Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Présentation du premier séchoir à riz « made in Birmanie »

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 16/03/2020 à 23:00 | Mis à jour le 16/03/2020 à 23:00
Photo : Le premier séchoir à riz entièrement conçu et fabriqué en Birmanie
Le premier séchoir à riz entièrement conçu et fabriqué en Birmanie

Le Salon international du matériel agricole n’est certes guère qu’une petit foire-exposition, malgré son nom ronflant. Mais cette année, il a connu une certaine affluence avec la présentation du premier séchoir à céréales entièrement conçu et fabriqué en Birmanie, du côté de Monywa en l’occurrence. L’appareil prend une demi-heure à être entièrement rempli et ensuite il sèche environ 30 tonnes de céréales, soit environ 50 mètres-cubes, en une heure. En outre, la machine est équipée pour minimiser les rejets de poussières dans l’air, un problème classique de pollution dans les exploitations de céréales. La machine existe depuis mai 2019 et se vend autour de 58 millions de kyats pièce (de l’ordre de 38 000 euros), un prix tout à fait hors d’atteinte d’un paysan birman normal mais qui reste largement dans les normes du secteur et parfaitement abordable pour une coopérative. Comme l’exprime un spécialiste d’agriculture, « de telles machines sont absolument nécessaires pour pouvoir stocker les graines sans humidité et sans moisissures mais on ne s’en sert que sur une durée limitée. C’est typiquement un matériel de coopérative dans un pays comme la Birmanie ».

Pour les agriculteurs locaux, le fait que la machine soit d’origine et de conception locale également est très positif car l’entretien des machines étrangères, celles utilisées aujourd’hui un peu partout en Birmanie, pose souvent des problèmes de compétences humaines et de coût des pièces à l’origine de surcoûts d’exploitation parfois importants. La machine est d’ores et déjà disponible, avec une garantie de 10 ans, là aussi une nouveauté en Birmanie.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.