Dimanche 31 mai 2020
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Laurent Colette (DG OM): le passage au Barça, "un gage de crédibilité"

Par Francis Mateo | Publié le 02/03/2020 à 15:37 | Mis à jour le 02/03/2020 à 16:37
Photo : © F. Mateo / Laurent Colette (à droite) avec Philippe Saman, à l'origine du fan-club « OM Nation Barcelona »
laurent colette barcelone

L'inauguration du fan-club « OM Nation Barcelona » s'inscrit dans un plan de développement de l'Olympique de Marseille hors des frontières de l'Hexagone. Interview de Laurent Colette, directeur général de l’OM (et ex-directeur marketing du Barça).


lepetitjournal.com : Que retenez-vous de vos huit années en tant que directeur marketing du Barça ?

Laurent Colette : Ce fut ma première grande expérience dans un club de foot, et ce fut aussi un grand privilège puisque j'étais l'un des premiers directeurs "non catalan" de l'histoire du club. J'ai participé à la restructuration après l'élection de Joan Laporta, qui a modernisé le Barça, et j'ai beaucoup appris en travaillant avec de grands professionnels comme Ferran Soriano, aujourd'hui CEO de Manchester City, ou encore avec Marc Ingla, actuel directeur général de Lille. J'ai participé à cette modernisation en intégrant notamment à partir de 2003 le revenu management, c'est à dire une gestion presque en tant réel comme cela se faisait déjà dans le secteur hôtelier ; dans ce cadre, nous avons développé des techniques de "pricing", créé des tour-opérateurs, établi des commissions... L'une des trouvailles, c'était par exemple de coupler les ventes du Barça-Madrid avec d'autres matchs moins demandés. Et tout cela a permis de booster sensiblement la billetterie. J'ai également été l'un des premiers à mettre sur la table la nécessité de développer une politique internationale, qui est aujourd'hui l'un des principaux atouts du club.


En quoi cela vous est-il utile aujourd'hui à l'OM ?

C'est évidemment un gage de crédibilité vis à vis de mes interlocuteurs, car chacun sait que je parle en connaissance de cause. L'expérience est également utile pour reproduire certains schémas de développement, notamment dans notre politique internationale. Et puis cela permet de ne pas répéter les même erreurs ; pour vous donner un exemple, nous avions récemment à l'OM un nouveau sponsor qui ne payait pas, et nous avons donc décidé de l'attaquer sans attendre, alors qu'on avait plutôt tendance à laisser aller au Barça. La pression a porté ses fruits et le sponsor règle désormais régulièrement son dû. Si mon expérience permet d'éviter les impayés, c'est déjà une très bonne chose ! 


Créer du lien autour de l'Olympique de Marseille

Quelles ont les grandes différences entre les championnats de football français, espagnol et autres grandes ligues européennes ?

La Liga espagnole a très vite compris l’importance du développement international, alors qu'il reste encore beaucoup de travail à faire en ce sens en France. Mais sur d’autres terrains, comme par exemple les stratégies digitales, les clubs français n'ont rien à envier aux autres grands championnats européens. À charge donc pour la Ligue 1 de rattraper le retard au niveau des stratégies internationales où nous sommes encore en quête d'identité ; les grandes équipes de notre championnat s'engagent d'ailleurs déjà sur cette voie et l'Olympique de Marseille y prend sa part. En ce sens, l'Afrique francophone est un espace où nous avons pour ambition d'être toujours plus présents. L'idée étant de créer des liens avec tous ceux qui nous aiment et nous suivent depuis le continent africain. D'autant qu'il y a un vrai potentiel de jeunes talents dans de nombreux pays d'Afrique francophone. Après tout, Marseille est une ville cosmopolite, et nous devrions être capables de faire émerger des joueurs Africains et Nord-Africains, en provenance notamment d'Algérie, du Sénégal, de la Côte d'Ivoire ou d'ailleurs. C'est donc à la fois un enjeu marketing et un enjeu sportif. 


Que représente la création du fan club "OM Nation Barcelona" ?

C'est une bonne nouvelle parce que chaque fan club permet de fédérer et de créer du lien autour de l'Olympique de Marseille. Nous avons déjà une quinzaine de clubs de supporters en Afrique, en Asie et aux États-Unis, et je suis très fier de ce nouveau "OM Nation Barcelona", qui est en plus notre premier fan club officiel en Espagne. Je veux saluer l'engagement du directeur de la CCI française de Barcelone, Philippe Saman, qui est à l'initiative de cette création. Il a déjà réuni une quarantaine de fans en quelques jours. Je ne doute pas que le groupe va s’élargir au fil de la saison et des communications sur les réseaux sociaux. Le premier intérêt, c’est évidemment de susciter la convivialité, même si la création de nouveaux fan clubs, à Barcelone et ailleurs dans le monde, s'inscrit d'une certaine manière dans notre stratégie internationale, car cela participe de cette identité dont je parlais tout à l'heure ; c'est donc un atout supplémentaire pour ce développement.

francis mateo

Francis Mateo

Journaliste spécialisé en économie et tourisme, correspondant pour lepetitjournal.com en Catalogne, Francis Mateo est également directeur des éditions Barnanews.com (Barcelone).
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.

Sur le même sujet