Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Jacques Chirac, le grand ami du Liban et du monde arabe

Par Rédaction LPJ Beyrouth | Publié le 26/09/2019 à 17:06 | Mis à jour le 26/09/2019 à 20:45
Jacques chirac, rafiq Hariri, Beyrouth, Liban, Moyen Orient

L’ancien président de la République française, qui s’est éteint aujourd’hui à l’âge de 86 ans, a été un intime de Rafic Hariri et de plusieurs dirigeants arabes, dessinant une politique arabe qui s’inscrit dans la lignée du général de Gaulle.
 

"Aujourd'hui, l'un des plus grands hommes de France nous a quittés (...) Les Libanais et les Arabes ressentent de la douleur après la perte d'un homme qui a profondément marqué leur conscience pendant de nombreuses années". Le message poignant du Premier ministre libanais Saad Hariri dit tout de la place de Jacques Chirac dans l’histoire moderne du Liban.
 

Pour Saad Hariri, l’ancien président français, qui a soutenu "le Liban dans les circonstances les plus difficiles", était un « grand frère de la famille » Hariri. Il aurait même pu dire qu’il était comme un oncle pour lui, au vu des liens fraternels que son père, Rafic Hariri, entretenait avec le président français.
 

Le président français est le seul chef d'État occidental à se rendre au Liban pour assister aux obsèques de son ami, assassiné en 2005. C’est à l’initiative de Jacques Chirac que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé d'enquêter sur cet assassinat, est crée par l’ONU en 2006. Un an plus tard, lorsque Chirac quitte l’Elysée, la famille Hariri met à la disposition de ce dernier un appartement quai Voltaire qu’il a occupé jusqu’en 2015.
 

L’assassinat du grand ami libanais  du chef de l’Etat français précipite la fin de la tutelle syrienne au Liban, dont fut l’un des principaux artisans, notamment après le vote, en 2004, de la résolution 1559 au Conseil de sécurité qui sacralise la souveraineté et l'indépendance politique du Liban. Le 26 avril 2005, le dernier soldat syrien quitte le Liban après 29 de présence militaire.
 

Le nom de Chirac résonne dans l’ensemble du monde arabe. Ami de plusieurs dirigeants de pays arabes, du Maghreb au Golfe persique, le président français restera comme l’homme qui a dit non à la guerre d’Irak en 2003, voulue par les Etats-Unis de Georges W. Bush. Dans la rue arabe, le président français de 1995 à 2007 restera aussi celui qui a piqué une colère en 1996 contre le chef de la police israélienne dans la vieille ville de Jérusalem. Son "Do you want me to go back to my plane?" (Voulez-vous que je remonte à bord de mon avion?) a fait le tour du monde.
 

 

Nous vous recommandons

20604182_1986862718196222_75806932469089064_n

Rédaction LPJ Beyrouth

L'édition de Beyrouth de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles dans le monde.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles