Mardi 19 novembre 2019
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Esprit d'ouverture, au collège Marguerite Yourcenar de Reus

Par Francis Mateo | Publié le 06/10/2019 à 15:41 | Mis à jour le 06/10/2019 à 15:46
collège Marguerite Yourcenar Reus

Le collège français international accueille 270 élèves, avec une classe par niveau de la petite section jusqu'à la seconde. Et toujours en tête le souci de collaboration internationale et d'innovation. Interview de la chef d'établissement, Sylvie Carot. 

 

Quel est le profil des élèves du collège Marguerite Yourcenar ?


Sylvie Carot : Nous avons trois quarts de nationaux pour un quart de Français environ, et la plupart sont binationaux. Les élèves viennent de Reus, Tarragonne, Salou, Cambrils et des villages environnants. Nous sommes une école privée, l'inscription est donc un choix volontaire des familles. Notre établissement est bien évidemment homologué par l’État français, partenaire de l'AEFE, adhérents de la Mission Laïque Française, mais également reconnu par le système espagnol et la Generalitat. Nos élèves peuvent donc entrer en Première et en Terminale où ils le souhaitent pour poursuivre leurs études... Certains vont dans les établissements français de Barcelone ou Saragosse, et une grande partie poursuit dans les "instituts" qui proposent le Batxi-Bac. 


Quelles sont les spécificités de votre établissement ?

Nous sommes dans une vraie démarche qualitative. Nous proposons par exemple quatre langues dès la petite section, en intégrant le catalan, le castillan et l'anglais, avec des professeurs "natifs" comme règle d'enseignement. Nous faisons également partie d'un groupe de recherches en neurosciences associé à Pascale Toscani, pour nourrir en permanence notre réflexion pédagogique dans une démarche de formation continue ; nous travaillons par ailleurs dans le domaine de la communication non verbale, sur les compétences sociales, sur la discrimination positive... Et tout cela selon une certaine philosophie de l'enseignement français autour de l'esprit critique, l'observation et le raisonnement... Voilà quelques unes des spécificités de notre établissement, mais l'un des points les plus importants reste la relation des élèves, qui se côtoient ici depuis leur plus jeune âge, ce qui donne un sentiment de fratrie assez unique. 


Quelles sont les nouveautés de cette rentrée 2019 ?

Nous poursuivons notre démarche de qualité à travers la certification, à la fois dans le cadre de la méthode "3D" française de développement durable, et à travers la labellisation "éco-école" que nous entamons cette année. Nous renforçons par ailleurs nos partenariats avec les États-Unis, le Maroc, le Liban, l'Italie, et bien sûr la France, à commencer par Paris, qui est notre académie partenaire. Nous participons également au programme Alexandra David-Néel (ADN) avec l'idée d'être toujours ouverts sur le monde depuis notre petit coin de Reus, à travers des échanges et des mobilités, comme nous l'avons fait par exemple l'an dernier avec le Lycée français de Bruxelles. C'est dans cet esprit que nous animons une web radio et que nous préparons cette année des classes de découverte avec un établissement de Carcassonne, ainsi qu'un séjour à la neige avec des élèves du Lycée français de Séville. En somme, nous profitons pleinement de la vivacité et l'ouverture liées au réseau des établissements français en Espagne. 

francis mateo

Francis Mateo

Journaliste spécialisé en économie et tourisme, correspondant pour lepetitjournal.com en Catalogne, Francis Mateo est également directeur des éditions Barnanews.com (Barcelone).
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

ENVIRONNEMENT

La Semaine européenne de réduction des déchets en Espagne

L'édition 2019 de la Semaine européenne de réduction des déchets a démarré le 16 novembre pour sensibiliser les consommateurs sur la gestion durable des ressources et la réduction des déchets

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet