Dimanche 25 octobre 2020

Covid-19 : La crise de trop au Liban


Par Sandra Camey | Publié le 20/04/2020 à 17:50 | Mis à jour le 20/04/2020 à 17:50
Coronavirus liban

Après près de 6 mois de contestations contre la classe dirigeante, le Liban fait face à un nouveau bouleversement majeur, la pandémie au Covid-19. Entre se nourrir et se protéger de la maladie, une partie de la population est gravement menacée. Quelles mesures le gouvernement libanais prend-t-il pour y faire face ?
 

La pandémie au Liban et les mesures adoptées

Le premier cas de Covid-19 est apparu le 21 février, une Libanaise de 45 ans était en voyage en Iran lorsqu’elle a contracté la maladie. Depuis ce sont 677 cas répertoriés sur le territoire ainsi que 21 décès. Un net ralentissement de la propagation du virus a été soulevé et au 19 avril, un seul nouveau cas a été enregistré et aucun décès n’est à déclarer.

Depuis le 15 mars, l’état d’urgence sanitaire est annoncé. L’aéroport international de Beyrouth a été fermé depuis le 18 mars ainsi que tous les ports et les frontières. Les Libanais doivent rester confinés dans leur domicile et limiter les déplacements au strict nécessaire. Un couvre-feu est mis en place entre 20 heures et 5 heures du matin.

Un pays déjà en crise

Depuis des mois, le Liban est plongé dans un mouvement de contestation contre des pouvoirs publics quasi inchangés depuis des décennies et jugés corrompus. C’est l’annonce, le jeudi 17 octobre 2019, de la nouvelle taxe via les applications de messagerie internet comme WhatsApp qui a été l'élément déclencheur. Le 20 octobre ils étaient des centaines de milliers dans les rues à scander les slogans des printemps arabes « Révolution, Révolution ! ».

Le pays souffre d’un déficit public atteignant plus de 11% du PIB en 2018 et croule sous une dette de 86 milliards de dollars, soit 148% du PIB selon l’agence de notation internationale Standard and Poor’s. Depuis la fin de la guerre civile, le quotidien des Libanais s’est aggravé avec d’incessantes coupures d’eau et d’électricité. Le Ministre des Affaires Sociales libanaises Ramzi Musharrafieh aurait estimé que 45% de la population libanaise vivrait sous le seuil de pauvreté et que 22% serait en état de pauvreté absolue.

Si l’épidémie de coronavirus semble relativement contenue au Liban, le confinement pour enrayer sa progression aggrave la pauvreté et les difficultés économiques. Selon Lena Simet, chercheuse au sein de L’ONG Human Rights Watch « Beaucoup de gens ont perdu leurs revenus et si le gouvernement n'intervient pas, plus de la moitié de la population pourrait ne plus pouvoir se procurer de la nourriture ou des produits de première nécessité ».

Face au coronavirus, le peuple libanais a fait le choix de continuer à manifester malgré le couvre-feu. Le 29 mars, plusieurs quartiers de Beyrouth et de Tripoli scandaient dans les rues « Plutôt mourir du coronavirus que de la faim ».

Français au Liban, qui contacter ?

Pour ceux présentant des symptômes au Covid-19 (fièvre, toux, difficultés respiratoires), vous êtes invité.e à prendre contact avec le Ministère de la Santé publique au 12 14.

Les personnes souhaitant des renseignements ou nécessitant un soutien médical peuvent également contacter les numéros mis en place par les autorités locales :

Service de médecine préventive : 01/843769 - 01/830300 Ext : 435-436-437

Centre de quarantaine à l’aéroport de Beyrouth : 01/629 352 et + 961 3 282 258

Programme de surveillance épidémiologique : 01/614194 - 01/614196


L’ambassade de France au Liban est joignable de 9h à 13h et de 14h à 17h à ce numéro  +961 1 420 100 et en dehors de ces horaires, à ce numéro : +961 3 566 388
 

92156619_221550398957456_3872276264203059200_n

Sandra Camey

De formation scientifique et journalistique, elle s'expatrie à Berlin où elle étudie la photographie et les sciences politiques du Moyen-Orient. Aujourd’hui en écriture de mémoire sur les politiques environnementales au Moyen-Orient
0 Commentaire (s)Réagir