Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

A Mandalay, « Volontaires ensemble » livre ceux qui sont immobilisés

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 01/04/2020 à 23:00 | Mis à jour le 01/04/2020 à 23:00
Photo : Un volontaire en action
Un volontaire de TVT en action en Birmanie

Au début, ce n’était que six jeunes gens désireux de rendre service à ceux qui ne pouvaient pas se déplacer facilement et que la fermeture progressive des marchés et magasins mettaient en difficultés. « Nous avons rapidement mis nos messages sur Facebook avec des contacts en expliquant aux gens que s’ils ne pouvaient pas se déplacer, nous les aiderions gratuitement. Nous pensions avant tout aux personnes âgées mais nous avons eu un peu de tout, notamment des dames vivant seules avec leurs enfants. Dès le premier jour, 10 appels pour des aliments comme du riz, de l’huile, ou pour des médicaments », explique l’un de ces volontaires. « Nous avons commencé le 24 mars, après avoir entendu les médias raconter comment cela avait tourné à la panique à Yangon avec le premier cas de malade du coronavirus, comment les gens se sont précipités pour acheter. Nous nous sommes dit : ‘Si cela arrive à Mandalay, ceux qui ne peuvent pas bouger facilement ? Que va-t-il leur arriver ?’ et nous avons lancé notre groupe ».

Depuis, plus de 100 personnes les ont contactés pour se joindre à l’initiative. Et les demandes d’aide continuent à affluer : « Nous recevons des appels de personnes qui nous ont trouvé sur Facebook. Ils nous passent commande, mais nous n’acceptons que des choses de base, essentielles. Nous n’avons pas de voiture, juste nos vélomoteurs, alors nous ne voulons pas nous charger trop non plus. Ensuite, nous allons faire leurs courses et ils nous remboursent le montant inscrit sur le ticket de caisse ».

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.