Mercredi 2 décembre 2020

Un drogué tue deux personnes dans le Tanintharyi

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 15/10/2020 à 23:00 | Mis à jour le 15/10/2020 à 23:00
Photo : Le couteau de l'assaillant, mesuré par un policier
drogue yaba ataque mort dawei myitta

Un triste fait divers qui endeuille la ville de Myitta illustre dramatiquement les ravages des drogues synthétiques parmi des populations fragiles. Le 11 octobre, la police de Myitta, une petite ville à quelques kilomètres de Dawei, dans la région du Tanintharyi, interpelle un individu très agité qui marche dans la rue en criant et invectivant des passants. Il présente des signes évidents de consommation de drogue mais n’en possède pas sur lui. L’homme, âgé de 22 ans, passe la nuit en prison et en ressort le lendemain une fois un peu calmé. A sa sortie, il insulte les policiers et leur annonce qu’il a l’intention « de tuer tous les Birmans », comme le décrit un témoin. Les forces de l’ordre ne prêtent pas trop attention à la menace tant elle est exagérée. Rentré chez lui, le déséquilibré se procure un couteau, l’aiguise et sort dans la rue en essayant de poignarder tous ceux qui passent à portée. Semble-t-il à nouveau sous l’emprise de stupéfiants, il est lent et manque la plupart de ses victimes mais malheureusement un garçon de 12 ans et un homme de 36 ans ne lui échappent pas et meurent sous ses coups. Lorsque la police intervient enfin, il lui faut plusieurs coups de feu de semonce pour que l’homme jette son arme au sol et soit alors arrêté. Il a été incarcéré sous l’accusation de double homicide. Les drogues synthétiques du type des cachets de « Yaba » circulent très facilement aujourd’hui en Birmanie et les observateurs spécialisés rapportent de plus en plus de cas d’agressions liées à leur consommation.

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire en Birmanie ?

ART

L'iconique « Fauteuil Club »

Le fauteuil « Club » est un fauteuil de cuir, large, profond, ultra confortable, apparu aux lendemains de l'Exposition des Arts Décoratifs à Paris en 1925… et revisité depuis par Patrick Robert.