Jeudi 23 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Amel et ses partenaires s’engagent pour une agriculture durable

Par Rédaction LPJ Beyrouth | Publié le 04/04/2019 à 14:23 | Mis à jour le 04/04/2019 à 14:39
Amel

COMMUNIQUE

 

L’éclatement de la guerre civile en Syrie a eu des effets négatifs sur la situation socio-économique du Liban. On dénombre pas moins de 61 % de Libanais qui se sont appauvris à la suite de cette crise. Selon le « Lebanon Crisis Response Plan (LCRP) », 1.5 millions de Libanais sont maintenant considérés comme vulnérables. Par ailleurs, le pays des cèdres détient le triste record du pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés par rapport à sa population nationale (au moins 25 %). En outre, sur les 1,5 millions de réfugiés syriens vivant au Liban, la proportion de ceux en situation d’insécurité alimentaire est passée, entre 2015 et 2018, de 24 % à 33,5 % selon le VaSyr 2018*.

Cette vulnérabilité est principalement due au manque de ressources d’accès à des activités génératrices de revenus et, parfois, d’accès direct à la nourriture pour les réfugiés vivant dans les campements informels isolés. C’est dans ce contexte que l’ONG Amel Association International, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (WFP) de l’ONU et l’association « Buzuruna Juzuruna », a lancé un projet de sécurité alimentaire qui s’adresse aux Libanais et aux réfugiés en situation de vulnérabilité avec l’aide d’experts.

Pour ce faire, Amel et ses partenaires organisent des sessions de formation ayant pour objectif de sensibiliser les participants aux techniques de l'agriculture durable (principes généraux de l'agriculture biologique, sélection et production des semences chez soi, fabrication de biopesticides et biofertilisants "maison".. etc.) et les accompagner dans la construction d'un jardin potager destiné à leur consommation familiale, soit dans le campement informel dans lequel vivent ces familles, soit à proximité de leurs maisons.

Au-delà de l'intérêt en général des techniques de l'agriculture durable pour l'environnement ou la santé, ces méthodes traditionnelles remises au goût du jour et longtemps utilisées par les agriculteurs syriens et libanais avant le développement de l'agriculture intensive trouvent un nouvel intérêt dans le contexte de la crise syrienne et s'imposent comme une « bio de nécessité ».

En effet, elles se caractérisent par une consommation moins importante en eaux et en matières premières agricoles qui peuvent être très couteuses pour les agriculteurs (pesticides, graines, fertilisants chimiques, etc.). En leur permettant de produire ces matières premières chez soi, ces méthodes redonnent de l'autonomie aux cultivateurs et leur permettent d'être presque auto-suffisants en produisant eux-mêmes, et avec des produits facilement accessibles.

Au cours de ce projet, en plus des formations mises en œuvre en parallèle à Ersal (Bekaa nord), Khiam (Sud Liban) et à Saadnayel (Bekaa centre), Amel Association International et ses partenaires ont distribué à chaque famille, une sélection de sachets de semences et de plants (22 variétés différentes de légumes, aromatiques et fleurs de saisons) produits par la ferme Buzuruna Juzuruna, à Saadnayel, ainsi que 5 bidons par famille de fertilisants et pesticides naturels (macération ail-piment, purin d’ortie ou de prèle, lactosérum...etc.). Soit un total de 2 500L de pesticides naturels et plus de 6 500 plants et sachets de semences, pour les 100 familles bénéficiaires du 1er cycle de formation.

Au total, ce projet qui s'étend d'octobre 2018 à septembre 2019 accompagnera 300 familles de Ersal et Khiam (pour moitié des familles syriennes, et moitié familles libanaises) dans la construction de leurs jardins potagers et proposera en parallèle 3 cycles de formations approfondis à 102 personnes au sein du centre de formation de Saadnayel (51 Libanais.es; 51 Syrien.es).

 

Pour aller plus loin: https://bit.ly/2u8olsU
https://bit.ly/2FevQVq

 

*Chiffres émanant du rapport Vulnerability Assessment of Syrian Refugeesin Lebanon réalisé par le HCR, l’UNICEF et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) de l’ONU.

 

A propos de Buzuruna Juzuruna :
Buzuruna Juzuruna (BJ) est une association libanaise créée en 2015et enregistrée depuis 2018 par un réseau d’agriculteurs, ingénieurs agronomes, activistes ou membres de la société civile libanaise et internationale. Son objectif principal est de « Faire la promotion de l’agriculture durable au Liban par la transmission des savoirs et des moyens de production. » Depuis 2015, le réseau Buzuruna Juzuruna développe différents projets agricoles visant « à promouvoir les techniques et savoir-faire de l’agriculture durable au Liban, par des formations courte ou longue au sein de la ferme-école, des sessions de sensibilisations, l’échange de pratique, etc.»

 

 

Nous vous recommandons

20604182_1986862718196222_75806932469089064_n

Rédaction LPJ Beyrouth

L'édition de Beyrouth de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles dans le monde.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Beyrouth

GASTRONOMIE

GASTRONOMIE - L'incontournable man'ouché

On ne redira jamais assez à quel point la cuisine libanaise restera l’une de vos meilleures expériences lors de votre séjour au Liban ou de votre vie d’expat au pays du cèdre.