Mardi 14 août 2018
Cambodge
Cambodge
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le Menaka Lounge, premier bar speakeasy de Siem Reap

Par Leïla PELLETIER | Publié le 27/05/2018 à 19:30 | Mis à jour le 27/05/2018 à 19:30
Photo : © Menaka Lounge
DSC_9145_edit2

Vissoth Nam, 27 ans presque 28, est entrepreneur, ancien cartésien*, issu d’une famille cambodgienne francophone qui s’épanouit dans le secteur de l’hôtellerie depuis une quinzaine d’années. Lui aussi s’est lancé en ouvrant, il y a un an, le Menaka Lounge, premier bar speakeasy de Siem Reap. Pour les lecteurs du Petitjournal.com Cambodge, le jeune homme est maintenant prêt à en dévoiler les secrets.

Elève au Lycée français René Descartes jusqu’à ses onze ans, Vissoth part ensuite étudier à Paris et ses alentours. Depuis petit, il a toujours baigné dans le monde de l’hospitalité. Il en a développé une passion qui s’est confirmée lors de ses années universitaires. Président de plusieurs associations étudiantes, il participait notamment à l’organisation de nombreuses fêtes et soirées. « Cela me plaisait de voir les gens s’amuser et qui n’a jamais rêvé, étant étudiant, d’ouvrir son propre bar ? », dit-t-il avec enthousiasme.

 

Un petit air de Prohibition

Le bruit se répand, un nouveau bar s’est ouvert non loin de Pub Street. « J’ai voulu m’éloigner de son agitation. Pub Street a évolué en bien et aussi en mal. Le service s’est amélioré mais la pollution sonore y est incroyable, on ne s’entend pas parler », explique le jeune homme.

Le Menaka Speakeasy Lounge et Bar est le premier du genre à Siem Reap. Les bars speakeasy, établissements illégaux spécialisés dans la vente d’alcool, avaient pour particularité d’être cachés au public. Ils ont pour la plupart disparu à la fin de la Prohibition en 1933. La tendance revient, le danger en moins ! « J’aimais cette idée de discrétion et de pouvoir surprendre le client. J’en ai visité de nombreux en France, à New York, à Hong Kong, à Singapour, en Malaisie, en Thaïlande et au Japon. En Asie, c’est un concept qui a boumé en 2010-2012 », explique le jeune homme. 

Rapidement après l’ouverture, le bouche à oreille attire au lounge une clientèle curieuse et avide de percer le mystère et goûter les cocktails. L’antre de Menaka est caché. Deux portes permettent d’y accéder mais où se trouvent-elles ?

 

menaka-lounge-siem-reap
© Menaka Lounge

 

Menaka : atout charme

Le lounge est nommé d’après Menaka, mentionnée dans les légendes hindouistes comme la plus belle de toutes les Apsaras. Les dieux l’auraient créée pour se divertir, après leur victoire sur les démons lors du barattage de la mer de lait. La nymphe aurait également été envoyée sur Terre pour séduire un ermite. Les dieux, intimidés, voulaient le détourner de sa méditation, le décrédibiliser et regagner la confiance de la population. Vishvamitra serait tombé sous son charme après l’avoir vue nager nue dans un lac près d’une cascade.

Vissoth souhaite que les clients se laissent eux-aussi séduire par l’endroit, qu’ils puissent apprécier un moment de convivialité, boire et manger, en couple, entre amis ou entre partenaires d’affaires. Il a décidé de mixer les ambiances lounge et bar pour une atmosphère à la fois tranquille et animée.

 

Le Cambodge célébré

Mystère et légende à part, Vissoth souhaitait plus que tout célébrer l’histoire et les traditions du Cambodge. Le jeune homme a collaboré avec des artistes locaux pour le design et la décoration du lieu. « J’ai voulu recréer une ambiance années 60-70, période de joie pré-Khmers rouges, et y ajouter des détails architecturaux qui rappellent la proximité avec les temples. Ces éléments, déconnectés, forment ensemble une véritable harmonie. Entre les murs jaunâtres et le carrelage en bois, on peut voir une série de tableaux, un paysage de rizière, des sculptures, des reproductions de frises issues des temples angkoriens », décrit-il. Un clin d’œil est également fait au célèbre architecte Vann Molyvann et à ses colonnes signatures en V. Menaka surplombe l’espace, abritée sous une voûte.

Quinze cocktails ont spécialement été créés pour Menaka Lounge. Vissoth a travaillé avec une mixologiste américaine, gérante de Le Boutier à Bassac Lane, Phnom Penh. « J’avais besoin de quelqu’un de confiance qui puisse transmettre ma vision et mes idées à travers les boissons », soutient-il. 

 

menaka-lounge-siem-reap
© Menaka Lounge

 

Le menu se divise en trois époques : « Angkor Era », « Sangkum Reas Niyum » et « The Great Era ». Chacune se distingue, la première met en valeur des ingrédients propres à l’empire khmer comme le poivre de Kampot et divers fruits, les cocktails de la deuxième sont nommés d’après les titres de chansons célèbres, la dernière reprend les best-sellers des cocktails classiques ré-imaginés à la cambodgienne. Le célèbre « Sex on the Beach » devient « Sex on Otres Beach. »

Les trois cocktails les plus populaires sont, d’après Vissoth, le « Monsoon Perfume », « Sambo Sneh » et « Lemongradine Fizzer ».

D’autres projets animent le jeune entrepreneur qui va bientôt ouvrir une boutique souvenir et un restaurant de soupes cambodgiennes à Siem Reap. 

Si vous passez au Menaka Café, vous trouverez peut-être la porte miroir qui mène au lounge caché, on ne sait jamais…


*cartésien : Elève du Lycée Français René Descartes
0 CommentairesRéagir