Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 3548

Elections consulaires Agir ensemble pour le respect de l'environnement

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 20/05/2021 à 17:34 | Mis à jour le 20/05/2021 à 20:30
Elections consulaires Pascal Chazot EELV

Le 30 mai 2021, tous les Français résidant en Inde et inscrits sur les listes électorales sont appelés à voter pour élire les conseillers des Français de l'étranger et les délégués consulaires pour une durée de six ans. Pendant la campagne électorale qui a lieu du 17 au 21 mai 2021, la rédaction présente chaque jour le candidat en tête d'une des cinq listes pour lesquelles les Français sont appelés à voter. L'ordre d'apparition des candidats est celui du tirage au sort effectué par l'Ambassade de France en Inde le 24 mars 2021.

 

Aujourd'hui, voici la liste Agir ensemble pour le respect de l'environnement avec EELV menée par Mr Pascal Chazot.

 

La candidature de Pascal Chazot

Pouvez-vous vous présenter brièvement et expliquer la raison de votre candidature ? Vous présentez-vous pour un parti ou en indépendant ?

Je suis en Inde depuis plus de trente ans. J’étais directeur de l’Alliance Française d’Ahmedabad, puis nous avons créé, avec mon épouse Anju d’origine indienne, une école internationale, de la maternelle au bac, utilisant une pédagogie inspirée de la pédagogie institutionnelle française et de la psychologie génétique de Jean Piaget. L’accent est mis essentiellement sur la coopération entre les apprenants, en contraste avec le système éducatif dominant qui privilégie la compétition, ainsi que sur la recherche des moyens de co-construire une vie en harmonie avec l’environnement physique et humain. Notre école est autorisée par le Baccalauréat international, diplôme que nos étudiants obtiennent à la fin de leur scolarité. Avec de très bons résultats à leur Bac, nos étudiants obtiennent des admissions dans les plus grandes universités partout dans le monde et en France, par exemple à Sciences Po, dans nos grandes écoles de commerce ou écoles d’ingénieurs, etc. 

Notre école a reçu une reconnaissance nationale en Inde et plusieurs de nos innovations pédagogiques ont été reprises dans la grande réforme de l’éducation que l’Inde est en train de mettre en place (National Education Policy). Anju coordonne deux comités nationaux créés par les autorités indiennes pour mettre en application cette réforme dans les trois années à venir.

Nous délivrons également des formations d’enseignants et des séminaires en France, notamment en collaboration avec le Rectorat de Caen dans le cadre de l’école du bonheur, et nous avons été désignés ambassadeurs pour le prix de la liberté par la Région Normandie.

Titulaire de l’Education Nationale, j’ai un doctorat en Psychologie de l’éducation et un Master en sanskrit de l’université de la Sorbonne Nouvelle, mon épouse Anju a un doctorat en éducation du King’s College de Londres, travailler dans l’éducation en Inde est donc un prolongement naturel de nos formations. 

J’ai décidé de me présenter pour continuer le travail que j’ai commencé lors de mon mandat précédent, avec de l’expérience et des idées claires sur la manière d’obtenir les meilleurs résultats possibles au bénéfice de la communauté française en Asie du sud, fort des succès de notre école dans le domaine de l’éducation dont certains peuvent être partagés avec d’autres institutions françaises. Les problèmes écologiques et environnementaux, dont la situation critique créée par le Covid est un aspect, sont parmi les plus importants à résoudre. L’un des leviers les plus durables pour trouver des solutions se trouve dans l’éducation. Mettant l’accent sur ces problèmes écologiques, j’ai décidé de me présenter avec l’investiture de Europe Ecologie Les Verts, soutenu par l’association Français du Monde – ADFE. 

 

La mission d'un conseiller des Français de l'étranger

Que représente pour vous la mission principale d’un conseiller des Français de l'étranger ?

Il y a deux aspects complémentaires à la mission d’un conseiller des Français de l’étranger. Le premier est local, avec notre participation dans les conseils consulaires où nous donnons notre avis sur les questions de bourses scolaires aux familles françaises, d’aide sociale, de plans de sécurité, etc. Nous y avons l’occasion de défendre les intérêts de familles qui nous semblent le mériter et éventuellement s’assurer que la répartition des ressources limitées qui sont allouées à ces aides différentes, soit faite de la manière la plus équitable possible. 

J’ajouterai qu’il entre dans notre mission également, parallèlement à ce dispositif de conseils consulaires, et bien que ce rôle ne soit pas défini formellement, d’attirer l’attention de l’administration sur des cas particuliers de Françaises ou Français qui nous semblent mériter un meilleur accueil que celui qui leur a été réservé. Par exemple, durant les limitations de déplacements entre l’Inde et la France, plusieurs couples binationaux se sont retrouvés séparés durant des mois, les visas dans un sens ou dans l’autre leur étant refusés. Cela a conduit à des situations dramatiques et ont conduit à la création d’un mouvement qu’ils ont appelé ‘Love is not Tourism’. Il m’a été possible, en tant qu’élu, d’attirer l’attention des autorités consulaires sur des situations dont j’ai eu connaissance et, dans certains cas, grâce à la réponse bienveillante de ces autorités, aider des familles à être réunies à nouveau. 

Il nous appartient également à mon sens d’essayer de mettre en relation les différentes composantes de la communauté française de notre circonscription et créer des synergies en vue de la réalisation des points proposés dans notre programme. Je propose par exemple de mettre en relations les différentes écoles françaises de notre région, dont celle que je dirige, pour développer ensemble et en synergie des projets axés sur l’environnement et le développement durable.

Le deuxième aspect est plus global et politique. Les conseillers des Français de l’étranger sont les grands électeurs des 12 Sénateurs des Français de l’étranger. Ces Sénateurs agissent au niveau du Parlement français pour promulguer des lois qui prennent en compte les besoins particuliers des Français de l’étranger dans le cadre des législations nationales. La aussi il est important d’être en cohérence avec les choix opérés et propositions faites dans notre profession de foi. Par exemple, pour n’en citer qu’un seul, les modifications proposées par EELV pour un calcul permettant une plus grande équité pour les retraités Français résidant à l’étranger.

 

La liste Agir ensemble pour le respect de l'environnement avec EELV

Comment avez-vous constitué votre liste ?

J’ai fait appel à des personnes de bonne volonté, réparties sur le très grand territoire de notre circonscription électorale (qui couvre l’Inde, le Népal, le Bangladesh, le Sri Lanka et les Maldives), soucieuses de pouvoir être utiles à la communauté française d’Asie du sud en partageant leurs domaines d’expertises respectifs : chercheur sur les problèmes d’environnement, ingénieur d’écologie maritime, experts en éducation ou en communication, d’horizons sociaux très différents mais tous engagés au service des Français d’Asie du sud. Nous avons pu réunir une équipe fantastique, d’un niveau d’expertise tout à fait exceptionnelle, totalement dévouée à la cause de la représentation des Français de l’étranger. 

 

Les besoins des Français résidant en Inde

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français résidant en Inde aujourd’hui ?

Tout d’abord, je suis convaincu que les plus grands défis auxquels nous sommes confrontés dans la vie sont plus individuels que collectifs et que, au niveau local de notre action, je privilégie l’approfondissement de la compréhension de cas individuels. Ceci étant dit, il existe bien entendu des difficultés communes qui constituent des défis. Ils peuvent être d’ordre professionnels, administratifs, familiaux ou de qualité de vie. Là aussi, la situation individuelle reste prépondérante et, par exemple, les grands défis des Français expatriés pour une grande compagnie française ou le gouvernement français sont totalement différents de ceux auxquels font face ceux que l’on pourrait appeler des binationaux (en fait des OCI). 

Mais aujourd’hui, il existe un grand défi commun à tous, c’est la situation sanitaire qui se dégrade de jour en jour et la manière d’y faire face. Et pour cela, seule une coopération totale de tous, avec un seul objectif commun, est une réponse à ce défi, mettant de côté les différences politiques ou divergences entre listes. Les conséquences de cette tragédie sanitaire sont multiples. A côté de la maladie qui frappe nombre de nos compatriotes, les conséquences économiques sont souvent également tragiques, surtout pour ceux ayant une activité liée au tourisme, au transport ou à la restauration. Il y a également les cas de séparations douloureuses de couples ou de familles. Chaque cas demande une attention spécifique et une aide adaptée à la situation particulière. C’est là que la coopération pour joindre les efforts de tous et de chacun est essentielle. 

 

Le programme d'Agir ensemble pour le respect de l'environnement avec EELV

Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme pour ces élections ?

Il y a bien sûr la participation à tous les conseils consulaires et la défense des intérêts des familles et Françaises ou Français qui le méritent, la défense des bourses scolaires, des aides sociales, participation active aux plans de sécurité, etc. Cet aspect est commun à toutes les listes et je pense que tous les candidats en lice sont en mesure de bien s’affranchir de cet aspect de notre mission. Les différences entre les programmes sont ailleurs. 

En ce qui nous concerne, nous mettons l’accent sur les aspects suivants. 

Le premier concerne le bien être de nos compatriotes en Asie du sud. Cela commence par s’assurer que la dimension humaine individuelle de chaque cas est prise en compte, à côté du traitement administratif de son dossier, et qu’un accueil bienveillant lui est réservé à tous les niveaux de l’administration. L’exemple des couples binationaux séparés par la crise du Covid mentionné plus haut en est un exemple.

Le deuxième est la recherche de solutions et leur mise en application, des problèmes fondamentaux liés aux questions environnementales, écologiques, de changements climatiques, etc. Pour cela nous proposons d’agir au niveau local par tous les moyens que nous pouvons mettre en œuvre, principalement au travers d’actions dans le domaine de l’éducation. Nous proposons par exemple de mettre en relations nos différentes structures éducatives et développer des actions coopératives pour, d’abord, la prise de conscience des problèmes environnementaux, ensuite promouvoir des solutions innovantes, même très ponctuelles. Nous aurons à cœur également de sensibiliser tous nos interlocuteurs, officiels comme privés, à ces problématiques et les encourager à partager leurs savoirs et savoir-faire dans ces domaines. En termes d'action pour la formation et l'emploi des Français en Asie du sud, nous insisterons sur les nouvelles professions et professions émergentes, ainsi que leur intégration avec les problématiques écologiques.

Troisièmement, nous interviendrons dans le débat national en France sur nos axes prioritaires, notamment par l’intermédiaire de nos représentants à l’Assemblée des Français de l’étranger et de nos Sénateurs des Français de l’étranger. Il s’agit là de questions plus générales auxquelles sont confrontées les Français de l’étranger dans le monde : défendre un mode de calcul plus équitable pour les retraites et les impôts ou CSG français, les Français de l’étranger étant désavantagés par rapport à ceux de France, défendre un enseignement français de qualité accessible à tous dans le monde, égalité de genres, etc… Nous avons de nombreuses propositions qui prendraient trop de place à détailler ici mais qui sont disponibles sur notre site de EELV hors de France.

 

L'importance du vote

Pourquoi est-il important pour les Français de l’étranger de prendre part à ces élections consulaires ?

Ces élections sont l’expression d’un acte démocratique fondamental de la représentation des Français de l’étranger. On peut constater dans différentes parties du monde que la Démocratie est menacée. C’est un devoir civique que de défendre ce système démocratique, même s’il est imparfait et demanderait d’aller, à mon sens, vers plus de démocratie participative plutôt qu’uniquement représentative comme c’est le cas aujourd’hui. Mais même telle qu’elle est, la Démocratie est un bien trop précieux pour l’humanité pour risquer de la voir être affaiblie ou disparaître. C’est pourquoi je souhaite vraiment la plus large participation possible à ces élections. Je dirais même que je préfère un compatriote votant pour une liste concurrente à la nôtre plutôt qu’une abstention. Mais j’espère bien entendu que nous convaincrons suffisamment d’électeurs pour que notre liste gagne car notre but et nos propositions visent réellement à apporter plus de bien être à la communauté française d’Asie du sud.

 

Retrouvez toutes les propositions d'Agir ensemble pour le respect de l'environnement avec EELFV sur le site internet d'EELFV - hors de France et sur la page Facebook : EELV Asie du Sud / Asie Centrale - Europe Ecologie les Verts

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Lima

Juli, la "petite Rome d'Amérique"

Sur les rives du lac Titicaca, à une heure de trajet de Puno, capitale de la région, Juli doit son surnom à l’intense ferveur religieuse et à toutes les églises que l'on peut y trouver.