Lundi 25 janvier 2021
Barcelone
Barcelone

Polémique autour de la nouvelle Loi sur l'Éducation en Espagne

Par Perrine Laffon | Publié le 23/11/2020 à 19:36 | Mis à jour le 24/11/2020 à 11:14
Photo : Jeswin Thomas
loi education espagne

Le gouvernement espagnol a validé une réforme du système éducatif vivement critiquée par l'opposition et par certaines familles. 

 

Dimanche dernier, les rues d'une cinquantaine de villes espagnoles se sont remplies de véhicules lors d'une manifestation convoquée par la plateforme Más plurales créée pour s'opposer à la Loi Celaa sur l'Éducation, approuvée la semaine dernière. Des milliers de familles se sont rassemblées en voiture pour exprimer leur opposition à la réforme éducative, et pour défendre "leur droit d'être libre de choisir l'éducation de leurs enfants".

 

Vers d'avantage d'égalité et de laïcité pour certains


La réforme de l'Éducation lancée par la ministre de l'Éducation Isabel Celaa vise la mise en place d'un système éducatif qui "change l'élitisme pour l'égalité", selon les propres mots de la ministre. Un concept qui a du mal à passer auprès d'une partie des Espagnols. Parmi les principales mesures contemplées par la réforme, l'une d'elles concerne les centres éducatifs privés dits "concertés" : ces centres devront désormais accueillir davantage d'élèves issus de familles à faibles ressources ou d'élèves avec des besoins spécifiques, afin d'équilibrer la répartition des élèves de différents milieux entre le réseau d'éducation public et le réseau de concertés.

Dans la même lignée, l'enseignement public sera favorisé avec l'annonce de l'augmentation progressive du nombre de postes, uniquement dans le réseau d'établissements publics. D'autre part, la Loi Celaa s'efforce d'orienter le système éducatif vers un modèle plus laïc : le cours de religion ne sera plus obligatoire et sa note sera facultative. Une autre mesure très polémique est celle de l'annulation de l'espagnol comme "langue véhiculaire", ce qui signifie que l'espagnol ne serait pas nécessairement choisi comme langue principale de communication pour enseigner dans les régions où coexistent plusieurs langues officielles. 

 

Un frein à la liberté d'éduquer librement pour d'autres


La réforme a été approuvée de justesse jeudi dernier au Congrès des députés espagnols avec un seul vote de plus que la majorité nécessaire, après de vifs échanges entre groupes parlementaires. Le Partido Popular (PP), Vox et Ciudadanos se sont opposés à la réforme. Une partie de l'opposition au gouvernement socialiste, la plus conservatrice, a déjà annoncé son intention de recourir au Tribunal Constitutionnel espagnol afin de bloquer la nouvelle réforme de l'Éducation votée au Congrès. Le représentant du PP Pablo Casado a assuré le recours à la justice pour faire "abroger cette loi parce qu’elle est mauvaise pour l’avenir de nos enfants, mauvaise pour l’unité nationale et mauvaise pour la communauté éducative".

Le porte-parole de Vox a également confirmé l'intention du parti d'extrême droite de saisir le Tribunal Constitutionnel pour s'opposer à cette loi qu'il considère comme "une attaque à l'espagnol, à l'éducation concertée et à l'éducation spécialisée". Dimanche lors de la manifestation des familles lancée par Más Plurales, soutenue par l'opposition, les organisateurs ont exprimé leur rejet de ce qu'ils considèrent comme "une loi partisane et idéologique". Ils refusent que les autorités éducatives puissent "imposer la distribution des élèves dans les centres", et préfèrent laisser "aux familles plutôt qu'à l'Administration le choix du centre qu'elles considèrent le meilleur pour l'éducation de leur enfant". 
 

Nous vous recommandons

perrine laffon

Perrine Laffon

Journaliste et rédactrice web française à Barcelone. Spécialiste de la culture locale et nationale. Suivi de l'actualité catalane, portraits, analyses. Passionnée de voyages et d'Histoire.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Giel358 mer 25/11/2020 - 07:53

La loi Celaa prouve une fois de plus que Pedro Sanchez est juste une marionnette, le pire président de Gouvernement qu'a connu l'Espagne jusqu'à présent. La marionnette des indépendantiste de tout bord lorsqu'il attaque de front la langue espagnole. La marionnette du clown de service (Paglo Iglesias) lorsqu'il attaque de front l'enseignement "concertada". Ce menteur, ce traître à son pays, cet incompétent est prêt à toutes les bassesses pour garder LE pouvoir. L'espoir réside dans les prérogatives du Tribunal constitutionnel puisque la Constitution prévoit que tout espagnol doit apprendre et connaître l'espagnol. Peu probable qu'à la prochaine rentrée scolaire, ce soit le cas dans un nombre non négligeable d'établissements scolaires catalans ou basques. Vivement la chute de cette bande de gauchistes incapables.

Répondre
Commentaire avatar

Sylvie ven 27/11/2020 - 17:42

La chute de ce régime n'est pas proche, malheureusement. Quand les totalitaires prennent le pouvoir par la voie démocratique, ils ne le lâchent plus. Mainmise sur la justice, sur les médias, sur l'école, manipulation de l'histoire. Et les gens se laissent endoctriner, continuent à voter pour ces populistes-communistes et populistes-nationalistes, jusqu'à ce qu'ils se rendent compte que c'est trop tard, que les libertés ont été sérieusement endomagées et que le pays est ruiné. Iglesias est très dangereux, et Sánchez aussi. L'alliance avec ERC et surtout avec Bildu est une honte! Pourquoi la presse européenne n'en parle-t-elle pas? Quelle tristesse, quelle impuissance. Espérons que l'Europe va pouvoir faire quelques chose pour nous. En attendant, il faut protester, ne pas nous laisser faire.

Répondre

Communauté

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER

Exode des expatriés : plus de 90000 Français en moins sur le Registre

Le retour massif des expatriés serait-il réel ? Les derniers chiffres du registre des Français de l’étranger démontrent en tout cas une baisse de plus de 5% en un an de la population expatriée

Vivre à Barcelone

Madrid Appercu
EMPLOI

ERTE: prolongement du chômage partiel accordé jusqu'au 31 mai

Le gouvernement espagnol, les syndicats de salariés et les patronales semblent avoir trouvé un début d'accord afin de prolonger les ERTE qui devaient prendre fin ce mois-ci.

Sur le même sujet