Un dernier rebondissement dans l’affaire du meurtre du sous-marin ?

Par Joëlle Borgida | Publié le 25/10/2020 à 18:10 | Mis à jour le 04/12/2021 à 16:04
Photo : Peter Madsen @Flickr CC BY 2.0
Peter Madsen sous-marin Danemark meurtre journaliste

Peter Madsen est un ingénieur autodidacte danois qui a été condamné à perpétuité pour le meurtre en 2017 de la journaliste suédoise Kim Wall. Il a tenté de s’évader ce mardi 20 octobre de la prison où il était incarcéré dans la banlieue de Copenhague.

 

Retour sur l’affaire du Nautilus  :

Passionné par l’espace et les grandes profondeurs, cet inventeur de fusées et submersibles était connu au Danemark pour être un homme créatif mais décalé et à la personnalité complexe.

La journaliste Kim Wall avait disparu alors qu'elle était en train de réaliser un portrait de Peter Madsen. La jeune femme avait été aperçue pour la dernière fois le 10 août 2017, lorsqu’elle montait à bord du sous-marin, le Nautilus, dans le port de Copenhague - Le UC3 Nautilus, fabriqué par l'inventeur danois et baptisé d'après l’oeuvre de Jules Vernes avait été mis à l’eau en 2008. Cet engin était alors l’un des plus grands sous-marins privés au monde -.

 

nautiles sous-marin

 

Le compagnon de la journaliste ne la voyant pas revenir avait signalé sa disparition. Le corps démembré avait été retrouvé dans la baie de Køge dix jours plus tard.

Au début de l'enquête, le Danois avait toujours affirmé aux policiers qu'il avait ramené la jeune femme à terre mais, après avoir été placé en détention, il avait finalement avoué aux enquêteurs que la journaliste avait eu un accident mortel et que paniqué, il s’était débarrassé du corps en le jetant à l'eau.

Comme des morceaux du corps de la jeune femme portaient des traces de coups de couteau, cette version des faits avait vite été écartée. Peter Madsen avait ensuite finalement reconnu avoir découpé en morceaux la journaliste tout en continuant à affirmer que la mort était accidentelle.

Selon le rapport final de la justice danoise de septembre 2018, l'homme a agi avec préméditation car il avait emporté à bord scie, tournevis et cordes…

Après avoir été une première fois condamnée à perpétuité pour meurtre avec préméditation, précédé de violences sexuelles, Peter Madsen avait fait appel de la durée de sa peine de prison mais la Haute cour de justice de Copenhague avait ensuite confirmé en appel la condamnation qui correspond à la peine maximale dans le système judiciaire danois.

Ce n’est que très récemment que le Danois a reconnu sa culpabilité lors d’une conversation téléphonique avec un journaliste qui lui demandait s’il avait tué la jeune femme, Peter Madsen avait alors répondu « oui ».

Peter Madsen est incarcéré depuis 2018 dans la prison de Herstedvester, à Albertslund, près de Copenhague.

 

Tentative d’évasion

Ce mardi 20 octobre à 10h20 du matin, le prisonnier a tenté de s’évader en menaçant une employée du centre pénitentiaire avec un objet ressemblant à un pistolet et une fausse ceinture d'explosifs. Il est parvenu à sortir de la prison et a utilisé pour s’enfuir un véhicule utilitaire blanc qui se trouvait garé là.

Une patrouille de police a réussi à stopper le fuyard quelques centaines de mètres plus loin.

Le tueur a été menotté mais il a fallu attendre l’intervention d’une équipe de démineurs qui s’est chargée de vérifier la ceinture d’explosifs. Peter Madsen a finalement été reconduit en prison dans l’après-midi.

La prison Herstedvester est un centre destiné aux détenus qui ont besoin de soins psychiatriques. Une enquête dira si les procédures de sécurité ont bien été suivies.

 

Serait-ce le dernier épisode de l'affaire du bloody Submarine

 

 

Sur le même sujet
Joelle

Joëlle Borgida

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée de longue date et désormais installée à Copenhague, je partage avec les lecteurs de lepetitjournal.com mes découvertes danoises.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Copenhague !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Joelle Borgida

Rédactrice en chef de l'édition Copenhague.

À lire sur votre édition locale