Édition internationale
  • 0
  • 0

Chefs-d’œuvre danois sous le marteau : vente record à Copenhague

Maison ventes aux enchères Copenhague Maison ventes aux enchères Copenhague
Bill Oxford
Écrit par Bénédicte Wagner
Publié le 27 février 2020, mis à jour le 27 février 2020

Si vous aimez l’art, le design, les montres et les bijoux, ou avez tout simplement envie de re-décorer votre appartement, peut-être aimerez-vous aussi aller faire un tour dans les salles des maisons de ventes aux enchères danoises.

L’une d’elles, établie depuis 1948 à Copenhague, vient d’ailleurs de réaliser, mardi 25 février, une belle vente de tableaux et dessins anciens, avec à la clé un record mondial pour un tableau du célèbre peintre de l’âge d’or danois Christoffer Wilhelm Eckersberg.

 

Intitulée L’Aqueduc à Arcueil et exécutée en 1812, lors du séjour parisien de l’artiste – durant lequel il fut l’élève du peintre français Jacques-Louis David –, cette œuvre a vu son prix s’envoler pour atteindre sous le marteau la somme de 5,6 millions de couronnes danoises (un peu plus de 749 500 euros) – montant le plus élevé jamais atteint aux enchères par un tableau de l’artiste. Enchérissant au téléphone, c’est la Davids Samling (Collection David) qui a remporté cette vue de C.W. Eckersberg, face aux amateurs présents dans la salle. Une aubaine pour le public qui ne peut que se réjouir de revoir bientôt ce tableau accroché sur l’une des cimaises du musée copenhagois. Il y rejoindra son pendant, une Vue de la barrière Longchamp au bois de Boulogne également réalisée en 1812, et actuellement visible à Paris dans le cadre de l’exposition « L'Âge d'or de la peinture danoise (1801-1864) » au Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris.

 

C. W. Eckersberg L'Aqueduc à Arcueil Bruun Rasmussen Vente aux enchères

C. W. Eckersberg, L'Aqueduc à Arcueil, 1812. Signé E. Huile sur toile. 32,5 x 40,5 cm. Prix d'adjudication : 5 600 000 DKK / 749 561,82 €. © Bruun Rasmussen

 

Avec près d’une trentaine de spécialités représentées, Bruun Rasmussen offre à la vente des objets et œuvres datant des époques les plus variées et appartenant aux styles les plus différents. De quoi plaire à tous les goûts. N’hésitez pas à vous promener dans les salles d’exposition : l’entrée y est libre, et les ventes sont publiques. L’occasion de goûter l’ambiance si particulière des enchères, de l’effervescence des préparatifs à la montée d’adrénaline ressentie tandis que les prix grimpent jusqu’à l’adjudication finale. Et, qui sait, peut-être y admirerez-vous des pièces qui, une fois passées dans des mains privées, ne reparaîtront plus sur le marché ni devant les yeux du public pendant plusieurs décennies.

 

Toute cette fin de semaine et la suivante (jusqu’au 5 mars 2020), d’autres ventes se tiennent chez Bruun Rasmussen. Vous trouverez le programme (en anglais) sur le site de la maison de ventes : https://bruun-rasmussen.dk/m/news/News_170220_3.

 

Enfin, si vous préférez enchérir en ligne, Bruun Rasmussen propose également ce service. De même, Lauritz, la plus grande maison de ventes aux enchères de Scandinavie – qui ne compte pas moins de quinze implantations au Danemark – offre chaque jour plus de dix-mille œuvres et objets à la vente : https://www.lauritz.com/en/.

 

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions