Thai Airways sollicite un prêt d'urgence de 1,6 milliard d’euros

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 01/05/2020 à 03:03 | Mis à jour le 01/05/2020 à 03:09
Photo : REUTERS/Amr Abdallah Dalsh (archives)
Thai-Airways-A380-Suvarnabhumi

Thai Airways International PCL prévoit de solliciter un prêt d'urgence de 58,1 milliards de bahts (1,63 milliard d’euros) pour maintenir la trésorerie et passer la crise du coronavirus, selon un document de la compagnie aérienne détaillant le plan.

Le prêt-relais proposé, garanti par le ministère des Finances -l’actionnaire majoritaire de Thai AIrways- a été approuvé mercredi par un comité présidé par le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha et doit être soumis dès la semaine prochaine au Cabinet pour approbation, a révélé à Reuters une personne impliquée dans la décision de solliciter le prêt.

Les médias thaïlandais ont rapporté que la compagnie aérienne cherchait à obtenir un prêt de plusieurs milliards de bahts. Le document vu par Reuters révèle le plan détaillé du transporteur.

Après le prêt, la déjà très déficitaire compagnie aérienne prévoit de lever 77,04 milliards de bahts de capital en émettant de nouvelles actions aux alentours de novembre et d'en utiliser le produit pour rembourser le prêt plus les intérêts, ainsi que pour maintenir la liquidité, selon le document.

Contactée par Reuters, Thai Airways n'a fait aucun commentaire. Les ministères des finances et des transports n'ont pas non plus répondu aux demandes de commentaires. L'authenticité du document a été confirmée par deux personnes impliquées dans la décision de demander le prêt, mais qui ont refusé d'être identifiées car elles n'étaient pas autorisées à parler aux médias.

Le transporteur thaïlandais, qui fête son 60e anniversaire cette année, était déjà confronté à des difficultés financières avant l'épidémie de coronavirus et signalait des pertes depuis 2017.

La THAI a suspendu ses vols en mars alors que la demande de voyages s'effondrait en raison des restrictions sur les déplacements imposées par les gouvernements du monde entier pour ralentir la propagation du nouveau coronavirus. Le président du groupe a peu après démissionné, moins de deux ans après être entré en fonctions.

Selon le plan, Thai Airways recevra progressivement des fonds d'urgence en fonction des besoins opérationnels, a indiqué l'une des personnes proches de l’affaire.

La compagnie aérienne réduira sa flotte pour faire passer le nombre d'avions de 103 à 84 d'ici 2024, et le types d’appareils de sept à six, selon le document qui annonce également des licenciements parmi ses 21.000 employés.

La compagnie aérienne recherche également des partenaires et envisage de scinder des activités telles que la restauration et l'ingénierie, toujours selon le document.

Les actions qui seraient mises en vente - qui réduirait la participation du ministère des Finances à moins de 50% contre 51% actuellement - pourraient trouver acquéreurs parmi des banques publiques et des fonds publics, a déclaré la personne en contact avec Reuters.

En vertu de la loi thaïlandaise, les entreprises détenues directement à plus de 50% par les pouvoirs publics sont considérées comme des entreprises d'État et sont soumises à une réglementation supplémentaire, notamment en matière de gestion et de travail.

Les décisions d'investissement importantes telles que l'achat d'avions nécessitent l'approbation de plusieurs agences gouvernementales et exposent la compagnie aérienne - dont les présidents sont généralement nommés à des fins politiques et n’ont pas ou peu d’expérience dans l’aviation - à des influences extérieures.

La dilution de l'actionnariat du gouvernement permettra à Thai Airways de fonctionner de manière plus dynamique, estiment des experts.

"Rompre avec la réglementation des entreprises d'État est un bon signal qui pourrait conduire à une amélioration de la gestion et à conjurer l'influence politique", souligne Ben Kiatkwankul du cabinet conseil Maverick Consulting Group.

"Cependant, la compagnie aérienne va devoir surmonter la résistance de vieilles pratiques et traditions profondément ancrées et faire appel à un leadership professionnel avec une solide expérience dans l’aviation pour réussir."

Comme Thai Airways, la Thaïlande elle-même est fortement tributaire des voyageurs. La deuxième économie d'Asie du Sud-Est devrait perdre 1,3 billion de bahts, principalement dans le secteur du tourisme, en raison de la situation du nouveau coronavirus, qui a infecté plus de 3 millions de personnes dans le monde et fait plus de 225.000 morts.
 

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

JPSIAM ven 01/05/2020 - 05:08

Cette superbe compagnie par son sérieux et la qualité de ses services s'en sortira quand tout monde paiera sa place dans l'avion aussi bien en Première qu'en Classe Affaire.

Répondre
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale