Le Brandebourg fait entrer de nouvelles traditions ancestrales au patrimoine culturel

Par Héloïse Leclercq | Publié le 29/04/2022 à 10:00 | Mis à jour le 29/04/2022 à 10:00
Photo : © Philippe Oursel - Unsplash
Spreewaldkahn tradition allemande inscrite au patrimoine culturel immatériel

Les monuments ne sont pas les seuls à représenter le patrimoine culturel, les traditions et les savoir-faire le sont également. Le Brandebourg veut les protéger en les ajoutant au patrimoine culturel.

 

Le patrimoine culturel immatériel fédéral et de l’UNESCO 

Le patrimoine culturel immatériel représente une culture quotidienne vivante qui se transmet de génération en génération. Il s'agit entre autres de pratiques comme le théâtre, la musique, les coutumes et les fêtes qui sont enracinées dans la vie quotidienne depuis des années. Les traditions marquent la cohabitation des habitants au sein d’un pays, d’une région ou d’un point de vue communautaire. Le patrimoine culturel immatériel « rassemble les gens et crée une communauté » a souligné la ministre de la Culture Manja Schüle. Plus ce patrimoine est varié, plus il est l'expression de la créativité et des traditions d’une communauté.

L'Unesco encourage depuis 2003 la préservation des traditions et des cultures du quotidien. Dans le monde entier, près de 180 États ont désormais adhéré à la Convention de l'Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, dont l'Allemagne en 2013. Aujourd’hui, 126 formes culturelles sont inscrites sur la liste nationale allemande. Dans le Brandebourg, on compte parmi ces traditions la fabrication manuelle de verre à la verrerie de Baruther mais aussi les coutumes et les fêtes des Sorabes de Lusace, le théâtre de guignol de Bad Liebenwerda dans l’arrondissement d’Elbe-Elster ou encore la préparation traditionnelle du mortier de chaux à Rüdersdorf dans l’arrondissement de Märkisch-Oderland.

La sélection de traditions que le Brandebourg veut faire entrer au patrimoine culturel immatériel est faite selon un large panel de critères. Les institutions qui participent à la sélection sont nombreuses ; on compte parmi elles les Länder, la conférence des ministres de la culture ainsi que le délégué du gouvernement fédéral à la culture et aux médias et la Commission allemande de l'Unesco.

 

Les traditions inscrites au patrimoine immatériel  

Courant mars, c’est la production artisanale de cidre allemand (Apfelwein) qui s'inscrit au patrimoine immatériel. Cette décision a été prise par la ministre déléguée à la Culture et aux médias, Claudia Roth et par la Conférence des ministres régionaux de la culture. La Commission allemande de l’UNESCO a également fait savoir que quatre autres traditions ont été incluses. On retrouve l’élevage de trakehner, la plus ancienne race allemande de chevaux, le Willibald-Ritter : une coutume de bénédiction des chevaux, la tradition du pavage artisanal des routes ainsi que l’élevage de pigeons voyageurs.

Début avril, le ministère de la Culture à Potsdam a fait savoir que le Brandebourg voulait ajouter de nouvelles traditions régionales au patrimoine culturel immatériel fédéral. Parmi celles-ci, on compte le chant traditionnel de Finsterwalder, la cuisson des "Klemmkuchen" faite avec des fers forgés à la main dans les Flandres, la construction artisanale de poêles en faïence à Velten et le Spreewaldkahn, soit l’utilisation de péniches ancestrales, longtemps utilisées comme moyen de transport principal dans les canaux de la Spree. 

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

 

heloise_0

Héloïse Leclercq

Étudiante à Berlin depuis septembre 2021, Héloïse est en double diplôme d'histoire de l'art et en école de commerce. Elle aime découvrir Berlin et ses habitants au travers des événements culturels et artistiques.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale