissement. L’économie vietnamienne avance à toute vitesse. Les industries manufacturières notamment (mobilier, textile, chaussure, électronique, etc.), l’agriculture et la transformation des produits (le Vietnam est l’un des premiers producteurs et exportateurs mondiaux de cafés, de noix de cajou, de cannes à sucre, fruits exotiques, etc.). Si les États-Unis sont l’une des premières destinations de ses exportations, l’Union européenne l’est aussi, et l’Accord de Libre-Échange entré en vigueur au 1er août 2020 devrait contribuer à augmenter les flux vers l’Europe mais aussi à hausser les standards de production, parce que les consommateurs sont exigeants et de plus en plus attentifs à l’impact social et environnemental. C’est une excellente occasion d’explorer le marché et ses opportunités dans ces secteurs.

Le développement du pays se fait tout aussi rapidement que celui de son économie, et les besoins en infrastructures sont également très importants (portuaire, aéroportuaire, électricité…). Le secteur de la santé, de la cosmétique et de la mode aussi présentent de belles opportunités. Ne négligez aucun secteur et interrogez Business France, ils sont là pour aider les entreprises françaises.

 

 

LPJ : Comment se passe la reprise économique pour les sociétés françaises au Vietnam depuis fin décembre/début janvier, par rapport au dernier trimestre de l’année 2021 ?

 

Emmanuelle Pavillon-Grosser : Les entreprises françaises sont unanimes : elles sont toutes en pleine croissance ! L’activité et la consommation ont repris, ce qui entraîne évidemment une croissance assez impressionnante, qui a des conséquences sur l’ensemble du territoire et à commencer par les entreprises françaises basées au Vietnam. Il faut tout de même se méfier du revers de la médaille : la reprise va forcément entraîner de l’inflation. Mais pour l’instant, tous nos partenaires économiques sont en pleine expansion.

 

 

LPJ : Quid des incertitudes qui demeurent? Vous évoquez l'inflation. Il reste encore des frictions sur la chaîne logistique, l’augmentation du prix du pétrole, le retour du tourisme venant de l'étranger étant encore que partiel au Vietnam …

 

Emmanuelle Pavillon-Grosser : La hausse des matières premières est contextuelle et mondiale. Tous les pays y sont confrontés. Elle se répercute à tous les niveaux de l’économie. La hausse du prix du pétrole en est un aspect. Elle permettra peut-être aussi de prendre conscience de l’urgence de trouver les substituts aux énergies fossiles. Ensuite, c’est aussi en tant qu’européens que nous agissons. Un Accord de Libre-Échange entre l’Union européenne et le Vietnam a été ratifié. Il prévoit la disparition de la plupart des barrières tarifaires et non-tarifaires. Or, il existe encore des secteurs dans lesquels il y a des obstacles trop importants, notamment dans la santé. Il faut que cet accord soit réciproque, et mis en œuvre par les deux parties. Eurocham, qui réunit les Chambres de commerce européennes, la CCIFV et le service économique de l’Ambassade de France à Hanoï, y travaille dans le dialogue avec nos partenaires vietnamiens. 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Ho Chi Minh Ville !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale