TEST: 3548

Retour à la tradition pour le budget indien

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 28/07/2019 à 23:00 | Mis à jour le 28/07/2019 à 23:00
Photo : credit twitter
nirmala sitharaman budget inde

Durant les présentations du budget de l’Inde en juillet 2019, Nirmala Sitharaman, la ministre indienne des Finances a choisi de transporter les documents du budget dans un dossier entouré de soie rouge et portant l’emblème de la nation indienne au lieu de la serviette en cuir habituellement utilisée par ses prédécesseurs. 

 

Elle aurait indiqué vouloir se détacher des habitudes coloniales transmises par les Anglais avec l’usage de la serviette ou valise. Elle a ainsi sous-entendu devant les journalistes que le gouvernement Modi 2.0 n’est pas un gouvernement qui peut être corrompu, la valise ayant une connotation péjorative car elle est connue pour passer de main en main. 

 

Le Chief Economic Advisor, Krishnamurthy Subramanian, a confirmé que ce geste représentait un retour aux sources : “C’est une tradition de chez nous et cela symbolise la libération de l’esclavage de la pensée occidentale. Ce n’est pas un Budget mais un Bahi-Khata (grand-livre).”

 

 

Selon le Littré, le terme budget est dérivé de l’anglais budget, lui-même pris de l'ancien français boulgette. La boulgette était une petite bourse, qui prit en anglais le sens spécial de bourse du roi, trésor royal. Ce mot, emprunté à l'anglais dans les premières années du XIXe siècle, figure pour la première fois, comme signifiant l'ensemble des recettes et des dépenses de l'État, dans  le Rapport au roi sur la situation des finances au 1er avril 1814, et sur les budgets des années 1814 et 1815.

 

Auparavant, les documents du budget indien étaient transportés dans une serviette marron, une copie de la “Gladstone Box” utilisée par le ministre anglais des finances. Lors d’une table ronde budgétaire, Nirmala Sitharaman a indiqué que celle-ci portait encore les initiales de la reine Elisabeth et que donc cela n’avait plus de sens de l’utiliser dans l’Inde contemporaine. 

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale