Vendredi 18 septembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

LYCEE INTERNATIONAL DE SAINT GERMAIN EN LAYE - Un système éducatif unique en France

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 19/07/2015 à 19:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 16:01

 

Le Lycée International de Saint-Germain-en-Laye est le seul lycée en France exclusivement composé de 13 sections internationales. Cet établissement public, dépendant de l'Education Nationale, scolarise 2 200 élèves de la maternelle au baccalauréat. Lepetitjournal.com a rencontré Joël Bianco, le proviseur du lycée, à l'occasion de l'ouverture de la section chinoise en septembre 2015.

Le Lycée International est composé de 13 sections internationales. On retrouve les sections britannique, polonaise, italienne, russe, allemande, portugaise, espagnole, américaine, danoise, suédoise, japonaise, norvégienne, néerlandaise. A partir de la rentrée de septembre le lycée en intégrera une 14ème : la section chinoise.

« L'établissement dispense une éducation française, qui est la base de notre enseignement, et à laquelle s'ajoutent des cours dans une langue étrangère. Ces cours composent 20% de l'emploi du temps des élèves » explique Joël Bianco. La particularité du Lycée International tient à cette dualité d'enseignement.

Cet atypisme résulte notamment de sa conception. Le Lycée International est créé en 1952 à l'initiative du Général Eisenhower, qui commandait les forces alliées en Europe lors de la Seconde Guerre Mondiale. Le Lycée a alors pour but de scolariser en France les enfants de militaires installés dans le pays, dans le cadre de l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord). Les sections sont créées dès son ouverture pour permettre un lien avec le pays d'origine.

« Lorsque le Général De Gaulle décide le retrait de l'OTAN en 1966, le Lycée connait une impulsion nouvelle en misant sur l'international civil » déclare le proviseur. L'établissement se développe ensuite au gré des rencontres et opportunités, qui permettent d'ouvrir de nouvelles sections.

Un réseau unique en France

Le Lycée accueille à lui seul 2 200 élèves, de la maternelle à la terminale. Or le Lycée a développé un réseau qui regroupe d'autres types d'établissements.

« Nous accueillons également des élèves externés en primaire, en provenance de 175 écoles d'Ile de France. Ces élèves viennent à Saint-Germain-en-Laye suivre les cours de leur section deux fois par semaine » explique Joël Bianco. 700 élèves viennent ainsi s'ajouter aux 2 200 que compte le Lycée.

Des établissements partenaires viennent élargir ce réseau. « 3 collèges ainsi que des écoles sont nos partenaires Ils accueillent des élèves de nos sections, mais fonctionnent de manière indépendante. Les cours de sections sont intégrés dans leur enseignement, sur place. Les élèves ne se déplacent pas » explique le proviseur.

Le double-enseignement, c?ur du modèle éducatif du Lycée

La particularité du Lycée International est qu'il prépare tous ses élèves à l'OIB (Option Internationale du Baccalauréat). En plus de suivre un cursus classique et en français, 20% du temps est alloué aux cours de section, aussi appelés « enseignements nationaux ». Les élèves étudient alors la littérature et l'histoire-géographie dans la langue étrangère qu'ils ont choisie pour leur enseignement de section.  « Ces cours sont dispensés par des professeurs  étrangers, qui appliquent un programme construit en partenariat avec les autorités françaises mais appliqué selon des méthodes propres à leur nationalité » déclare Joël Bianco. « Il s'agit d'une réelle immersion dans la culture étrangère » complète-il.

Une sélection s'opère pour intégrer le Lycée. Les candidats à l'entrée contactent en premier lieu la section de leur choix. Ils passent des tests oraux et écrits pour déterminer leur niveau de bilinguisme et leur niveau général d'éducation. " Chaque section me  propose ensuite la liste des élèves qu'elle a retenus. A partir de ces différentes propositions, j'établis alors une liste définitive que je soumets au directeur académique, seul habilité à prononcer l'affectation des élèves " explique Joël Bianco. " Lorsque j'effectue mon choix, je veille à maintenir un équilibre entre les différentes sections. Il faut savoir que pour l'enseignement français, nos élèves sont systématiquement brassés. Dans chaque classe, se retrouvent ainsi des élèves de toutes nationalités. Lors des conseils de classe, nous ne suivons pas l'ordre alphabétique, mais examinons les élèves section par section."

« La section la plus importante est la section britannique, qui regroupe 834 élèves. Ensuite viennent les Américains avec 707 élèves, puis les Allemands avec 626 élèves » précise le proviseur. Les sections de plus petites tailles sont généralement les plus récemment créées. Il s'agit par exemple de la section russe, créée en 2010 et regroupant 29 élèves. La section chinoise comptera quant à elle 9 élèves de seconde à la rentrée prochaine. Elle se mettra en place dans la suite logique de l'enseignement en chinois déjà dispensé en primaire et au collège.

Pour les élèves étrangers ne parlant pas le français, des classes spécialisées, dites de "Français Spécial", ont été mises en place à chaque niveau depuis les CE1 jusqu'à la classe de seconde. « Nous accueillons ainsi en seconde des élèves ne parlant pas un mot de notre langue, qui l'année d'après passent le bac de français et réussissent » précise le proviseur.

L'expérience de l'altérité

La cohabitation de ces différentes sections au sein d'un même établissement permet un brassage des cultures et crée une atmosphère cosmopolite, profitable aux élèves comme au personnel du lycée. « Il n'existe pas de tensions entre les différentes sections car nous avons tous un projet d'éducation commun. Ce multiculturalisme s'avère être un gage d'ouverture et de tolérance » précise le proviseur. « Les membres du Lycée développent des capacités d'adaptation remarquables et apprennent à prendre en compte l'autre » complète-il.

Les élèves sont ainsi très curieux et motivés. Cela se ressent notamment au travers des activités mises en place par le Lycée. La vie culturelle y est très développée. Des expositions, des concerts et des fêtes ont lieu sur place, tandis que des activités sportives et culturelles sont organisées à l'extérieur. « Nous mettons nos élèves en situation afin de leur transmettre des savoirs et éveiller leur curiosité » déclare le proviseur. « Les parents d'élèves sont très investis et organisent à eux-seuls de nombreux évènements ».

L'atypisme de cette formation se reflète dans la diversité des parcours post-bac. La moitié des élèves du Lycée part étudier à l'étranger. « Certains font une année de césure après le bac, ce qu'on appelle une ?gap year'. Cette pratique n'est ni courante ni vraiment reconnue en France » explique Joël Bianco. « Les domaines artistiques sont également beaucoup plus développés, car ils sont moins perçus comme une prise de risques ». Le cosmopolitisme de l'établissement permet en effet une prise de recul par rapport aux modes d'éducation. « Il en résulte un manque d'évidences, un manque de certitudes. Nous sommes alors dans un questionnement perpétuel, ce qui est très positif et constructif » conclut le proviseur.

Propos recueillis par Stéphanie Merlant et Mélanie Volland (www.lepetitjournal.com) lundi 20 juillet 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Education

AEFE : une rentrée scolaire maîtrisée

Dans une situation mondiale inédite sur le plan épidémiologique, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger a mis en œuvre un certain nombre de dispositifs pour préparer la rentrée scolaire.

Sur le même sujet