Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

22 villages de la région de l’Ayeyarwady dotés de purificateurs d’eau

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 25/03/2020 à 23:00 | Mis à jour le 25/03/2020 à 23:00
purificateur d'eau ayeyarwady en Birmanie

Si la crise du coronavirus mobilise l’essentiel des énergies et des conversations, la forte chaleur qui règne actuellement sur la Birmanie, associée aux classiques problèmes de pollution de l’eau des zones agricoles, risque bien de créer d’autre gros soucis sanitaires dans les semaines à venir si l’approvisionnement en eau potable ne se fait pas correctement. Aussi la direction du Développement rural a-t-elle décidée de passer du projet pilote à la systématisation de purificateurs d’eau dans 22 villages du sud de la région de l’Ayeyarwady.

« Avec la chaleur, les réservoirs d’eau potable s’assèchent par évaporation et dans le même temps les gens prélèvent plus d’eau, ce qui aboutit évidemment à toujours moins de réserves. Et avoir plus de réservoir, c’est avoir plus d’évaporation. L’idée est donc de prélever de l’eau dans les zones qui en ont, même si elle n’est pas potable, comme des rivières ou des eaux proches de l’océan, de la purifier avant de la redistribuer. Nous avons essayé l’année dernière avec un village de référence équipé d’un purificateur qui alimentait les autres aux alentours, et cela a bien fonctionné. Donc cette année, depuis février, nous avons commencé à généraliser le système là où nous le pouvons et nous espérons que tout sera mis en place et fonctionnel d’ici fin avril », explique un des fonctionnaires impliqués dans le projet.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La pandémie ne freine pas les mariages forcés

Malgré la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les trafics d’êtres humains ont continué durant l’épidémie. La plus grande précarité économique pourrait même les avoir facilités.