Situation compliquée pour les acteurs du tourisme en Thaïlande

Par Catherine Vanesse | Publié le 16/01/2022 à 17:50 | Mis à jour le 08/08/2022 à 05:33
Photo : Catherine Vanesse - Après avoir accueilli de nombreux touristes, principalement Thaïlandais pendant les fêtes, la ville de Chiang Mai est de nouveau désertée par les touristes
Chinatown, Chiang Mai

La fin du programme Test & Go a mis un coup d’arrêt à la reprise du tourisme en Thaïlande, et l’absence de perspectives rend la situation compliquée pour les hôteliers et agences de voyages.

Dans les rues désertes du centre-ville de Chiang Mai, les touristes se font de plus en plus rares. Le 21 décembre 2021, les autorités thaïlandaises suspendaient, pour une durée indéterminée, son programme Test & Go permettant aux voyageurs vaccinés en provenance de certains pays d’entrer en Thaïlande sans quarantaine. Une douche froide pour de nombreux acteurs du tourisme en Thaïlande qui ont vu une nette augmentation des arrivées avec la mise en place de ce programme le 1er novembre. La levée de la quarantaine pour les voyageurs vaccinés a en effet permis dans le seul mois de novembre de doubler le nombre total de voyageurs accueillis sur les dix mois ayant précédé.

Avec le programme Test & Go, plusieurs agences de voyages ont vu les demandes remonter entre novembre et décembre. Pendant les fêtes de fin d’année, Chiang Mai affichait des taux d’occupation de 85% sur un parc hôtelier ouvert à 60% de sa capacité. Au plus fort de la crise en avril 2021, seuls 30% des hôtels étaient ouverts avec des taux d’occupation de moins de 10%.

Point de controle sante de l'aeroport international Suvarnabhumi en Thailande
Depuis le 22 décembre 2021, les voyageurs vaccinés doivent effectuer une quarantaine de sept jours pour entrer en Thaïlande ou passer par le programme Sandbox. Photo REUTERS/Athit Perawongmetha

"Nous nous retrouvons avec beaucoup d'annulations de voyages"

Pour le directeur de l’agence Les Voyages d’Angèle, Olivier Rymer, la situation est particulièrement délicate depuis la mise en pause du programme Test and Go. “En termes de ventes, nous avons fait un bon mois d’octobre et de novembre pour des voyages prévus en janvier et février. Nous avons embauché du personnel et remis en route nos relations avec nos fournisseurs. Malheureusement, nous nous retrouvons avec beaucoup d’annulations de voyages. Moralement, il aurait presque mieux valu qu’il n’y ait pas de réouverture du tout en novembre ! Nous ne sommes pas désespérés, mais la situation est compliquée”, confie le Français basé à Chiang Mai. 

L’ouverture du pays, l’absence de perspectives sur une date de reprise du tourisme ainsi que les annonces de dernières minutes du gouvernement affectent la motivation et ajoutent une charge de travail. “Nous passons beaucoup plus de temps qu’avant sur chaque circuit”, commente Ben Lefetey, directeur de l’agence Thaïlande Autrement. “Il y a d’une part le suivi des mesures du gouvernement thaïlandais, la gestion de la vente et la logistique une fois que les clients sont sur place. Entre les annulations de vols, les horaires réduits des bateaux pour les îles, les fermetures des attractions, nous devons souvent adapter leur voyage. C’est frustrant surtout quand au final on doit reporter ou annuler les voyages”, ajoute l'agent de voyage français. 

Arrivee de touristes en Thailande
Les conditions d'accueil et l'incertitude suscité par les décisions intempestives des autorités affectent la confiance dans le tourisme en Thaïlande. REUTERS/Soe Zeya Tun

Des vacances qui tournent à la quarantaine

Pour essayer de ne pas annuler tous les voyages, les agences proposent à leurs clients de passer par les programmes Sandbox ("bac à sable") à Phuket ou sur l’archipel de Koh Samui. La Sandbox permet aux voyageurs vaccinés contre le Covid-19 d'arriver sans quarantaine et de circuler librement sur ces îles pendant 7 jours avant de pouvoir visiter d'autres provinces dans le royaume. 

Malheureusement, tous les clients ne sont pas séduits par cette formule et les voyagistes sont de plus en plus réticents à la proposer à cause des risques pour leurs clients d’être testés positif au coronavirus et de voir leurs vacances tourner à la quarantaine. 

En effet, pour venir en Thaïlande, les voyageurs doivent présenter un test négatif avant le départ, à l’arrivée, après 6 ou 7 jours de vacances. De plus, des pays comme la France demandent à leurs ressortissants de présenter également un test négatif avant de rentrer au pays. 

