Vendredi 14 août 2020

Bombay insolite : le village de Khotachiwadi à Mumbai sud

Par Isabelle Bonsignour | Publié le 28/11/2019 à 19:26 | Mis à jour le 29/11/2019 à 11:43
Photo : Une des maisons de Khotachiwadi - Instagram jamesfereirralabel
Khotachiwadi James Fereirra

Dans le sud de Bombay, cachée au milieu du quartier bruyant et encombré de Girgaum, pas loin de la plage de Chowpatty, se trouve une petite rue paisible bordée de maisons vieilles de plus de cent ans et peintes de couleurs vives : Khotachiwadi. C’est l’unique survivante d’un ancien village portugais.

 

Khotachiwadi James Fereirra
Les couleurs de Khotachiwadi

 

Khotachiwadi tire son nom du propriétaire du terrain, Dadoba Waman Khot, un marchand de la communauté hindoue Pathare Prabhu. A la fin du 18ème siècle, ce dernier vendit des parcelles à des pêcheurs de la communauté chrétienne indienne, les East Indians Catholics. Ceux-ci y construisirent leur résidence dans le style portugais de l'époque : maisons en bois de deux étages avec une balustrade sculptée et un escalier latéral. Le village, formé de 65 maisons jusqu’en 1947, n’en abrite plus que 27 aujourd’hui, la plupart concentrées dans la rue Khotachiwadi.

 

Khotachiwadi James Fereirra
Entrées de maisons sur Khotachiwadi

 

Un des résidents de Khotachiwadi, le styliste indien renommé, James Fereirra, a créé le Khotachiwadi Welfare and Heritage Trust pour tenter de préserver les bâtiments et l’esprit de l’ancien village de pêcheurs. Il habite lui-même encore dans sa maison de famille qui abrite aussi son bureau et l’atelier de stylisme. Récemment, il a ouvert le rez-de-chaussée aux visiteurs et propose des séjours bed and breakfast.

James Ferreira affirme : “Il serait facile de transformer le sud de Mumbai en une zone touristique dynamique et profitable. Le centre de la ville s’est déplacé vers le nord et le sud a accueilli beaucoup d’immigrants. Il faudrait effectuer des relevés dans les quartiers du sud, réparer ou reconstruire les bâtiments endommagés et sauver le tout. On devrait y interdire toute construction de grand immeuble.”

 

Khotachiwadi James Fereirra
L'intérieur de la maison de James Fereirra - Instagram jamesfereirralabel

 

Le quartier abrite encore aujourd'hui des catholiques, cependant, nombre d’entre eux ayant déménagé, ils ont été remplacés par des jains et des hindous.

 

Khotachiwadi James Fereirra
En sortant de Khotachiwadi

 

Il est facile de manquer l'entrée de la petite rue, mais dès que l’on a tourné le dos à la cacophonie de Girgaum, on fait un bond dans le temps de quarante ans en arrière. Une petite chapelle colorée située au début de la rue donne le ton. Elle fut construite par les résidents du quartier pour remercier Dieu de les avoir épargnés lors de l'épidémie de peste qui frappa Bombay en 1890. 

 

Khotachiwadi James Fereirra
La balustrade d'une des maisons

 

La maison de James Fereirra se trouve juste un peu plus loin en face au numéro 47G. En continuant, on peut admirer une autre belle maison, celle de la famille Shah, toute peinte de rouge et jaune.

 

Bien que charmante et relaxante, une visite à Khotachiwadi ne demande que peu de temps. Pour compléter la balade, on peut aller voir l'opéra de Bombay (The Royal Opera House), le premier opéra en Inde qui a été entièrement rénové comme à l’origine et faire une pause café dans la cour du bâtiment. Une autre option pour les gourmands : déguster un samosa ou des ladoos (sucreries traditionnelles) chez Tewari Brothers, en face de l'opéra, un établissement réputé à Bombay.


 

 



 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste)

Ou nous suivre sur Facebook

 

 

Nous vous recommandons

isabelle bonsignour

Isabelle Bonsignour

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée au long cours et fervente lectrice du site lepetitjournal.com, elle a rejoint l’équipe en créant l’édition de Bombay.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

TÉMOIGNAGES

Covid-19 : Un été loin de mes proches

Avec la fermeture des frontières et les différents confinements, de nombreux Français se retrouvent aujourd’hui dans l’incapacité de retrouver leurs proches qu’ils soient en France ou ailleurs.