Lundi 22 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Trafic de drogue en Asie du Sud-est: l’ONU tire la sonnette d’alarme 

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 29/05/2018 à 00:00 | Mis à jour le 29/05/2018 à 04:44
Triangle

Les pays du Triangle d’Or doivent renforcer leurs efforts dans la lutte contre la corruption et collaborer étroitement pour endiguer la production, record, de méthamphétamine et les gangs impliqués dans le trafic de drogue en Asie du Sud-Est, a recommandé l’ONU, lundi. 

De Bangkok à Brisbane, les autorités récoltent régulièrement d’énormes quantités de pilules de méthamphétamine, connues aussi sous le nom de “yaba” et sa version plus pure et plus puissante appelée “ice”. 

Elles viennent du "Triangle d’Or", une zone montagneuse sans loi aux confins de la Chine, la Birmanie, le Laos et la Thaïlande, qui est la deuxième région plus grande productrice de drogue au monde. 

Ses laboratoires sont principalement localisés sur le territoire birman, dans l’Etat Shan en proie à des conflits et ne comptent pas les heures. Ils aident les gangs du crime organisé dans leur quête de nouveaux marchés aussi lointains que l’Australie ou le Japon. 

Des énormes quantités de méthamphétamine d’une valeur estimée de 40 milliards de dollars par an transitent par le Triangle d’Or avec la complaisance de forces de l’ordre et de contrôles aux frontières corrompus. 

“Garantir la gouvernance et l’Etat de droit sera crucial pour pouvoir espérer une réduction à long terme de la production et du trafic de drogue” a déclaré Jeremy Douglas, représentant régional du bureau des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) en Asie du Sud-Est et au Pacifique. 

“Pour être franc, cela signifie aussi de s’attaquer à la corruption et aux vulnérabilités qui permettent au crime organisé de continuer à étendre ses opérations”, insiste-t-il. 

Jeremy Douglas s’exprimait à Naypyidaw, la capitale birmane, lors d’une rare réunion régionale des policiers et fonctionnaires, dans le but d’élaborer une nouvelle stratégie pour combattre le fléau de la drogue. 

Ces derniers mois, plusieurs soldats birmans ont été arrêtés avec des quantités importantes de yaba, en direction du Bangladesh. 

Les autorités birmanes se disent prêtes à coopérer avec leurs voisins pour endiguer le flux de drogue et les précurseurs chimiques utilisés par les laboratoires de cuisson dans l’Etat de Shan. 

“L’élaboration d’une stratégie dans cette région pour stopper l’afflux de produits chimiques  dans les zones productrices de drogue du Triangle d’Or est une priorité absolue pour nous” a déclaré le vice-ministre de l’Intérieur de la Birmanie, le Major-général Aung Soe. 

De plus, une augmentation de l’offre de drogue a fait chuter les prix, le comprimé de yaba étant aujourd’hui estimé à deux dollars à son prix le plus bas en Thaïlande, et à 7 dollars à Singapour, selon les chiffres de l’ONUDC, suscitant des craintes sur les taux de dépendance. 

L’agence des Nations unies a également exhorté les gouvernements de chaque pays du Triangle d’Or à lutter contre le blanchiment d’argent, à partager davantage de renseignements sur les gangs de trafiquants de drogue et à offrir une réhabilitation communautaire aux toxicomanes et petits commerçants plutôt que la prison.

Lire aussi Drogue en Asie : niveaux alarmants de trafic de méthamphétamine dans la région du Mékong

0 Commentaire (s)Réagir