TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS - La Thaïlande clouée au pilori par les États-Unis

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 19/06/2013 à 22:00 | Mis à jour le 17/12/2018 à 13:50

Le rapport du Département américain sur le travail forcé – doux euphémisme de l'esclavage – est accablant pour la Thaïlande. Les autorités thaïlandaises sont pointées du doigt.

 Le rapport annuel du département d'État américain sur le trafic humain a maintenu la Thaïlande au niveau 2 pour la quatrième année consécutive indiquant qu'aucune amélioration n'avait été constatée. Luis C. de Baca, l'ambassadeur américain chargé de la lutte contre la traite des êtres humains, explique que sur les 44 pays de niveau 2 "seulement six de ces pays - la Thaïlande, l'Afghanistan, la Barbade, le Tchad, la Malaisie et les Maldives - feront l'objet d'une rétrogradation automatique l'année prochaine à moins qu'ils s'améliorent".

Le rapport décrit la Thaïlande comme "une source, une destination et un pays de transit pour les hommes, les femmes et les enfants soumis au travail forcé et au trafic sexuel". Ce document, dont le Bangkok Post fait état,  soutient que la demande pour le tourisme sexuel en Thaïlande alimente la traite aux fins d'exploitation sexuelle commerciale, y compris la traite des enfants. Les jeunes femmes du nord de la Thaïlande et les migrants en provenance des pays voisins sont les plus vulnérables.

Le rapport critique le gouvernement thaïlandais pour avoir omis de fournir des services spécialisés pour les enfants victimes de la traite sexuel et de faire trop peu pour protéger les droits des victimes. Le commerce sexuel n'est pas la seule cible du rapport qui dénonce le sort réservé aux travailleurs dans la pêche. "Des hommes originaires de l'Asie du sud sont victimes de la traite sur des bateaux de pêche thaïlandais, où ils restent en mer pendant plusieurs années, impayés et battus pour travailler 18 à 20 heures par jour, sept jours par semaine", affirme le Département d'Etat américain.

Il souligne de graves lacunes dans l'identification des victimes de la traite et dans la poursuite des trafiquants visant directement "la corruption qui demeure largement répandue parmi le personnel thaïlandais de l'application des lois". Le rapport précise que le gouvernement thaïlandais a indiqué avoir procédé à 305 enquêtes en 2012, mais que seulement 27 cas ont donné lieu à 10 condamnations. Malgré quelques efforts en la matière, la Thaïlande n'a donc pas réussi à redorer son image aux yeux du Département d'État américain.

FP (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) vendredi 21 juin 2013
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale