Jeudi 23 septembre 2021
TEST: 2242

Le coronavirus s’attaque aussi à l’électricité

Par Lucya Pham | Publié le 04/03/2020 à 20:05 | Mis à jour le 04/03/2020 à 20:08
Photo : Une centrale électrique fonctionnant au gaz naturel liquéfié
Une centrale électrique fonctionnant au gaz naturel liquéfié en Birmanie

Lors d’une visite sur le chantier de construction de la centrale électrique d’Ahlone, qui devrait à terme avoir une capacité installée de 151 mégawatts, le vice-ministre de l’Électricité et de l’Énergie a reconnu que l’épidémie de coronavirus qui sévit actuellement dans le monde risquait d’entraîner des retards dans la construction de plusieurs centrales électriques à travers le pays, dont justement celle d’Ahlone.

En effet, la fermeture des frontières chinoises afin de limiter la propagation de la maladie  limite également la chaîne logistique et les approvisionnements pour ces constructions. C’est ainsi notamment que des experts chinois nécessaires à la poursuite des projets n’ont pas pu se déplacer. Pour l’instant, un autre projet, chinois hong-kongais celui-là, de 350 mégawatts à destination de la zone économique spéciale de Thilawa, serait encore dans les temps mais à la merci de tout incident. D’autant que la plupart de ces centrales construites dans l’urgence depuis une ou deux années fonctionnent au gaz naturel liquéfié… qui doit être transporté par bateau pour l’instant, et donc là encore la chaîne logistique est susceptible d’être interrompu par l’épidémie de Coronavirus.

Une mauvaise nouvelle alors que déjà les premières chaleurs tombent sur le pays et que selon le ministre de l’Électricité et de l’Énergie il faudra développer au minimum 4 200 mégawatts d’électricité pour fournir la demande en 2020. Cela dans le cadre de l’électrification du pays, qui devrait passer de 47% des foyers de Birmanie à la fin de l’année 2019 a plus de 55% fin 2020. Or, selon le ministère de l’Électricité et de l’Énergie, le pays a actuellement une capacité installée de 3 300 mégawatts, soit aujourd’hui 900 mégawatts de moins. Il est toutefois à noter que les chiffres circulant sur l’énergie électrique en Birmanie sont souvent contradictoires, y compris au sein même du ministère ou entre officiels, sources qui se contredisent souvent ou fournissent des données fort différentes selon les situations. Ainsi, en mars 2019, le directeur général du ministère de l’Électricité et de l’Énergie déclarait dans une présentation régionale pour attirer les investisseurs que son pays disposait de 5620 mégawatts de capacité installée…

Les projets retardés à cause du Covid-19 devaient en théorie combler cette différence, et même plus afin d’éviter les coupures systématiques pendant les mois les plus chauds et de permettre dans le même temps un développement de l’accès a l’électricité. Pour répondre à ces besoins, sept projets ont été planifiés afin de produire 1000 mégawatts mais il est à craindre que le retard pris ne puisse pas être récupéré pour tous. De mauvais augures pour les consommateurs, qui risquent de subir à nouveau des coupures régulières, d’autant que de nombreuses centrales hydro-électriques ont tourné à bas régime l’année dernière, lorsque leurs réservoirs se sont rapidement vidés à cause de la sécheresse et que la chaleur arrive plutôt tôt en cette année 2020.

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

arturpio jeu 05/03/2020 - 08:46

4 200 mégawatts... ? c'est à peine 4 tranches nucléaires... ridicule!

Répondre

Actualités

ECONOMIE

Le kyat y’en a plus rien valoir du tout

Rumeurs, inflation, planche à billet… La devise birmane s’étiole depuis trois ou quatre mois et a atteint son plus bas historique vendredi 17 septembre à 2 200 kyats pour un dollar étasunien.

Que faire en Birmanie ?

PUBLIREPORTAGE

TV5MONDEplus, la plateforme francophone de Vidéos A la Demande

Gratuite, TV5MONDE plus offre des contenus exclusivement en français sous-titré a pour vocation de vous faire découvrir la diversité et la créativité des cultures francophones à travers le…

Vivre en Birmanie

ECONOMIE

Le kyat y’en a plus rien valoir du tout

Rumeurs, inflation, planche à billet… La devise birmane s’étiole depuis trois ou quatre mois et a atteint son plus bas historique vendredi 17 septembre à 2 200 kyats pour un dollar étasunien.