Samedi 23 octobre 2021
TEST: 2242

Finalement, la rentrée scolaire devrait se faire le 21 juillet

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 27/05/2020 à 23:00 | Mis à jour le 28/05/2020 à 10:54
Photo : Respecter deux mètres de distance entre chaque élève ne sera pas simple...
rentrée scolaire distanciation

Les écoles vont rouvrir le 21 juillet a déclaré le ministre de l’éducation U Myo Thein Gyi, et ce sera en suivant les consignes officielles de sécurité, notamment la distance physique deux mètres à respecter entre les élèves, a-t-il ajouté. Le ministère avait précédemment annoncé une réouverture courant juin 2020 après que Daw Aung San Suu Kyi a déclaré lors d’une conférence en ligne le 12 mai dernier que « les écoles devaient reprendre le plus tôt possible et qu’il n’était pas question d’attendre la fin de la pandémie pour cette reprise car ce serait beaucoup trop long. Il faudra en revanche que les établissements scolaires mettent en œuvre les mesures de prévention contre la Covid-19 ».

A l’époque, cette annonce avait suscité doutes et protestations larvées car tant l’administration scolaire que les parents d’élèves trouvaient cela trop précoce. Les enseignants n’avaient pas non plus caché leurs inquiétudes de reprendre le travail avec la pandémie bien présente… A ceux qui suggéraient de travailler d’abord par de l’enseignement en ligne, la conseillère d’état avait répondu dans une autre conférence en ligne, le 19 mai, que « le pays n’est pas prêt pour cela et que ce n’est pas possible ». La nouvelle date est donc maintenant officielle et donne deux mois à tous pour se préparer correctement, le Comité national de prévention de la Covid-19 venant de publier le cahier des charges à respecter.

Cette rentrée scolaire concerne l’ensemble des établissements du pays – publics, privés, religieux – comme l’ensemble des niveaux, contrairement à la première annonce de mai 2020 où seules les écoles primaires étaient ciblées. Désormais, si le primaire recommence toujours en premier, les autres niveaux devront ouvrir deux semaines plus tard, début août. Les secteurs privés et monastiques sont toutefois réticents à reprendre en respectant strictement les règles de sécurité, par manque d’espace, ces établissements étant en règle générale de petite taille et bouclant souvent leur budget en entassant les élèves dans les classes. Leurs représentants officiels demandent donc des aménagements, tels que pouvoir enseigner dans la cour d’école, par exemple. Pour le secteur public, maintenir la distance de sécurité signifie qu’il faudra certainement enseigner par roulement des effectifs, les enfants assistant probablement trois jours en classe, et le reste du temps travaillant chez eux. Une organisation qui ne sera pas simple pour tous.

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir