TEST: 2238

Un bois précieux bientôt sous protection juridique internationale

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 04/06/2013 à 22:00 | Mis à jour le 13/10/2018 à 03:28

Le phayung est un bois précieux en voie de disparition à cause des coupes illégales et des exportations massives vers la Chine. La semaine prochaine le phayung sera placé sous une protection juridique internationale.

La Convention sur le Commerce International des Espèces de faune et de flore sauvages (CITES) s'apprête à inscrire officiellement le phayung thaïlandais (ou palissandre siamois), sur sa liste des espèces protégées.

Cette inscription oblige la Thaïlande à règlementer le commerce de ce bois précieux en délivrant des licences d'exploitation et des certificats d'exportation. Un contrôle rigoureux de l'abattage doit permettre d'assurer la pérennité de l'espèce. Un non respect des règles peut entrainer des sanctions pour le pays signataire de la convention.

Theerapat Prayurasiddhi, directeur adjoint du Département du Parc National, a déclaré au Bangkok Post daté du 4 juin que les textes législatifs seraient prêts dans quatre mois.

Bien qu'il soit illégal de couper ces arbres, la Thaïlande ne disposait pas jusqu'alors d'un arsenal juridique permettant le contrôle des exportations. En 2012, les gardes forestiers ont confisqué près de 6000 grumes de phayung et près de 4000 sur les cinq premiers mois de l'année.

Depuis 2006, on assiste à une augmentation de l'abattage du phayung expliquée par une forte demande chinoise pour ce bois utilisé pour réparer les bâtiments de style ancien. Par ailleurs, "le bois de rose" est un symbole de prospérité pour le peuple chinois. L'abattage est pratiqué notamment par des Cambodgiens qui traversent la frontière pour se joindre à des gangs locaux.

Le ministère des Ressources naturelles indique que 638 trafiquants de bois précieux ont été arrêtés l'an dernier dont 338 cambodgiens et 279 Thaïlandais.

Le saccage est particulièrement grave dans l'Isan et dans le complexe forestier Phayayen Khao, un site du patrimoine mondial.

Du reste, Theerapat Prayurasiddhi a déclaré que la délégation thaïlandaise va soumettre le problème lors du Comité du patrimoine mondial de l'Unesco qui se tiendra au Cambodge à partir du 16 juin prochain.

Cette mesure de conservation de ce bois précieux intervient alors que la Thaïlande souffre d'un problème de déforestation massive.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale