TEST: 2242

Arrestations de Birmans et de Chinois dans un casino illégal

Par Julia Guinamard | Publié le 28/07/2020 à 23:00 | Mis à jour le 29/07/2020 à 10:35
Photo : Un casino de Myawaddy
casino Myawaddy Birmanie

Le 14 juillet 2020, l’armée régulière et la sécurité intérieure ont effectué un raid dans un des casinos de Myawaddy, dans le Kayin, où elles ont arrêté 18 personnes et saisi argent et matériel.

Le 14 juillet 2020, la Tatmadaw – armée régulière – et des membres de la sécurité intérieure ont effectué un raid dans un des casinos de Myawaddy, dans le Kayin, à la frontière thaïlandaise. L’établissement aurait dû être fermé et il était de toute façon illégal, affirme les forces de l’ordre. Quatre Chinois et quatorze Birmans ont été arrêtés, accompagnés de saisies d’équipements et d’argent liquide. Une enquête est ouverte en vertu de la loi sur les jeux d’argent. « La lutte contre ces crimes repose sur la police mais elle nous a demandé de l’aide car dans certains cas des groupes armés sont impliqués », a déclaré le porte-parole de l’armée régulière. Le commandant des gardes-frontières de Myawaddy a expliqué que les casinos légaux sont fermés en raison de la Covid-19.

En mai 2019, la loi sur les jeux d’argent a légalisé les casinos, mais seulement pour les étrangers. En théorie, si un birman est surpris en train de jouer à des jeux de hasard, il risque jusqu’à cinq ans de prison. En pratique, les jeux d’argent – cartes, dés, combats d’animaux… - constituent un des fléaux du pays, ruinant bien des individus.

À Myawaddy il existe des dizaines de casinos, que la police peine à contrôler. Nombre d’entre eux sont reliés à des groupes armés ethniques, quand ce n’est pas aux corps des gardes-frontières, qui dépend de la Tatmadaw. « Il est connu que la plupart des propriétaires de casino sont souvent liés à des groupes armés. Il faut une coopération entre le Tatmadaw, la police, le département de l'administration générale et tous les autres départements pour résoudre ce problème. Une seule organisation ne pourra pas gérer cela. Il est nécessaire d'endiguer ce problème pour promouvoir l'état de droit », affirme le député de Myawaddy. Ce qui ne sera pas simple car les médias locaux et internationaux dénoncent depuis longtemps l’implication au vu et au su de tout le monde des gardes-frontières dans des casinos illégaux, notamment à travers des liens avec l’entreprise chinoise Jilin Yatai Group Company.
 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com