Jeudi 24 juin 2021

Élections consulaires : Gilles Grima

Par La Rédaction | Publié le 17/05/2021 à 17:05 | Mis à jour le 17/05/2021 à 17:05
gilles grima

L’élection des conseillers consulaires approche. Pour vous aider à mieux connaître les candidats des circonscriptions des EAU, ainsi que leurs programmes, le petit journal de Dubaï leur a posé les mêmes questions. Ces interviews réalisées par écrit vous sont proposées dans l’ordre des tirages au sort effectués par les consulats généraux. Elles sont publiées entre le 17 et le 20 mai, c’est-à-dire avant le vote sur internet qui sera ouvert du 21 au 26 mai.

 

L’élection « à l’urne » aura lieu quant à elle le 30 mai.

 

Les Français installés à l’étranger sont appelés à voter pour leurs conseillers, qui les représenteront auprès de chaque consulat dans le monde.

 

Aujourd’hui Gilles Grima - Liste indépendante pour les français aux EAU et au sultanat d'Oman 

 

Gilles Grima, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

 

J’ai 56 ans, marié, j’ai 3 magnifiques garçons aujourd’hui devenus des hommes. Fils de commerçants immigrés et dernier d’une famille de trois, mes parents travaillaient très dur pour nous donner toutes les chances de réussir. J’ai rejoint la Marine Nationale à l’âge de 17 ans, quittant ma famille et mes amis pour devenir complètement autonome. J’ai navigué dans le golfe dès 1984, fréquemment aux Émirats et en Oman.

Hyper actif, j’ai besoin de faire quelque chose d’utile.

 

Pourquoi souhaitez-vous vous présenter aux prochaines élections consulaires ?

 

C’est la suite logique de toutes mes actions de solidarité précédentes. Venir du monde associatif est un réel atout car par définition je suis tourné vers l’autre, à son écoute cherchant par tous les moyens à l’aider. C’est cette attitude qui est attendue, selon moi, de la part d’un conseiller des Français de l’étranger.

 

Sous quelle étiquette vous présentez-vous ? 

 

Nous avons comme préoccupation principale de servir les intérêts de tous les expatriés français des EAU et du Sultanat d’Oman, sans distinction d'appartenance politique, d'origine ou de statut. Nous ne revendiquons aucune étiquette, d’où le terme indépendant. 

 

Quelle sera votre mission ? votre programme ? 

 

Un programme, c’est pour les hommes politiques en France mais pas aux Émirats qui est notre pays d’accueil Nous nous sommes donnés de créer un espace dans lequel il y aura plus de cohésion dans notre communauté, plus de soutien et de solidarité. Donner envie aux gens de se tourner vers l’autre, intégrer les femmes d’expatriés, inclure notre jeunesse dans une dynamique citoyenne. Notre profession de foi est pragmatique, humaniste et solidaire. Elle est fondée sur des constats à partir desquels nous apportons des solutions.

 

Quels sont les principaux défis des Français à l’étranger selon vous ? 

 

Les Français sont nombreux et beaucoup ont été confrontés, avec la pandémie, à la réduction de salaire, la perte d’emploi, l’impossibilité de rentrer, à des erreurs administratives. En resserrant les mailles de notre réseau de solidarité, nous pourrons venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin. À cette fin, nous devons créer une dynamique d’entraide et parvenir à convaincre le plus grand nombre de Français. Dans une société fondée sur les services et de plus en plus sur l’économie de la connaissance, l’éducation est essentielle car elle est un moyen d’affirmer notre différence mais aussi de montrer notre réactivité, notre résilience. 

 

Pensez-vous que le rayonnement français aux EAU semble fragilisé par la crise sanitaire ? 

 

Il est vrai que si on analyse les secteurs les plus touchés, ce sont peut-être la culture, avec le musée du Louvre, l'industrie hôtelière, l’éducation avec la Sorbonne ou l’INSEAD et les déplacements internationaux qui ont été affectés. Ensuite l'impact secondaire du Covid (couplé à la forte baisse du baril de pétrole) c'est la réduction notable de la globalité des investissements aux EAU, à Oman et dans tout le GCC. Je ne pense pas que les intérêts français aux Émirats aient été plus impactés que ceux d’autres pays car la pandémie est mondiale. 

 

Quelles perspectives anticipez-vous pour notre communauté ? 

 

Étant par principe assez optimiste, nous allons devenir une belle communauté avec des élans de solidarité et une cohésion enviée de tous. Je pense que la communauté française va connaître une nouvelle dynamique positive et s’inscrire dans la résilience et l’innovation notamment en participant au développement de l’économie de la connaissance, trajectoire que veulent suivre les Émirats et qu’annonce l’exposition universelle.

 

Si vous aviez un conseil à donner à vos compatriotes expatriés ce serait ? 

 

Je leur conseillerai de voter et de donner leur avis, de se rapprocher les uns des autres, de se faire connaître en cas de besoin, mais aussi de proposer des solutions. Faites Attention, soyez prudents face aux escroqueries. Je leur conseillerai également d’innover, de s’investir et de continuer à faire preuve de pugnacité.

 

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s)Réagir