Lundi 28 septembre 2020

Quatre touristes français hospitalisés pour cause de Covid-19

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 30/03/2020 à 23:00 | Mis à jour le 30/03/2020 à 23:00
Infirmiere coronavirus

Le 25 mars dernier, quatre retraités français se présentent à la clinique Samitivej, au 11ème étage de l’hôpital Parami de Yangon, afin de s’y faire évaluer médicalement pour obtenir les certificats de non-contagion au Covid-19 qui leur est nécessaire pour pouvoir repartir vers la France via un vol Qatar Airways. Les tests requis sont effectués de manière sérieuse et professionnelle et les quatre personnes repartent avec leur document. Quelques heures après, leur guide, officiellement enregistrée à Mandalay, commence à tousser et vomir et, malgré ses réticences, elle est hospitalisée en urgence à l’hôpital de Yangon puis diagnostiquée comme porteuse du coronavirus.

Heureusement, le ministère de la Santé et des Sports a bien retenu l’expérience établie en Corée du Sud et dispose d’une cellule spéciale pour retracer efficacement les derniers faits et gestes des malades afin de pouvoir mettre au plus vite en quarantaine les personnes susceptibles d’avoir été contaminées. C’est grâce à cette rapidité de réaction que les quatre touristes français ont pu être interceptés avant leur départ et mis en surveillance. Depuis, trois se sont révélés atteints du mal.

Contaminés : l’œuf et la poule, qui a infecté qui ?

Les autres mouvements de la guide indiquent par ailleurs qu’elle a quitté Mandalay pour Yangon par avion, mais le nom de la compagnie n’a pas été rendu public, le 14 mars dernier et afin d’accueillir le groupe de clients français. Cela a donc eu lieu juste avant que la quarantaine soit imposée aux personnes en provenance de France et autres pays fortement touchés par l’épidémie. La guide ne s’était auparavant pas déplacée dans un autre pays depuis l’apparition de l’épidémie. La manière par laquelle elle a contracté le Sars-nCov-19 n’est pour l’instant absolument pas établi. Il est possible qu’elle fût déjà malade mais sans symptôme le 14 mars et qu’elle a alors contaminé ses clients ou qu’à l’inverse, l’un de ces trois clients actuellement malades l’a contaminée. Tout n’est pour l’instant qu’hypothèse.

Une certitude en revanche : la guide a été en contact physique avec un grand nombre d’individus différents durant les 11 jours qu’elle a passé à conduire son groupe de touristes dans la région de Mandalay et l’ensemble de ses sites touristiques les plus fréquentés – le pont de U Pain, le monastère Shwe Kyaung, le marché au jade, la pagode Mahamuni, etc. – avant de partir pour Monywa, Pakokku, Bagan, le mont Popa et Kalaw. La manière, impressionnante selon nos sources, dont le service de « traçage » du ministère de la Santé et des Sports a ensuite été clef dans cette affaire : plus d’une centaine de personnes ont rapidement étaient mises en quarantaine, dont l’assistante et le chauffeur ainsi que toute la famille de la guide, dont certains membres sont infectés. C’est là une des constantes de l’épidémie, repérée très tôt en Chine : l’essentiel des contaminations se font de manière intrafamiliale, notamment parce que les personnes présentant des symptômes rechignent à aller se faire tester et que quand leur état positif est confirmé… il est trop tard, les proches sont aussi atteints.

Du côté de Samitivej, le professionnalisme a protégé les soignants présents ce 25 mars au matin. Tous portaient gants et masques et protections requises et les examens obligatoires pour donner les certificats ont bien été réalisés comme cela se doit. Ils étaient négatifs et les certificats ont été émis parce que les personnes étaient alors asymptomatiques. Les équipements vidéo de sécurité des procédures ont permis de vérifier tout cela, tout comme ils ont prouvé que les locaux sont intégralement désinfectés toutes les deux heures, grâce à quoi les patients qui sont venus depuis à la consultation n’ont pas été mis en danger. A l’heure où nous écrivons, les personnels exposes de Samitivej vont bien, ne présentent aucun symptôme, sont en quarantaine à domicile et pourront reprendre leur travail après la fin de leur période d’isolement, la santé de la guide s’est détériorée et celle des trois français était stable et pas critique.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Élection

Des nouveaux partis pleins de promesses

Le 8 novembre 2020, les Birmans sont appelés à voter. Jusque-là, LPJ Birmanie propose chaque vendredi un éclairage sur le système politique birman. Aujourd’hui, les nouveaux venus en politique.

Vivre en Birmanie

Élection

Des nouveaux partis pleins de promesses

Le 8 novembre 2020, les Birmans sont appelés à voter. Jusque-là, LPJ Birmanie propose chaque vendredi un éclairage sur le système politique birman. Aujourd’hui, les nouveaux venus en politique.

Expat Mag

AFD - « L’Atlas invite à porter un regard nouveau sur l’Afrique »

A l'occasion de la sortie de l'Atlas de l'Afrique, Rima Le Coguic, directrice Afrique de l’AFD, aborde avec nous l’avenir du continent, ses défis et ses voies de développement.