Dimanche 18 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CURRICULUM VITAE – Comment convaincre les entreprises hongroises

Par Vincent Villemer | Publié le 17/09/2017 à 15:28 | Mis à jour le 07/01/2018 à 07:36
cv hongrie emploi

De plus en plus nombreux sont les Français à tenter leur chance à Budapest. La capitale hongroise attire car le secteur tertiaire connaît un grand essor, de gros investissements ont été réalisés dans la logistique et les services, alors que l’industrie, le marketing et l’agriculture contribuent essentiellement au développement de l’économie hongroise. Une activité grandissante qui séduit la jeunesse européenne, et particulièrement les Français. Néanmoins, avant de postuler sur le marché du travail hongrois, il est vital d’avoir un CV adapté au pays, car certains points divergent avec le CV français.

 

-CV clair et concis

Cet aspect est similaire aux consignes françaises. Votre CV doit tenir sur deux pages maximum, et doit être très synthétisé afin d’attirer l’œil du recruteur le plus rapidement possible sur les informations qui vont l’intéresser. Une présentation sobre, avec une couleur unique (privilégier le bleu, le gris, des couleurs non « flashies ») qui se différencie de la police d’écriture, est requise en premier lieu.

-Plusieurs langues

Un détail qui paraît évident, mais souvent négligé par précipitation. Réalisez votre CV en hongrois bien sûr, mais également en anglais. La langue locale n’étant pas pratiquée à l’échelle internationale, il est indispensable d’avoir son CV en deux versions, dont l’une rédigée avec la langue de Shakespeare. Soyez également vigilants quant à la traduction de votre CV hongrois. La syntaxe et l’orthographe sont scrutées de près, ne pensez pas que c’est une exclusivité française.

-Infos personnelles

Même si en France, cette partie a sa place dans le CV, elle se limite à l’identité et aux coordonnées du postulant. En Hongrie, les infos personnelles doivent être plus étoffées, par exemple votre situation maritale, votre état de santé ou des détails plus personnels sont à inscrire dans le CV.

-La photo moins importante qu’en France

Ce point pourrait être paradoxal quand on lit juste au-dessus que les infos personnelles sont plus mises en valeur en Hongrie. Justement, les recruteurs hongrois n’attendent pas forcément de photo sur votre CV, même si elle n’est pas réprimandée, car ils estiment vous connaître pour ce que vous êtes et ce que vous avez fait, plutôt que ce à quoi vous ressemblez. Une consigne très différente de la France, où de façon générale, les recruteurs préfèrent mettre un visage sur la tête de leur futur employé, même si une loi pour le CV anonyme pourrait être appliquée prochainement.

-Expériences professionnelles

Tout comme les consignes pour la présentation écrite (à lire plus haut), la rubrique « expériences professionnelles » est autant similaire en Hongrie qu’en France. C’est une partie fondamentale pour le recruteur, qui accorde autant d’importance pour le travail que pour les études, il est donc primordial de développer ses expériences professionnelles de façon chronologique afin que votre futur employeur constate par quoi vous êtes passé, quelles sont les aptitudes et les capacités que vous avez pu travailler, etc. N’hésitez pas à développer si matière il y a, le recruteur veut savoir ce que vous savez faire, donc vous ne l’endormirez pas.

-Pas de lettre de motivation

Voilà qui pourrait vous éviter de perdre du temps. En France, on s’est tous bloqué une fois devant notre feuille blanche lorsqu’il s’agit de rédiger une lettre de motivation, par crainte de ne pas choisir les bons mots ou les bonnes formules, puis une fois terminée, on s’attarde à lire et relire notre lettre, de peur qu’elle soit imprécise ou peu pertinente pour le recruteur qui se fera une image faussée de vous. Et bien à Budapest, vous pouvez supprimer ce détail qui forme, parfois, une vraie prise de tête pour le postulant. C’est une démarche inconnue en Hongrie. Si vous joignez une lettre de motivation à votre CV, il est fort probable pour qu’elle ne soit même pas lue.

Bien évidemment, il n’y a pas d’extrême contraste entre les CV hongrois et français, on retrouve plusieurs points communs comme la simplicité de la présentation, une mise en page sobre, une syntaxe irréprochable et les expériences professionnelles mises en avant. Néanmoins, il est fondamental de suivre ces détails divergents afin d’optimiser vos chances de trouver un emploi à Budapest.

 

vincent villemer

Vincent Villemer

Journaliste sportif radio/web. Passionné par le ballon rond, la culture urbaine et sa musique.
0 Commentaire (s)Réagir