Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les voitures mythiques de Beyrouth

Par Noémie de Bellaigue | Publié le 25/10/2018 à 13:26 | Mis à jour le 25/10/2018 à 14:40
Photo : prise par Noémie de Bellaigue
voiture(1)

Retour sur ces icônes kitsch de l’automobile utilitaire et de luxe qui ont fait les beaux jours de la capitale libanaise. Ouvrez l’œil, il y en a peut-être une au coin de votre rue…

Dans les rues de Beyrouth, les voitures bling-bling côtoient des véhicules plus modestes, certains plus anciens, cabossés ou sortis d’un passé révolu. C’est à ces voitures qui noircissent les poumons mais qui font chaud au cœur lorsque nous les croisons que nous avons voulu rendre hommage.
 

Mercedes 230 liban
Mercedes 230 @Noémie de Bellaigue

Mercedes 230

La Mercedes est la voiture emblématique du pays du Cèdre qui, en la hissant aujourd’hui première sur le podium de l’automobile de luxe, sait chérir tout autant ses plus vieux modèles. Voitures préférées des conducteurs de services (et aussi nos services préférées), les rues de la capitale voient tous les jours défiler ces vieilles « mercos » aux couleurs élégantes, vert sapin, orange rouille, bleu roi ; faisant d’elles de véritables repères dans la ville…

 

Renault 12 Liban
Renault 12 @Noémie de Bellaigue

Renault 12

Pensé à l’époque pour détrôner les célèbres Simca 1100 et Peugeot 304, ce modèle a connu son heure de gloire dans les années 1970. Au Liban, on trouve encore ces Renault 12 qui avaient envahi le marché libanais avant la guerre civile. Aujourd’hui, on les remarque cabossée ou rouillée. Voiture préférée des ouvriers, elles transportent toujours toute sorte de matériel. Sa très bonne tenue de route était à l’époque l’argument de vente numéro 1. C’est sûrement pour cela qu’elle a eu du succès au Liban et ses routes incertaines.

 

dodge coronet
Cadillac DeVille @Noémie de Bellaigue

Cadillac DeVille

Membre de la grande confrérie des américaines avec Buick, Dodge et Plymouth, la DeVille est l’automobile américaine préférée du cinéma français. On se souvient d’elle dans Le Corniaud (1965) avec Louis de Funès au volant ou dans La course du lièvre à travers les champs (1971) avec Jean-Louis Trintignant. Une voiture de cette marque, qui n’a pas bougé depuis des années, est nichée au détour d’une rue d’Achrafieh. Plus loin, vous croiserez une Cadillac modèle Brougham reconverti en sympathique corbillard.

 

coccinelle Liban
Coccinelle @Noémie de Bellaigue

Coccinelle

Premier modèle de Volkswagen, la Coccinelle a vu le jour à une sombre date et pour de sombres raisons puisqu’elle a été commandée par Adolf Hitler à l’ingénieur Ferdinand Porsche pour participer en 1938 à la propagande nazie. Devenue à l’époque la « voiture du peuple aryen », elle s’est rétablie ensuite du bon côté de la force grâce à ses nombreuses qualités assurant un succès mondial et intergénérationnel. Et la croiser à Beyrouth, mêlée à l’architecture d’avant-guerre, nous transporte même dans un ancien temps et sur un autre continent, celui de la cucaracha et des Mariachis. Triste nouvelle pour les aficionados : Volkswagen a signé pour 2019 l’arrêt de production de son automobile phare, la New Beetle.
 

combi volkswagen Liban
Combi Volkswagen @Noémie de Bellaigue

Combi Volkswagen

Cet emblème de liberté voit le jour en 1950. Il a traversé les époques et les générations. S’il pouvait parler, son crédo serait sans doute : « L’aventure, c’est l’aventure ! ». Ses passagers sont davantage du genre Hotel California que famille nombreuse à la Little Miss Sunshine. Sachez par ailleurs que si, un beau matin, la vie de nomade vous tente, une société propose de louer l’une de ces merveilles pour arpenter les monts et les plaines du Liban.
 

Peugeot 504
Peugeot 504 @Noémie de Bellaigue

Peugeot 504

Ce modèle est né in-extremis en 1968 car les événements qui ont bouleversé la France entière cette année-là ont retardé sa production. Cette voiture, même si vous conviendrez qu’on ne lui décernerait pas le prix de l’innovation, reste néanmoins un modèle emblématique pour Peugeot car c’est le premier modèle de la marque au lion à décrocher le trophée de voiture de l’année. En 2011, la 504 a (re)fait du bruit lorsque celle du président iranien a été emportée lors d’une vente aux enchères pour 2,5 millions de dollars, reversés à l’Organisation iranienne d’aide sociale. Produite au Nigeria (où elle détient une véritable carrière de taxi-brousse) jusqu’en 2005, ses points d’assemblage se trouvaient en Égypte et en Iran entre autres.
 

dodge coronet
Dodge Coronet @Noémie de Bellaigue

Dodge Coronet

L’Américaine par excellence, que l’on imagine très bien à pleine balle dans les rues de Manhattan, a une place de choix dans les rues de Beyrouth. Les Dodge, toutes générations confondues, ont l’air de semer la terreur dans les quartiers. Peut-être parce que leurs propriétaires ont des airs de Vito Corleone (Marlon Brondo dans Le Parrain, 1972), une allure assurée et articulée autour du triptyque « cheveux gominés, souliers en cuir et costume rayé ». C’est ça, la Méditerranée…

 

Lada Niva Liban
Lada Niva @Noémie de Bellaigue


Lada Niva

Petit bolide mais grande héroïne - du communisme - puisque ce modeste 4x4 a été érigé en emblème de l’Union soviétique à la fin des années 70. Bravant ensuite les premiers Paris-Dakar et la chute du mur de Berlin, cette voiture a depuis déserté l’Europe malgré ses qualités économiques et ergonomiques. En revanche au Liban, la marque Lada s’est très bien intégrée et sa cure de jouvence, a été très bien acceptée. « Le Liban dicte les tendances dans le monde arabe dans son ensemble et est situé historiquement au carrefour des routes commerciales », expliquait récemment Andreï Dorofeïev, le directeur de la marque en charge des exportations. La messe est dite.

 

 

 

Nous vous recommandons

10609615_1715860111963051_3896802397886420742_n

Noémie de Bellaigue

En vadrouille, à la recherche des clés de compréhension du Liban au coeur d'une région bouillonnante !
0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire