Le gouvernement propose une nouvelle formule «taxe sur la cupidité»

Par Rafiq Kerfati | Publié le 22/03/2019 à 14:40 | Mis à jour le 22/03/2019 à 17:00
Photo : Source photo: Pixabay.com
tax_calculator_-_pixabay

Le 20 mars, le ministère roumain des Finances a informé les banquiers de la dernière version de la "taxe sur la cupidité", ainsi que de la promesse de la réduire à néant pour les banques les plus industrieuses qui "font preuve d'un engagement dans le financement des entreprises et des ménages locaux".

 

"Je mets zéro [recettes de la taxe sur la cupidité] dans le budget parce que je ne veux pas percevoir de taxes", a déclaré le ministre des Finances, Eugen Teodorovici.

 

Pour que l'impôt soit levé, les banques devront «augmenter le financement» d'au moins 8% au cours de l'année [il ne sait pas encore s'il s'agit d'un stock de prêts ou de nouveaux prêts], et réduire à nouveau la marge d'intérêt sur les dépôts, par exemple. On ignore si cela est défini pour les actions ou les nouveaux emprunts / dépôts], a rapporté  Profit.ro. Les deux conditions représentent 50% de renonciation dans la «taxe sur la cupidité».

 

En ce qui concerne le calcul de la taxe sur la cupidité, les choses se compliquent. Teodorovici s’engage toutefois à ne pas prélever un impôt supérieur au bénéfice de la banque, dans le pire des cas. Les banques déficitaires ne paieront pas la taxe sur la cupidité.

 

Source Romania Insider

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale