TEST: 2242

Un journaliste condamné à deux ans de prison pour une erreur

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 26/05/2020 à 23:00 | Mis à jour le 27/05/2020 à 10:19
Photo : La police déployée le 20 mai pour le procès de U Zaw Ye Htet
La police déployée le 20 mai pour le procès de U Zaw Ye Htet en Birmanie

U Zaw Ye Htet, rédacteur en chef de l’agence de presse locale Dae Pyaw, dans la ville de Hpa An, la capitale de l’état de Kayin, a été condamné le 20 mai dernier à deux ans de prison ferme pour « publication de nouvelles ou rumeurs susceptibles d’inquiéter ou de faire peur à la population, voire de l’encourager à la rébellion », selon l’article 505(b)/259 du code pénal birman. Son crime ? Avoir écrit dans un article publié le 13 mai que « un homme était mort du Sars-CoV-19 le 3 avril à Myawaddy », une ville à la frontière avec la Thaïlande où, à l’époque, les travailleurs expatriés birmans affluaient en masse dans l’espoir de pouvoir rentrer au pays malgré la fermeture complète des passages frontaliers une semaine auparavant.

Or, officiellement en Birmanie, seules 6 personnes sont décédées de la Covid-19, un chiffre largement contesté par de nombreux observateurs, qui notent le peu de tests effectués depuis le début de l’épidémie (de l’ordre de 20 000), mais qui fait foi : cinq morts à Yangon, un mort à Bago… aucun mort à Myawaddy !  C’est de s’être ainsi trompé que U Zaw Ye Htet est coupable, et c’est pour avoir annoncé ce décès sans pouvoir le prouver qu’il devrait passer deux ans en prison…

Si tous les codes de déontologie du journalisme du monde demandent de vérifier ce que l’on écrit – c’est même par essence la différence entre une information et une rumeur -, l’erreur existe dans cette profession comme dans toute. Le 3 février 2004, la rédaction de France 2 annonçait « le retrait d’Alain Juppé de la vie politique », retrait effectif… en 2017 ! Quant à Il Quotidiano del Lazio, journal de la région de Rome, il n’a pas craint de déclarer le 27 mars 2018 « La mort du pape Benoît XVI », le pape émérite étant aujourd’hui toujours vivant…

Si l'erreur est là reconnue et le journaliste fautif, si toutes les erreurs sont regrettables, aucunes acceptables, et que les plus graves – celles réalisées sciemment afin de tromper et manipuler les gens, comme le fait la chaîne Fox News aux Etats-Unis - devraient certainement être sanctionnées, cette newsletter ne peut qu’abonder dans le sens de la mère et de l’épouse du journaliste qui trouvent que « deux ans de prison pour une erreur comme celle-là, ce n’est pas de la justice ». L’épouse de U Zaw Ye Htet a affirmé qu’il allait faire appel de la sentence.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com