Mercredi 30 septembre 2020

La crise économique commence à toucher l’immobilier

Par Julia Guinamard | Publié le 30/07/2020 à 23:00 | Mis à jour le 30/07/2020 à 23:00
Immeubles a Yangon en Birmanie

Petit à petit, le virus de la crise économique grignote tous les secteurs de l’économie, et après les usines et le tourisme, c’est l’immobilier qui commence à s’en ressentir. « Il y a de l’activité, mais les frais de location sont moins élevés », explique un membre de l’Organisation des services immobiliers birmans. Les frais, et les loyers… Car l’incertitude et les conséquences économiques liées à la Covid-19 ont abouti à une baisse de la demande immobilière. À Yangon, par exemple, la valeur de l’immobilier diminue et les propriétaires « normaux » réduisent leurs loyers, note Myanmar Business Today. Qui donne pour exemple le prix d’un appartement, probablement un ensemble de bureaux : d’une location de 25 millions de kyats (environ 15 000 euros) avant la pandémie, le prix est tombé aujourd’hui à 22 millions de Kyats (de l’ordre de 13 500 euros) soit plus de 10% de baisse en l’espace de quelques semaines.

Une baisse qui pourra en revanche soulager un peu les commerces dont le loyer est souvent une des charges les plus importantes, par exemple les hôtels. Mais sans attendre que le marché fasse son effet, le gouvernement a déjà réduit le loyer des hôtels situés sur des terrains d’état. La mesure coûtera à l’État environ un milliard de kyats (de l’ordre de 615 000 euros). « L’exonération des frais est la meilleure alternative pour alléger nos charges financières. Malgré la réouverture, nous n’avons pas de clients. Il est difficile de payer les frais de location », témoigne un gérant. D’autres mesures ont déjà été prises pour aider les hôtels : dispense des frais de licence entre le 1er avril 2020 et le 31 mars 2021 et report au 30 septembre 2020 du paiement des loyers qui courent depuis avril.

Au-delà des seuls hôtels, terriblement touchés, c’est tout le secteur du tourisme qui est durement impacté par la fermeture des frontières. Avec la suspension des vols internationaux de la Myanmar National Airlines jusqu’au 31 août, même les touristes régionaux n’arriveront pas avant le quatrième trimestre. Le secteur mise sur la promotion du tourisme local qui reprend peu à peu avec la levée des mesures de quarantaine entre les différents états et régions. En outre, le comité de gestion économique de la crise de la Covid-19 prévoit la distribution de coupons de voyages au personnel soignant ainsi qu’à des bénévoles, et les opérateurs touristiques bénéficient d’allégements fiscaux.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Élection

Des nouveaux partis pleins de promesses

Le 8 novembre 2020, les Birmans sont appelés à voter. Jusque-là, LPJ Birmanie propose chaque vendredi un éclairage sur le système politique birman. Aujourd’hui, les nouveaux venus en politique.

Vivre en Birmanie

ENVIRONNEMENT

Saw Tha Phoe, militant « écolo » poursuivi par le gouvernement kayin

En septembre, LePetitJournal.com Birmanie publie à nouveau des articles plébiscités par les lecteurs. L’occasion de les découvrir ou de les relire. Comme les problèmes d'environnement dans le Kayin.