Jeudi 2 juillet 2020

172 pièges à cerfs interdits détruits dans la réserve de Shwesettaw

Par Julia Guinamard | Publié le 05/06/2020 à 01:00 | Mis à jour le 05/06/2020 à 11:19
Photo : Des cerfs d'Eld
Des cerfs d'Eld en BIrmanie

Entre avril et mai, 172 pièges ont été trouvés par les gardes-chasse dans la réserve de Shwesettaw, qui se situe au sud de la région de Magway. Les pièges ciblent les cerfs d’Eld et les porcs sauvages, mais ce sont les cervidés qui sont particulièrement convoités, ce qui inquiète les gardes forestiers. Les cerfs d’Eld sont une espèce classée par l’Union internationale pour la conservation de la nature comme « en danger d’extinction ». Jadis florissante dans l’Asie du Sud et Sud-Est continentale, l'espèce a aujourd’hui complètement disparu de Chine, du Vietnam et de Thaïlande, et est menacée en Inde, au Laos. En Birmanie aussi, mais ici les cerfs bénéficient d’un programme de conservation.

« Les pièges à cerfs sont fabriqués avec des pneus de camion par les habitants de la région. Il y a longtemps que l’activité est devenue traditionnelle. Nous avons également entendu des tirs qui indiquent que les cerfs d’Eld sont abattus par des chasseurs, mais nous n'avons pas pu fournir de preuve. Nous avons détruit les pièges et mené des campagnes de sensibilisation dans les villages », explique l'administrateur de la réserve de Shwesettaw, sans vouloir en dire plus. Les gardes forestiers continuent leurs patrouilles mais tout cela n’a débouché pour l’instant que sur trois poursuites judiciaires.

Difficile de protéger dans une zone sous l’emprise de l’armée régulière

Car il s’agit l’air de rien d’un sujet sensible…L’habitat des cerfs côtoie une plantation de 160 hectares de coton qui appartient à l’armée régulière – la Tatmadaw. Une source de la Direction des forêts, a confié l’année dernière sous couvert d’anonymat au magazine Frontier que « tout est contrôlé par l'armée. Nous devons les informer quand nous avons besoin de nous occuper des cerfs et pour toutes autres activités liées à la réserve ». Herbivores gourmands de nouvelles pousses, les cervidés peuvent nuire aux plantations. En outre, les cerfs d’Eld sont convoités pour leur viande, qui aurait des vertus médicinales, ainsi que pour leurs bois, à des fins décoratives. Et vu leur rareté, les prix peuvent atteindre des milliers de dollars sur le marché noir, surtout en Chine et en Thaïlande.

Ce qui est désespérant pour les gardes forestiers et la direction du parc Shwesettaw est que le programme de protection a bien fonctionné jusqu’à récemment : entre 2008 et 2017, la population des cerfs d’Eld a presque doublé dans la réserve pour culminer entre 1 400 et 1 600 bêtes, avant de régresser à nouveau avec aujourd’hui environ un millier de ces animaux.

Outre le braconnage, les cervidés sont menacés par la déforestation et l’épuisement des ressources d’eau. La réserve de Shwesettaw a réagi avec un projet de remplissage d’étangs asséchés qui a commencé l’année dernière. Les sécheresses de cette année ont demandé de nouveaux remplissages et le projet sera bientôt renforcé avec neuf étangs qui sont en train d’être creusés. En parallèle 8 hectares ont été replantés et certaines de zones du parc devraient être réaménagés pour éloigner les animaux des zones de plantation de coton.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Birmanie

ECONOMIE

L’économie birmane dans le rouge

Inflation limitée mais toujours forte, croissance inexistante, fermetures d’entreprises en hausse rapide, chômage qui explose, migrants qui n’envoient plus d’argent… L’économie birmane est en crise.