Un agent de sante en tenue azmat effectue un prelevement nasal dans une rue de Bangkok
REUTERS/Athit Perawongmetha

“Nous avons eu un couple qui a été testé positif après 6 jours de voyage, ils se sont retrouvés dans un hôpital de campagne à Koh Samui, ce n’est pas très agréable comme fin de vacances. Après, il y a très peu de situations comme celle-là, seulement 2-3% des étrangers sont testés positifs à l’arrivée ou après 6 jours”, détaille Olivier Rymer.

Des voyageurs ont été testés positifs juste avant le départ. Ils se sont retrouvés dans l’impossibilité d’embarquer pour rentrer en France et dans l’obligation de prolonger leur séjour de 10 ou 14 jours à l’hôpital. Avec pour conséquences des coûts supplémentaires pas toujours pris en charge par les assurances ou un risque de se retrouver en dépassement de visa et de recevoir une amende de 500 bahts par jour par l’immigration, même si c’est illégal. 

Dès lors, Bram Van Den Bossche, directeur de l’agence Easia à Chiang Mai annonce avoir mis en pause les prochaines arrivées de touristes parce que c’est compliqué de s’occuper des personnes testées positif pendant leurs vacances et qu’il vaut mieux être prudent. 

Avis positifs des touristes

Si la reprise du tourisme a été courte, les agences de voyages veulent rester optimistes pour l’année 2022. L’ouverture de la Thaïlande entre le 1er novembre et 21 décembre 2021 a montré que la Thaïlande reste toujours une destination privilégiée. 

Les retours des touristes ayant pu se rendre en Thaïlande sont d’ailleurs positifs, ils pointent l’avantage de visiter un pays loin du tourisme de masse, le bonheur de découvrir les plages désertes ou les attractions avec un sentiment d’être seul au monde. “Nous sommes vraiment très heureux de découvrir la Thaïlande maintenant, les gens sont très accueillants, nous nous sentons vraiment les bienvenus”, se réjouissent Thomas et Mélissa, un jeune couple de Parisiens en voyage à Chiang Mai.

De nouvelles tendances de consommation sont également apparues. “Les délais entre la vente d’un séjour et le départ sont très courts, nous avons eu beaucoup plus de demandes de dernières minutes. Nous constatons que les voyageurs choisissent désormais en fonction des restrictions et des ouvertures des pays et non la destination pour elle-même”, explique Olivier Rymer. 

Une famille de touristes profitent de la piscine dans un hotel de Phuket
Les quelques touristes qui ont fait le voyage en Thaïlande malgré les contraintes sanitaires, se disent souvent ravis d’avoir pu profiter pleinement des sites habituellement bondés. REUTERS/Jorge Silva

Par contre, les incertitudes sur la reprise du programme Test and Go vont bloquer les réservations au cours des prochains mois. “Nous pensons que cette épidémie sera courte. Si Omicron est derrière nous en mars ou avril, nous devrions pouvoir faire une bonne saison en juillet et août”, ajoute Olivier Rymer. 

Ben Lefetey de Thaïlande Autrement est plus prudent : “Je suis inquiet pour les mois de juillet et août. Si Omicron retombe rapidement, dans mon scénario le plus optimiste, peut-être que nous aurons des clients pour les vacances d’été. Mais en même temps, il y a une perte de confiance face à des décisions des autorités thaïlandaises qui peuvent changer du jour au lendemain. J’ai l’impression que les gens vont être plus prudents et qu’ils privilégieront les destinations européennes à l’été plutôt que la Thaïlande, ce qui repousserait la reprise à novembre 2022!”. 

Viser le tourisme domestique

Installé en Thaïlande depuis 30 ans, Alex Brodard est directeur de Contact Travel Ltd et son épouse Lynn Khuvibulsin est propriétaire de l’hôtel Le Cocotier à Mae Taeng dans la région de Chiang Mai. Par le passé, le Suisse proposait des excursions ou des treks à des agences de voyages étrangères, aujourd’hui, il tente de s’adapter et de proposer ses services sur le marché domestique que ce soit auprès des Thaïlandais ou des expatriés. 

“Au niveau de l’hôtel, nous avons vu un changement radical de clientèle. Avant il s’agissait majoritairement d’étrangers, désormais nous avons 95% de clients thaïlandais ce qui nous a permis de faire une bonne saison depuis le mois de novembre. Elle devrait se prolonger jusqu’en février parce qu’il y a encore des activités à Chiang Mai tel que le festival des fleurs et le Nouvel An chinois. Par contre après ce sera très calme à cause de la saison des brûlis. La mauvaise qualité de l’air affecte tous les segments du tourisme dans le nord. Il va falloir tenir jusqu’en juillet”, conclut-il. 

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine s’est expatriée en Thaïlande de 2013 à 2022, collaborant avec des médias locaux ainsi que Lepetitjournal.com pour qui elle a notamment co-dirigé la rédaction de Chiang Mai de 2020 à 2022
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale