Mercredi 26 septembre 2018
Beyrouth
Beyrouth
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CENSURE AU LIBAN – Silence, on coupe !

Par Aliénor de Chergé | Publié le 12/09/2017 à 13:10 | Mis à jour le 20/01/2018 à 11:15
CENSURE AU LIBAN – Silence, on coupe !

Le bureau de censure de l'Etat, créé dans les années 40, exerce un contrôle encore actif aujourd'hui sur les productions culturelles, dans lesquelles les conflits politiques et religieux s'immiscent régulièrement.

 

Au sein de la Direction de la Sûreté générale, il existe un bureau de la censure qui exerce "un contrôle préalable sur les films devant être projetés au sein de la République libanaise" d'après la loi sur la censure de 1947. Elle sévit dès qu'une production porte atteinte à la sécurité du pays, au pouvoir des autorités publiques, à la religion et aux bonnes mœurs.

 

Israël et la « propagande ennemie»

L'identité juive ou tout rapport à Israël sont l’un des prinicipaux motifs de la censure au Liban.  Dernière affaire en date, l'interdiction en juin du film Wonder Woman dans lequel jouait l'actrice israëlienne Gal Gabot, qui avait pris position pour l'offensive d'Israël en 2014.

Sur la liste noire du bureau figurent entre autres le Dictateur de Charlie Chaplin, la célèbre comédie Rabbi Jacob de Gérard Oury ou encore le réalisateur Woody Allen, interdits de projection au Liban « pour avoir favorisé la propagande juive ».

En 2006, le Hezbollah a lui-même demandé au bureau d'interdire le Journal d'Anne Frank qui dresse selon eux un portrait favorable du sionisme.

Il est également courant de tomber sur des feuilles arrachées dans des hebdomadaires  consacrés à l'histoire d'Israël.

Par ailleurs, des activistes libanais ont crée un réseau de veille, baptisé Camapign to Boycott Israel Supporters, lié à la campagne internationale Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) appelant à exercer diverses pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël.

 

Les contenus politiques scrutés à la loupe

Il est rare qu'une œuvre portant sur la politique au Liban n'ait pas été censurée ou du moins modifiée.

Le livre The Lebanese Connection : corruption, civil war and the international drug traffic de Jonathan V. Marshall traitait, pour la première fois au Liban, de la guerre civile et de la corruption de l'Etat, alimenté par le trafic de drogue. La Sûreté Générale a immédiatement ordonné sa censure pour cause d'atteinte au pouvoir des autorités politiques.

Les œuvres libanaises ne peuvent se targuer d'un régime préférentiel.  Le film Beirut Hotel de la réalisatrice libanaise Danielle Arbid avait ainsi été retoqué par le comité de censure en 2012 au motif que son intrigue “constitue une source de problème portant sur l’assassinat de Rafic Hariri”, l’ancien Premier ministre assassiné le 14 février 2005.

Israël, politique, religion...

Droit de regard religieux

Beaucoup d'oeuvres sont aussi interdites pour offense à la religion. Le livre Da Vinci Code de Dan Brown (2006), qui met en scène un Jésus marié à Marie-Madeleine a ainsi été retiré des librairies pour offense à l'Eglise catholique. Mais sous pression de l'opinion publique, la Sûreté Générale avait choisi de lever la censure de la bande dessinée franco-iranienne Persépolis dont la peinture de la Révolution islamique iranienne manifestait une « offense à l'Iran et à l'Islam ».

Malgré les polémiques, la censure dite « sauvage » est encore active aujourd'hui : suppression des scènes jugées choquantes, retrait des noms des réalisateurs interdits, …  Le comité avait ainsi retiré une scène érotique du film Alexandre d'Oliver Stone. En 2012, la police libanaise s'est aussi saisi de centaines de DVD du célèbre réalisateur Stanley Kubrick au Virgin store de Beyrouth car « les contenus discréditaient la religion et contrevenaient aux bonnes moeurs ».

 

Réseaux sociaux, le nouveau champ de bataille

Malgré le contournement de la censure par Internet, les réseaux sociaux n'y échappent pas non plus. Plusieurs internautes et activistes sont en ligne de mire des services de sécurité. La dernière en date, Hanadi Gergès, jeune femme libanaise de 27 ans, avait été détenue au début du mois d’août pendant trois jours pour avoir diffusé sur sa page Facebook  un message critiquant implicitement le président Michel Aoun.

Suite à ces mesures politiques, des campagnes anti-censure ont peu à peu émergé de la société civile. Créée en 2011, l'ONG libanaise March a pris deux initiatives pour sensibiliser le public : la création du journal F.R.E.E. (Freedom and Right of Expression Events ) et du Virtual Museum of Censorship qui répertorie toutes les œuvres étrangères et libanaises interdites par le Bureau de la Censure.  A la recherche de My Fair Lady ou de Casino Royale ? Passez votre chemin !

Selon le dernier classement mondial de la liberté de la presse publié par Reporters Sans Frontières, le Liban figure ainsi au 99ème rang.

0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Actualités

RÉTROSPECTIVE

Hezbollah, TSL, Rue Badreddine…l’actu de la semaine au Liban

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par les menaces de Nasrallah contre Israël, les dernières audiences du procès de l’assassinat de Hariri et les tensions entre le PSP et le CPL.