TEST: 2242

Les tisserands birmans veulent défendre leur technique « acheik »

Par Julia Guinamard | Publié le 25/06/2020 à 23:00 | Mis à jour le 26/06/2020 à 10:38
Photo : Des tissus selon la technique acheik birmane
tissus technique acheik Birmanie

Les tisseurs des régions de Mandalay et de Sagaing s’allient sous forme d’association pour déposer un brevet afin de protéger leurs méthodes artisanales. Le procédé de tissage dit « acheik », qui utilise avant tout de la soie mais cela se pratique aussi parfois avec d’autres matières et fibres, consiste à tisser avec les fils emmêlés et enchevêtrés en utilisant un très grand nombre de navettes sur le métier. Il réclame une grande dextérité et maîtrise car envoyer la mauvaise navette au mauvais moment peut faire perdre toute valeur au tissu. Durant la royauté birmane, seul le roi et ceux qu’il voulait honorer avaient le droit de porter des vêtements fabriqués dans des étoffes « acheik ». Malheureusement pour les Birmans, ce genre de savoir-faire est aussi revendiqué par les Thaïlandais et les Indiens. « Nous formons cette association nationale pour affirmer l'origine birmane de l’acheik », a déclaré la vice-présidente de l’association des fabricants de textiles de Mandalay. Avec un brevet estampillé « Birmanie », les tisseurs souhaitent protéger leur savoir-faire artisanal et s’assurer un avenir pérenne en se protégeant de la concurrence régionale. L’association devrait être constituée avant la fin de l’année et le brevet sera déposé par la suite.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com