Lundi 18 janvier 2021

Barrière de corail: quels bons plans après le cyclone?

Par Lepetitjournal Brisbane | Publié le 10/08/2017 à 02:21 | Mis à jour le 10/08/2017 à 09:50

 Depuis le cyclone du mois de mars dernier, le paysage du Queensland s'est vu quelque peu molesté. Des ravages sur la Faune et la Flore, qui n'ont pas été sans conséquences sur le tourisme. Le secteur le plus touché n'est autre que le tourisme gravitant autour de la Barrière de Corail: moins de poissons, coraux décimés... Les multiples agences bombardent de promotion pour garder la tête hors de l'eau.

Quels sont les bons plans post cyclone? Le Petit Journal de Brisbane a mené l'enquête. 

Airlie Beach & Withsunday islands

Avant le cyclone, les spots aux alentours d'Airlie Beach figuraient parmi les plus beaux du monde. Malheureusement, rares sont les spots qui ont subsisté. Certains restent très beaux, et les poissons commencent à revenir, mais selon Craig, guide touristique sur les Withsundays, "il faudra au moins une centaine d'années pour que le corail repousse et soit aussi beau qu'avant."

 

L'immanquable reste malgré tout White Heaven Beach - littéralement la plage du paradis blanc. Les Withsunday islands valent malgré tout le détour. A survoler également en avion pour les plus téméraires - et les moins regardants sur leur porte-monnaie: environ 219$ pour une heure de vol.

Cairns 

 Cairns est la ville principale d'où part la majorité des bateaux en destination de la Grande Barrière de Corail pour la journée ou des séjours de plusieurs jours. Une multitude de récifs s'offrent à vous, mais dire que certains récifs sont plus beaux que d'autres serait faux. Vous retrouverez les mêmes familles de coraux ou de poissons sur chaque récifs, donc pas la peine de prendre l'excursion la plus chère. Toutefois, il existe des formes de récifs différentes, avec des profondeurs et des dimensions différentes. De petits détails qui jouent sur les possibilités de rencontres sous la mer!

 

Cairns reste donc, surtout depuis le cyclone, le grand incontournable pour voir de beaux coraux et de beaux poissons.Pour voir un maximum de choses, l'astuce est de prendre la compagnie qui va le plus loin.

Julian Rocks & Byron Bay

Classé parmi les meilleurs spots de plongée par le Australian Geographic Magazine, Julian Rocks serait même classé au-dessus de la Grande Barrière ! Les plongeurs sont emmenés dans les zones les plus protégées et abritées, où les profondeurs sont peu profondes (3 à 12 m) et la vie marine existe en abondance: notamment beaucoup de tortues! Byron Bay est également un spot connu pour voir des dauphins et des baleines! Un très bon plan, moins "mainstream".

Lady Musgrave Island

Encore moins connu, puisqu'il faut partir du port de Bundaberg pour s'y rendre (Environ 6 heures en train depuis Brisbane). Petite île déserte entourée d'un lagon bleu turquoise, le banc de corail est à moins d'un mètre de profondeur. 

Astuce éco, cher Français radin : pas besoin de se ruiner en scuba diving, le snorkeling suffit amplement, et donc plus économique! Il vous sera possible de voir des dizaines de tortues vertes, et des centaines de poissons multicolores. De multiples logements sont disponibles en réserves, ainsi que des tours (plus raisonnables que sur les autres grands sites touristiques sur la Grande Barrière), offrent un barbecue-apéro au coucher du soleil après la séance de plongée! 

A vos masques, prêts, partez ! 

www.lepetitjournal.com/Brisbane Jeudi 10 Août 2017 

Lepetitjournal Brisbane

L'édition de Brisbane de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Brisbane ?

Arsène Lupin, le gentleman français qui séduit le monde

La série Lupin: dans l’ombre d’Arsène vient de paraitre sur Netflix. Le célèbre gentleman cambrioleur, qui n’en est pas à sa première adaptation, a déjà ravi le coeur de fans dans le monde entier.

Expat Mag

Chennai Appercu
RÉTROSPECTIVE

Sur les routes de l'Inde du sud en 1969

1969, Madras. Alain est un jeune étudiant parachuté en Inde à la fin de son cursus. Une expérience qui le marquera à jamais. 50 ans plus tard il partage ses souvenirs de Madras sur lepetitjournal.com

Sur le même sujet