Les magnifiques puits à degrés du Gujarat

Par Annick Jourdaine | Publié le 14/10/2022 à 01:00 | Mis à jour le 14/10/2022 à 09:52
Le puits à degrés Rani-ki-Vav à Patan dans le Gujarat en Inde

Le Gujarat compte plus de cent vingt puits à degré encore visibles aujourd’hui. 

Les puits à degrés “stepwells” sont des édifices courants dans le nord de l’Inde, principalement le Gujurat et le Rajasthan. Les premiers ont été construits dès le V° siècle. Ils répondaient à plusieurs objectifs : stocker de l’eau, en particulier la pluie de mousson si importante dans ces régions arides, percevoir des impôts et taxes exigés aux caravanes de commerçants qui s’y arrêtaient, procurer une halte de fraicheur pour les pèlerins en route vers les lieux de culte. C’était aussi pour ceux qui en commandaient la construction un moyen de montrer leur puissance. 

Le Rani-ki-Vav à Patan classé au patrimoine mondial de l'UNESCO

A Patan, 130 km d’Ahmedabad, l’immense VAV (ndlr : c'est le nom des puits à degrés en gujarati) porte le nom de la reine qui a ordonné sa construction en mémoire de son mari défunt : le Rani-ki-Vav. Il date du XI° siècle. 

 

Le puits à degrés Rani-ki-vav dans le Gujarat

 

Ce puits à degrés est divisé en sept niveaux d'escaliers avec des panneaux sculptés de grande qualité artistique, comprenant plus de 500 sculptures et plus de 1 000 sculptures mineures combinant une imagerie religieuse, mythologique et séculaire, faisant souvent référence à des œuvres littéraires. Au quatrième niveau se trouve le réservoir d'eau.

 

Le puits à degrés Rani-ki-Vav dans le Gujarat

 

 

Au fil des ans, lorsque la rivière Saraswati a changé de cours, la structure massive a été inondée et enterrée jusqu'à son excavation par l'Archaeological Survey of India (ASI) à la fin des années 1980. L'envasement a préservé la structure intacte au fil des siècles. Il est depuis entretenu par l'ASI et a été ajouté à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2014.

 

détails des sculptures du puits Rani-ki-Vav à Patan

 

Rani-ki-Vav souligne le caractère sacré de l'eau, car il est conçu comme un temple inversé sous la surface de la terre. Le thème central est celui des Dasavataras, ou dix incarnations de Vishnu, dont Bouddha. Les avatars sont accompagnés de sadhus, de brahmanes et d'apsaras (danseuses célestes).

Le puits à degrés du temple du soleil de Modhera 

La petite ville de Modhera, à 100 km d’Amhedabad, abrite le temple du soleil, construit 200 ans plus tôt que l’autre fameux temple du soleil de l’Odisha, le temple de Konark (ndlr : comme dans l’Odisha, le temple est bâti de façon à ce que le soleil, les jours d’équinoxe, éclaire la statue du dieu Surya).

A côté du temple, se trouve un magnifique bassin à degrés, orné de 108 sanctuaires miniatures en l’honneur des divinités hindoues. 

 

Le puits à degrés du temple de Modhera dans le Gujarat

 

Le puits à degrés, Adalaj Vav, près d'Ahmedabad

Tout près d’Ahmedabad, l’Adalaj Vav reste un des plus beaux édifices du pays.

 

le puits à degrés Adalaj Vav dans le Gujarat

 

Le puits à degrés Adalaj Vav en Inde du nord

 

Sa construction, datée du XV° siècle, est liée à une légende. Le roi hindou, qui l’avait lancée, mourut au combat, sous les coups du sultan voisin qui proposa à sa veuve de l’épouser. La reine accepta à condition que le sultan achève les travaux de construction du Vav. Une fois ceux-ci terminés, la reine se suicida en sautant dans le puits. 

 

Le puits à degrés Adalaj Vav dans le Gujarat

 

 

 


Mi 2018, la Reserve Bank of India (la banque centrale indienne) a mis en circulation un nouveau billet de 100 roupies lavande. Le billet met en valeur le patrimoine culturel riche et diversifié de l'Inde en affichant une photographie de Rani-ki-vav.

le billet de 100 roupies avec le puits Rani ki vav

 

Sur le même sujet
annick jourdaine

Annick Jourdaine

Annick vit à Chennai depuis septembre 2019. L'écriture est pour elle le moyen de prendre du recul et de digérer les émotions que ses yeux et oreilles grand ouverts sur le monde indien provoquent.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale