Vendredi 26 novembre 2021
TEST: 3548

Être paria dans l’Inde d’aujourd’hui

Par France Azema | Publié le 14/04/2021 à 01:02 | Mis à jour le 14/04/2021 à 01:02
intouchable dalit paria

L’histoire des dalits a connu une résurgence dans les études et recherches ces dernières années.
Littéralement « broyé », « cassé » ou « opprimé », dalit est un terme utilisé par les castes d’ex-intouchables comme une sorte d’ « auto- identification » politique. Le mot paria, bien qu’il soit le nom d’une caste intouchable spécifique du sud de l’Inde, est également devenu le nom générique pour désigner l’intouchabilité et le caractère forcé de leur situation.

La politologue germano-américaine Hannah Arendt utilise d’ailleurs ce terme pour décrire une forme d’abjection et d’exclusion sociale, comme cela a été le cas pour les Juifs, par exemple (H. Arrendt - The Jew as Pariah : Jewish Identity and Politics in the Modern Age - 1978).

Le mot paria - dérivé à l'origine du tamoul paṛaiyar, « batteur » - désignait le Paraiyan, un groupe de caste tamoule d'ouvriers et de serviteurs de village de bas statut, mais le sens a été étendu pour englober de nombreux autres groupes de caste, avec des statut très variables.

 

intouchable dalit paria
Un groupe d'ouvriers Paraiyar dans la Présidence de Madras en 1909

 


Le phénomène paria concerne la période entre 1890 et 1920, lorsque le « problème » de l’intouchabilité acquiert une nouvelle visibilité en raison de l’intervention coloniale et de l’activisme des missionnaires. Cependant, alors que le problème de l’intouchabilité est dévoilé, le déni des castes supérieures réussit à le présenter plus comme un « problème de répugnance religieuse » que comme du travail forcé ou des privations matérielles de certaines classes sociales. Le phénomène paria pointe l’énorme injustice économique qui en découle. Il exclut à la fois toute critique structurelle de la caste en tant que force qui permet l’accroissement du capital et une logique sociale qui justifie l’impossibilité d’accéder à l’égalité pour certains.

 

intouchable dalit paria
Petite fille dalit au travail - Photo Claire Tabar

 

Les études sur le sujet concernent souvent l’État du Tamil Nadu. Comme le Maharashtra, le Tamil Nadu a une longue tradition de luttes pour une égalité radicale et un affranchissement social. Contrairement à l'Inde occidentale où un mouvement dalit autonome, dirigé par l'homme politique et juriste indien, Dr B.D. Ambedkar, se forme dans la période de l'entre-deux guerres, le Tamil Nadu assiste à la montée du conservatisme des castes supérieures qui se combine avec une tradition tout aussi forte de non-brahmanisme égalitaire. Les partis politiques hégémoniques tels que Dravida Munnetra Kazhagam (DMK) et All India Anna Dravida Munnetra Kazhagam (AIADMK) représentant les castes moyennes et inférieures perpétuent l'héritage du non- brahmanisme, mais éludent la spécificité de la lutte et de la protestation des dalits.

 

intouchable dalit paria
Dr Ambedkar - @Public.Resource.Org

 

Le phénomène dalit rejoint une riche tradition scientifique sur la caste d’Inde du sud, bien qu'il s'agisse d'un problème simultanément structuré par des données analytiques. Rupa Viwanath, historienne indienne, navigue habilement sur ce sujet pour montrer comment les relations sociales du travail ont structuré la dichotomie pureté/impureté, même si cela fonctionne comme une explication de la hiérarchie des castes. Dans ce processus, les castes dominantes exploitent les plus basses.

La conversion dalit inaugure le processus: alors que les missionnaires protestants essayent de convertir les dalits, les castes foncières répondent que leurs droits de subordonner les dalits découlent de la coutume ancestrale et que la politique coloniale de non-ingérence religieuse réitère ce droit. Pendant ce temps, les Britanniques, en demande de main-d'œuvre bon marché, interprètent la servitude comme faisant partie de la « liberté de contracter », tout en ignorant la stigmatisation sociale qui rend le travail des intouchables susceptible d'être exploité en premier.

Saurabh Dube, anthropologue et historien indien, prend l’exemple d’une communauté paria, au XIXème siècle, très basse dans la hiérarchie : les Chamar. Jusqu’alors paysans en Inde centrale, ils se retrouvent tout d’un coup uniquement associés au travail du cuir, à la cordonnerie et à la maroquinerie (travaux considérés impurs). Des travaux récents sur les Chamar dans le nord de l'Inde par Ramnarayan Rawat, historien spécialiste du sous-continent indien, suggèrent un ensemble similaire de processus à l'œuvre dans cette région également.

 

intouchable dalit paria
Chamar travaillant le cuir

 

Ce que ces études partagent, c'est la manière dont l'échec des actions menées face aux problèmes de l'exploitation par le travail a donné naissance à une conception étroite et moraliste de la réforme sociale de l'intouchabilité.

Vishwanath se penche avec beaucoup d’intérêt sur les écrits laissés par les missionnaires, des archives trop négligées sur le contrôle et la réglementation du travail. L’historienne soutient qu'elles jouent un rôle clé dans la redéfinition de l'intouchabilité en tant que problème d'exclusion religieuse.

 

Le Collector JH Tremheer de 1892, Notes on the Pariahs of Chingleput met l'accent notamment sur la privation du droit de vote des dalits qui suit ces réformes. Ce Collector reprend l’histoire d'un siècle d’une soi-disant « amélioration » pour les parias, basé sur les écrits des missionnaires. Y est évoqué ce qui a été nommé « welfarisme » de l'État et des castes supérieures : un "discutable engagement en faveur de l'élévation sociale et de la résistance pure et simple à l'émancipation économique des dalits" (1892).

 

intouchable dalit paria
Femmes dalit

 

Vishwanath aborde aussi dans ses recherches l'importance de l’accès à la propriété pour la vie et la respectabilité des dalits, ainsi que toutes les polémiques qui l’entourent. Alors que le nouveau welfarisme du gouvernement de Madras s'engage à améliorer la vie de la main-d'œuvre paria, en fournissant le logement et le terrain, les castes supérieures protestent contre cela. D’importants conflits les opposent au gouvernement. (À ce jour, les maisons et autres symboles de l’ascension sociale des dalits, tels que les ustensiles en acier, les appareils électroniques et les véhicules motorisés, sont la cible de la violence anti-dalit.)

Le problème des parias met en évidence le lien caste-État et la force combinée du gouvernement colonial et du nationalisme culturel en tant qu’évolution moderne, bien que particulièrement pernicieuse, où la privation des dalits reste réelle.

 

intouchable dalit paria
Oppression des dalits : Newslaundy Mars 2020

 

Le problème des parias concerne l'historicisation de l'exploitation du travail dans des liens complexes et contradictoires entre l'activisme missionnaire, l'administration coloniale et les préjugés hindous et, en fin de compte, même l'autoreprésentation des dalits eux-mêmes. Le « problème paria » est un rappel important de la centralité de la terre, du travail et de la vie pour l'émancipation des dalits.

Ainsi, une véritable unité pourrait se créer sur la prise en compte de ces problèmes et non uniquement sur la base de la caste ou de la religion. Considérées en termes d’intérêts économiques et politiques, les dalits sont des alliés naturels car leurs problèmes sont les mêmes et la lutte pour leur émancipation est naturelle.

 

Pour en savoir plus sur la vie et l'œuvre de Dr Ambedkar, lire  Connaissez-vous Dr Ambedkar, le père de la constitution indienne ? et  Le 6 décembre, Mahaparinirvan Din

 

 

Nous vous recommandons
France Azema lepetitjournal.com Bombay contributrice

France Azema

Touchée par la foudre de l'Inde très jeune, passionnée par sa culture, ses arts et ses traditions. Danses Bollywood, Kathak, yoga et méditation. Anthropologue indianiste et sociologue du genre et des religions de l’Inde.
0 Commentaire (s) Réagir