THAILANDE – L’armée intervient contre les chemises rouges, une centaine de blessés, 2 morts

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 14/04/2009 à 01:02 | Mis à jour le 15/12/2018 à 14:03
manif chemises rouges Thailande

Alors que débutaient les fêtes du Nouvel an bouddhiste, l'armée est intervenue hier dans plusieurs secteurs de Bangkok pour déloger les chemises rouges de leurs sites de manifestations. Certains lieux prévus pour les célébrations ont été fermés, mais les festivités ont tout de même eu lieu dans la capitale tandis que les affrontements entre militaires et manifestants ont fait 2 morts et une centaine de blessés
Voir aussi nos photos et vidéos

(Bangkok) - Jets de cocktails Molotov et tirs d'armes à feu : le début des célébrations du nouvel an bouddhiste n'aura pas suffi à calmer la confrontation entre les chemises rouges pro-Thaksin et l'armée.
Des soldats thaïlandais, armés de fusils automatiques, ont fait battre en retraite des manifestants hier à Bangkok, les acculant près du siège du gouvernement, au terme d'une journée de violence et d'anarchie qui a fait au moins 2 morts et une centaine de blessés.
Toute la journée, les manifestants ont érigé des barricades et se sont battus contre l'armée à coups de cocktails molotov et de pavés dans plusieurs quartiers de la capitale, incendiant de nombreux autobus, ainsi qu'un bâtiment du ministère de l'Education.

(Photo Pairoj/AFP)

Rafales de sommation, gaz lacrymogènes et bus "fous"
A l'aube, les militaires étaient intervenus pour disperser les manifestants à l'intersection de Din Daeng faisant au moins 101 blessés, selon un bilan annoncé par le principal service de secours.
Les affrontements se sont ensuite poursuivis en fin de matinée autour de Victory Monument et sur Ratchaprarop jusqu'en milieu d'après-midi. Quelques centaines de chemises rouges avaient bloqué plusieurs des avenues qui mènent à la place principale, à l'aide de bus de ville réquisitionnés. Ils avaient également positionné des camions-citernes contenant du gaz liquide en face du centre commercial King Power, près de Victory Monument, et d'un complexe résidentiel de Din Daeng, en menaçant de les faire exploser. Ils les ont finalement déplacés dans l'après-midi.
L'armée a progressivement repoussé les "chemises rouges"en utilisant des gaz lacrymogènes et en tirant des rafales de sommation à l'arme automatique. Les manifestants, eux, ont envoyé des bus "fous"sur les militaires, en bloquant le volant et l'accélérateur.
En fin de journée, l'armée annonçait avoir repris le contrôle de 5 secteurs : Victory Monument, où le trafic a redemarré en partie, le carrefour de Tuek Chai, celui de Makkasan, la zone en face de la chaine T.V. Channel 5 et le carrefour de Din Daeng.

Dernier objectif, le siège du gouvernement 
Les violences ont épargné jusqu'ici la manifestation principale, devant le siège du gouvernement, où quelque 4.000 "chemises rouges"-surnom des partisans de l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra- restaient massées dans la soirée, selon un officier.
Des centaines de soldats ont pris position sur une place située à proximité des bureaux du Premier ministre. Selon le même porte-parole de l'armée, les militaires cherchaient à faire converger en ce seul et même endroit tous les protestataires éparpillés dans Bangkok, et à les encercler.
Le but des militaires est "de faire en sorte que l'objectif principal devienne la manifestation près du siège du gouvernement. Nous leur demanderons de se disperser", a expliqué sur CNN le Premier ministre Abhisit Vejjajiva.
Deux hommes de 19 et 54 ans ont été tués par balles et plusieurs autres blessés au cours d'une rixe entre manifestants et résidents du voisinage, selon des sources hospitalières.
Le porte-parole du gouvernement a affirmé que des mesures allaient être prises pour sécuriser les ports et les aéroports.
Plusieurs pays ont mis en garde leurs ressortissants contre les déplacements à Bangkok. L'ambassade de France à Bangkok rappelle qu'il n'y a pas de menace directe pour la sécurité des étrangers mais leur recommande de rester à leur domicile ou à leur hôtel jusqu'à ce que la situation soit clarifiée.

E.M. mardi 14 avril 2009

Voir en page 2 Les événements d'hier en photos et vidéos
{mospagebreaktitle=Les événements d'hier en photos et vidéos}

Photos Pierre QUEFFELEC
{smoothgallery folder=images/stories/2009/04/bangkok/manif}

Vidéos Pierre QUEFFELEC

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale