Trinquez vraiment et sans alcool avec une coupe d'ALAVIE

Par Marie-Jeanne Acquaviva | Publié le 07/08/2022 à 20:00 | Mis à jour le 08/08/2022 à 13:24
alavie

Un nouveau drink qui fait envie, sophistiqué, au palais complexe, aux bulles raffinées, et avec tous les « sans » que l’on recherche : sans sucre, sans édulcorant, sans conservateur, sans arômes artificiels, sans exhausteur de goûts… Un drink si versatile qu’il peut participer à mille occasions festives et mille cocktails ou recettes, du soir au matin… et tout cela sans alcool ! Impossible, me diriez-vous ? Impossible n’est pas ALAVIE ! Changez vos a priori, oubliez tous les clichés et tout ce que vous avez déjà goûté dans ce domaine, et écoutez l’aventure des deux gagnantes, Clémentine Raisin et Sabrina Stansfield, du très prestigieux World Beverage Innovation Award de 2021…

 

Lepetitjournal.com/dubai : Une boisson naturelle, sans alcool, sans sucre, sans conservateurs mais festive, élaborée et élégante, un vrai défi pour deux françaises ?! D’où vous est venue cette idée, et pourquoi vous lancer maintenant ?

 

Clémentine Raisin : Après y avoir été confrontées dans notre vie personnelle, que ce soit lors de nos grossesses ou à travers des proches qui doivent s’en passer pour raison de santé, nous voulions apporter une autre réponse à tous ceux qui ne boivent pas d’alcool ,que ce soit par choix ou par contrainte: contrairement à ce que l’on pourrait penser la liste est longue autant que variée, les diabétiques, les femmes enceintes, certains sportifs, un choix d’un mode de vie plus sain, la volonté d’éliminer toute forme de sucre aussi (les boissons alcoolisées sont toutes très sucrées), les convictions religieuses, etc.

 

Sabrina Stansfield : Il y a eu aussi un glissement dans la perception du « sans alcool », tout un mouvement anglophone des « sober curious » (la sobriété curieuse) aux « teatotallers » (les abstèmes), du « dry January » (Janvier sans alcool) au « mindful drinking » (boire en conscience)... On sentait que les choses changeaient, et que l’offre pour les « no and low » (c’est-à-dire les boissons sans, ou avec très peu d’alcool) se démultipliait.

 

Clémentine Raisin : Jusqu’à maintenant nous avions vraiment l’impression d’être le « paria » ou le « boulet » de la soirée, mais également - car cela s’exprime dans les deux sens ! - de souffrir d’une double peine. Non seulement on nous regardait avec des grands soupirs de commisération, et on devait se justifier, mais en plus on était cantonnées à des boissons particulièrement peu excitantes… et, c’est le comble, hyper sucrées !

 

Sabrina Stansfield :  Soit du « faux champagne » plus ou moins pour enfant, soit des sodas, soit des jus de fruit, ou de l’eau. Bon, disons que pour célébrer quelque chose, partager un moment de joie, de fête, on peut mieux faire que de trinquer avec un soda encore plus sucré que le vin, ou juste avec de l’eau gazeuse…(rires) !

ALAVIE

 

Donc vous avez voulu vous démarquer : ce n’est pas un « faux champagne » ni un soda pour enfant, c’est sans alcool mais sans sucre non plus, gazéifié mais sans fermentation… quel est votre secret ???

 

Clémentine Raisin  : En réalité nous avons travaillé non pas avec un procédé de fermentation, car sinon il y a forcément du sucre, mais avec une distillation et une pasteurisation : nous faisons faire nos distillats à Grasse en France, la capitale mondiale des parfums, tout proche des établissements de Guerlain ! Nous avons travaillé sur des accords complexes de fleurs, épices, fruits et plantes. Le résultat ce sont pour l’instant trois variations : un accord amer-doux, un boisé et un fruité...

Nous avons cherché à obtenir des goûts profonds, complexes, francs, ce sont vraiment des boissons d’adultes, pas du tout des succédanés !

 

Sabrina Stansfield :  Et l’avantage c’est aussi que ce sont des drinks infiniment versatiles : vous êtes libres de tout faire avec ! Ils ont cette qualité très « pure » et nette en bouche, avec zéro sucre, donc ils peuvent aussi servir à mixer des cocktails, divins avec une purée de fruits frais par exemple, et même…. des cocktails alcoolisés ! Ils sont parfaits en accompagnement des sucreries – l’afternoon tea du Shangri-La les propose d’ailleurs , ou encore une dégustation de chocolat, car ils ne rajoutent pas de sucre au sucre et au contraire le mettent en valeur. Nous les avons proposé à plusieurs barmen et « mixologists » qui sont des grands fans. Nous avons aussi participé à un événement privé pour une grande maison de luxe française, où nos boissons ont été associées au menu servi pour l’occasion, en créant des associations pensées entre mets et drinks, comme avec un grand vin ! Nous avons vraiment reçu un super accueil, très enthousiasmant, à la fois des professionnels de bouche ou de boissons.

 

Vous n’êtes pas tout à fait les premières sur le marché, mais vous ne venez pas du sérail non plus, vous avez un produit très innovant mais aussi une position d’outsider ?

 

Sabrina Stansfield : Effectivement ni l’une ni l’autre n’avons un profil professionnel dans le vin ou les boissons… mais justement !

 

Clémentine Raisin : Oui, exactement : c’est sans doute grâce à cela que nous avons emprunté la route de tous les « impossibles » et que nous sommes arrivées à un produit vraiment unique, qui se démarque de toutes les offres existantes.

 

Finalement ce qui semblait un désavantage est devenu un atout ?

 

Clémentine Raisin :  Parce que les gens « du métier » entre guillemets nous prenaient un peu de haut, et sans caricaturer, nous répondaient beaucoup par la négative « non ce n’est pas possible… non vous n’y arriverez pas… avoir une boisson effervescente sans sucre c’est impossible… ça ne marchera jamais… on a lancé un produit sans alcool mais il n’a jamais marché… non il n’y a pas de demande » etc… !

 

Sabrina Stansfield : Vraiment, toute une collection de « non » (rires)!

 

Qu’est-ce qui a changé la donne ?

 

Clémentine Raisin :  Au hasard des rencontres nous sommes tombées sur d’autres professionnels, assez incroyables, qui nous ont vraiment soutenues dans notre démarche et qui se sont enthousiasmés pour notre projet, parfois des membres de maisons champenoises pluri-centenaires d’ailleurs (donc l’ouverture d’esprit n’a rien à voir avec l’ancienneté !) et nous sommes sorties du monde des « pas possible »… pour entrer dans le monde des « pourquoi pas ?! » (rires)

 

Sabrina Stansfield : Sur ce chemin, nous nous sommes aussi beaucoup formées nous-même. Il y a une foule de chapitres très techniques rien que dans la fabrication de la bouteille par exemple, dont nous n’avions pas la moindre idée !

 

Clémentine Raisin :  Par exemple nous avons découvert le métier de « nez » du liège… Il existe donc une personne dont le métier est de vérifier l’empreinte olfactive du liège utilisé pour les bouchons afin de s’assurer qu’elle ne rentre pas en conflit avec le produit embouteillé… incroyable !

 

Vous avez donc choisi une bouteille « à l’ancienne » ?

 

Sabrina Stansfield : Plus que cela, nous avons choisi un packaging totalement recyclable, de l’étiquette jusqu’au muselet et à la coiffe, – traditionnellement d’aluminium  mais chez nous en partie à base de canne à sucre (le filet métallique qui retient le bouchon et la feuille qui entoure le goulot – ndlr) …Tout cela sans pour autant renoncer au « pop » du bouchon qui saute : éthique, mais festif !

 

Clémentine Raisin :  Oui c’était important pour nous, de la même façon que nous avons travaillé l’esthétique de la bouteille, les dessins, les coloris… notre inspiration vient des années 20… cela résonnait bien, il y a beaucoup d’échos entre les 1920 et les 2020 ! L’émancipation des femmes, une période un peu trouble de sortie de crise, une effervescence et une envie de faire la fête démultipliée, une créativité tournée vers le futur….

 

Cela aussi fait partie de votre image, de ce que vous souhaitez transmettre, l’aspect sophistiqué, le made in France…

 

Oui nous sommes 100% fabriquées en France, nous avons un vrai souci éthique et de durabilité, nous voulons proposer une boisson la plus naturelle possible et la plus inclusive possible

tout le monde peut apprécier un verre d’ALAVIE sans raison particulière, et pour nous le plus important c’est de devenir le symbole d’un bon moment, d’un partage, de la joie de vivre, d’être ensemble… Une belle bouteille qu’on a plaisir à montrer, à déboucher, à offrir… partout dans le monde (rires) !

 

Où trouver ALAVIE aux Émirats :

Dans les hôtels et restaurants de luxe (Shangri-La ou Four Seasons Jumeirah), au Carrefour des Springs et vous pouvez aussi commander en ligne ICI 

 

Rediffusion du 9 janvier 2022

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Dubaï !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale