Un député arrêté « pour détention d’arme et organisation d’attentats »

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 19/07/2021 à 22:00 | Mis à jour le 19/07/2021 à 22:00
Photo : Le signe des trois doigts, symbole de la résistance birmane
Aung Kyaw Kyaw Oo Khin Moe Myint député arrêté attaque Birmanie

Le 10 juillet dernier, U Aung Kyaw Kyaw Oo, député du Pyithu Hluttaw (la chambre basse), et son épouse Daw Khin Moe Myint ont été arrêtés dans le quartier de North Dagon, à Yangon, affirment divers médias birmans, tant gouvernementaux que d’opposition. U Aung Kyaw Kyaw Oo représente la circonscription de Hlaing, à Yangon. Il a été réélu lors du scrutin de novembre 2020.

Les autorités militaires accusent ce militant de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d'avoir organisé une section locale de « l’armée populaire » (Force de défense du peuple - PDF) suscitée par le gouvernement d’unité nationale (Nug), un gouvernement fantôme établi en exil par un groupe de députés élus en novembre dernier. Cette arrestation fait suite à celle liminaire d’un jeune homme lui aussi membre de la LND dans la même circonscription de Hlaing. Il semble bien que cette première interpellation ait permis les suivantes puisque cette même journée du 10 juillet, la police a arrêté 14 personnes en tout, sept dans le quartier de Hlaing, sept dans celui de Mingaladon. Et le 12 juillet un habitant du quartier de Thaketa venait s’ajouter à la liste.

La police affirme avoir découvert chez U Aung Kyaw Kyaw Oo et sa femme une arme à feu de calibre 9 mm avec un chargeur et 25 cartouches ainsi qu'une fausse carte d'identité, mais cela n’a pas pu être vérifié. Les nouvelles autorités accusent aussi le député d’être « un dirigeant du Comité de sécurité du peuple (PSC), qui se concentre sur les activités de sabotage et les meurtres dans la région de Yangon et d’être aussi l’instigateur des attentats à la bombe et des meurtres perpétrés à Hlaing comme des explosions survenues à Mingaladon ».

Ces dernières semaines six attaques se sont déroulées à Hlaing, notamment le meurtre d’un civil qualifié « d’informateur » par ses assassins, des tentatives de meurtres contre deux administrateurs de quartier et des explosions contre le bureau local de la compagnie d'électricité. La plupart de ces attaques ont été revendiquées par la PDF de Hlaing. A Mingaladon, ce sont des mines artisanales qui ont été disposées contre une une école et contre un bureau lié à la compagnie d'électricité. Avec aussi une attaque contre un administrateur de quartier. Une revendication n’est bien sûr pas une preuve et pour l’instant la police n’a pas fourni d’éléments étayant ses allégations reliant le député déchu à ces actes de violence contre des civils.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale