TEST: 3548

Gouvernement du Maharashtra : coup de théâtre du BJP

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 24/11/2019 à 14:03 | Mis à jour le 26/11/2019 à 05:14
Photo : Caricature relatant la nomination surprise du Chief Minister - credit Instagram firstpost
BJP NCP Chief Minister

Réveil surprise pour les habitants du Maharashtra samedi 23 novembre : alors qu’ils s'étaient couchés avec l’annonce par le NCP, le Congress et le Shiv Sena d’un programme commun et d’un accord sur la répartition des rôles de Chief Minister (CM) et Deputy Chief Minister (deputy CM), ils se sont réveillés avec le même CM qu’il y a un mois et un deputy CM en provenance du NCP. Une annonce à 180 degrés donc de l’issue des négociations de la veille !

 

Vendredi soir, accord entre le Shiv Sena, le NCP et le Congress

Vendredi 22 novembre au soir, Uddhav Thackeray du Shiv Sena déclarait que son parti, le NCP et le Congress étaient parvenus à définir un programme satisfaisant pour les trois et à s’entendre sur l’attribution des rôles de CM et deputy CM : Uddhav Thackeray serait finalement CM et le NCP et le Congress nommeraient chacun un deputy CM. Les dernières mises au point étaient prévues pour samedi avant d’aller proposer cette formation au gouverneur du Maharashtra.

 

Samedi matin, coup de théâtre du BJP

Mais, dans la nuit de vendredi à samedi, le gouverneur de l’Etat du Maharashtra (BJP) a demandé au Président de l’Inde d’annuler la President’s rule sous laquelle le Maharashtra avait été placé en attente d’un gouvernement. Ram Nath Kovind (l’actuel Président indien) a approuvé sa demande à 5h du matin !

Dans la foulée, Devendra Fadnavis, Chief Minister sortant et membre du BJP accompagné par Ajit Pawar, neveu du leader du NCP et quelques députés de ce même parti se présentaient devant le gouverneur pour lui présenter leur proposition de gouvernement. A 7h30, toutes les chaînes locales retransmettaient en direct la cérémonie pendant laquelle Devendra Fadnavis prêtait serment comme nouveau CM et Ajit Pawar comme deputy CM. Le gouverneur a donné 5 jours au nouveau gouvernement pour prouver qu'il avait la majorité à l'assemblée (l'échéance est le 29 novembre).

 

Tweet moqueur sur les horaires de travail du BJP

 

Le Shiv Sena a crié à la trahison, Sanjay Raut, un de ces leaders, déclarant que le BJP, leur ex-allié, les avait poignardé dans le dos. Le NCP s’est empressé de déclarer qu’il n'était pas responsable de la décision personnelle d’un de ses membres et que le gouvernement proposé par le BJP n’obtiendrait pas la majorité. Le Congress, lui, est abasourdi !

Afin de limiter les tentatives de séduction du BJP envers leurs élus, le Shiv Sena, le NCP et le Congress ont mis en place ce que les médias appellent la politique des “resorts” : le Shiv Sena a regroupé tous ses élus dans l'hôtel de luxe Lalit près de l'aéroport de Mumbai, le NCP les a assignés à résidence au Renaissance (établissement 5 étoiles) à Powai et le Congress les a envoyés en “vacances” au JW Marriott à Juhu.

 

Les dessous de la politique du Maharashtra

Ajit Pawar est le neveu du chef du parti du NCP, Sharad Pawar, et a déjà fait parti du gouvernement du Maharashtra, notamment de 2004 à 2014, il était alors en charge du Ministère de l’Eau (Water resources ministry). A ce titre, il a été mis en examen pour corruption lors de l’attribution de marchés pour d’importants travaux d’irrigation. Le Maharashtra, état agricole, est très dépendant des ressources en eau et a souffert plusieurs années de sècheresse. Les projets d'irrigation prévus par les gouvernements successifs tardent à voir le jour.

En 2014, lorsque le BJP a pris le pouvoir dans l'état, il a ouvert une enquête contre Ajit Pawar sur ce sujet qui est toujours en cours. Devendra Fadnavis a déclaré à l'époque que le BJP ne s’allierait jamais avec le NCP !

 

Tweet de Devendra Fadnavis en 2014


 

Récemment, Ajit Pawar a été accusé de faire partie d’un autre scandale, celui de la banque locale, Maharashtra State Cooperative Bank, qui aurait attribué des prêts à des usines de production de sucre sans respecter les règles élémentaires de gestion du risque.

Suite au revirement de situation et à la nomination d’Ajit Pawar comme deputy CM aux côtés du BJP, journalistes et politiciens ont sous-entendu que le BJP avait fait pression sur ce dernier pour qu'il participe au gouvernement.

Chacun se demande aujourd’hui ce que les enquêtes et les accusations en cours contre Ajit Pawar vont devenir.

 

La suite des événements

Le Shiv Sena a porté plainte devant la Cour suprême samedi et a demandé une audience rapide. La Cour a répondu qu’elle attendait de recevoir tous les documents pour émettre un avis : la lettre du gouverneur demandant l’annulation de la President’s rule et celle proposant à Devendra Fadnavis de former un gouvernement ainsi que le document prouvant que le nouveau gouvernement a la majorité à l'assemblée, c’est à dire au moins 145 députés.

Ajit Pawar a été démis de ses fonctions au sein du parti par son oncle, le Président du NCP alléguant que son ralliement avec Devendra Fadnavis “n'était pas en ligne avec la politique du parti”. Cependant, dimanche après midi, Ajit affirmait encore qu’il faisait partie du NCP : 

 

 

 

La réponse de son oncle, Sharad Pawar

 

 


Sharad Pawar a affirmé que l’alliance entre le BJP et son neveu ne survivrait pas au décompte des députés et que l’alliance Shiv Sena - Congress - NCP tenait toujours. 

 

De fait, l'inquiétude pesait quant à certains élus du NCP qui auraient disparu et dont on suspectait qu’ils avaient rejoint la faction dissidente menée par Ajit Pawar, mais ils sembleraient qu'ils apparaîtraient progressivement à l'hôtel Renaissance (NCP). Les membres de l’alliance clament qu’ils ont déjà réuni la majorité nécessaire et demandent un décompte des parlementaires le plus rapidement possible. 

 

Le week-end a ainsi donné lieu à de nombreux jeux d’alliance, de discussions et tentatives de ralliement. Si la manoeuvre du BJP est tout à fait spectaculaire, les prochains jours diront si ces tractations offriront enfin un gouvernement à l'état ou si les dés ne sont pas encore joués.

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste)

Ou nous suivre sur Facebook

 

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale