Mardi 26 octobre 2021
TEST: 2242

Dans le Sagaing, une digue cède et provoque des inondations

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 23/09/2021 à 22:00 | Mis à jour le 24/09/2021 à 07:07
Photo : La digue effondrée de Pintin, le 22 septembre 2021
La digue effondrée de Pintin, en Birmanie, laisse passer des flots boueux

La célèbre retenue d’eau de Pintin, l’une des plus anciennes du pays puisque sa digue principale date du quatrième siècle de notre ère, à l’époque des Pyus, a craqué une nouvelle fois, sous les effets d’un entretien insuffisant, de rénovations mal ou pas faites et de pluies torrentielles dans le district de Shwebo, au nord de Mandalay, dans la région de Sagaing, où se situe l’ouvrage.

Depuis plusieurs années, ce réservoir conçu pour l’irrigation au moment de la saison chaude est mis à rude épreuve à chaque saison des pluies. En 2018, le gouvernement régional avait bien ouvert un appel d'offres pour effectuer des réparations majeures sur l’ouvrage, appel remporté par la société Chindwin Princess pour un budget de 225,9 millions de kyats (environ 200 000 euros à l’époque), mais les travaux conduits entre mars et octobre 2019 n’avaient pas suffi. Ils avaient même été remis en question quant à leur qualité à peine un an plus tard lorsque de grosses précipitations avaient de nouveau provoqué la rupture de certaines zones des digues, entraînant des fuites d’eau et des inondations locales. A l’époque, les villages partiellement submergés avaient dû réparer dans l’urgence les parties endommagées eux-mêmes et un député local avait réclamé que l'entreprise recommence des réparations et de la maintenance.

Las ! Rien de sérieux n’avait été fait et la première semaine de ce mois de septembre des réparations d’urgence ont à nouveau dû être menées en raison de fuites de la digue. Malheureusement, entre la crise politique actuelle et le mouvement de désobéissance civile, la direction locale de l'irrigation n’a rien pu ou voulu faire de plus grande ampleur. Et avec les pluies de ces derniers jours, une des digues s'est complètement effondrée le 22 septembre, laissant les flots se déverser avec violence et vitesse.

Heureusement, il n’y a pas de pertes humaines à déplorer pour l’instant mais en revanche les rizières de mousson ont été ravagées, et les quelques champs qui n’avaient pas encore été complétement submergés par les pluies torrentielles l’ont été par ce torrent soudain. Comme se lamente un agriculteur local, « nous allons devoir réparer tout cela nous-mêmes avec des moyens de fortune et la première récolte de riz va être catastrophique. Nous allons vers des mois très difficiles ».

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir