Mercredi 26 janvier 2022
TEST: 3873

À Chiang Mai, une vendeuse trop sexy priée de se rhabiller

Par La rédaction de Chiang Mai | Publié le 29/11/2021 à 00:00 | Mis à jour le 29/11/2021 à 10:10
Photo : Guru Chiang Mai - Olive a vu son chiffre d'affaire passé de 1.500 bahts par jour à 9.000 bahts grâce à son style vestimentaire
Vendeuse d'Olive à Guru Chiang Mai

Une jeune vendeuse de 23 ans à Chiang Mai est devenue l’attraction en quelques jours à cause de ses tenues sexy. Une technique de vente efficace, mais qui ne plaît pas à tous !

À Chiang Mai, une jeune vendeuse de 23 ans est devenue virale sur les réseaux sociaux après avoir décidé de se dévêtir ou de dévoiler certaines parties de son corps afin d’attirer les clients. Vêtue d’un simple cardigan ouvert et vaguement épinglé afin de ne pas tomber dans l’exhibitionnisme, Aranya ‘Olive’ Aphaiso a vu le nombre de clients croître significativement. 

 

Dès le 23 novembre, la jeune vendeuse de crêpes a ainsi vu son chiffre d'affaires quotidien grimper de 1.500 bahts à 6.000 bahts. Au fil des jours, sa renommée sur les réseaux sociaux a continué de croître et ses bénéfices aussi puisqu’elle gagnait jusqu’à 9.000 bahts par jour. 

 

Un succès qui ne plaît pas à tout le monde puisque selon le média thaïlandais ChiangMaiNews, la police aurait demandé à la jeune femme de se couvrir un peu plus, même si elle n’enfreint pas la loi. La police a invoqué des raisons d’hygiène afin qu’elle n’oublie pas de porter un masque, d’attacher ses cheveux et bien sûr de mettre un tablier.

 

Ce genre de technique de ventes avait été observé l’an dernier chez des vendeuses et vendeurs de durian, ou encore de nouillles, mais n'avaient pas eu le même effet.

 

Evidement, le buzz suscité par l’histoire d’Olive a inspiré d’autres jeunes femmes de Chiang Mai qui ont décidé de mettre en avant leurs charmes, soit avec un cardigan similaire à celui d’Olive soit avec d’autres vêtements. Les vendeurs semblent également laisser tomber la chemise pour servir torse nu leurs clientes. La question reste de savoir combien de temps pourront-elles/ils travailler vêtu de la sorte avant que la bien-pensance leur demande de se couvrir ?

 


 

0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Varsovie
POLITIQUE

Pologne, la rentrée politique chaotique décryptée par Nicolas Maslowski, politologue

Affaire Pegasus, Nowy Ład, autoritarisme, révolution conservatrice, Union européenne, état de droit : états des lieux avec Nicolas Maslowski, politologue, sociologue et directeur du CCFEF à Varsovie