Vendredi 3 juillet 2020

Sondage: La confiance des entreprises asiatiques au plus bas en 11 ans

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 18/06/2020 à 03:08 | Mis à jour le 18/06/2020 à 10:53
covid confiance entreprise asie

Le climat des affaires au sein des entreprises asiatiques a chuté à son niveau le plus bas en 11 ans au deuxième trimestre, selon une enquête de Thomson Reuters / INSEAD.

Alors que l'impact initial de la pandémie s’était déjà reflété dans un précédent sondage en mars, un nouveau pointage au début du mois juin affiche une chute d'un tiers de l’échelle pour s'établir à 35. Il s’agit de la deuxième fois seulement que l'indice Thomson Reuters / INSEAD Asian Business Sentiment passe sous la barre des 50 depuis la création de l'enquête au deuxième trimestre de 2009.

Un indice supérieur à 50 indique des perspectives positives. La dernière fois que l'indice s’est trouvé sous les 50 remonte à ses tout débuts, il avait atteint 45.

Environ 16% des 93 entreprises interrogées estiment qu'une aggravation de la récession est un risque majeur pour les six prochains mois, plus de la moitié s'attendant à une baisse des effectifs et des volumes d'activité.

"Nous avons mené cette enquête lorsque les choses allaient vraiment mal", a confié Antonio Fatas, professeur d'économie basé à Singapour à la Global Business School INSEAD, à propos de l'enquête réalisée entre le 29 mai et le 12 juin.

"Nous pouvons constater ce pessimisme total qui se propage à travers les secteurs et les pays d'une manière que nous n'avons jamais vue auparavant."

Indice du climat des affaires en Asie en juin 2020

De nombreux pays assouplissent les mesures sanitaires liées au Covid-19, mais les craintes persistent de voir une nouvelle vague d'infections miner de nouveau les économies étouffées par des semaines de restrictions sur l’activité humaine. Un peu plus de 8 millions de personnes ont été infectées par le nouveau coronavirus, soit 0,1% de la population.

Après des semaines sans voir quasiment aucune infection nouvelle, la Chine a enregistré quelques dizaines de nouveaux cas ces derniers jours, faisant tressaillir les fébriles marchés boursiers. La Corée du Sud enregistre également un léger regain d’infections après avoir réussi à contenir l’épidémie dans un premier temps.

Ce sont des entreprises de 11 pays d'Asie-Pacifique qui ont répondu à l'enquête Thomson Reuters / INSEAD, parmi lesquelles le groupe hôtelier thaïlandais Minor International, le constructeur automobile japonais Suzuki Motor Corp, le constructeur sous-traitant taïwanais Wistron Corp et Oil Search, inscrit en bourse en Australie - les entreprises interrogées peuvent changer d'un trimestre à l'autre.

Pas de reprise en V

La Chine, premier pays où le nouveau coronavirus a été détecté, a indiqué que la production industrielle s'était accélérée en mai pour le deuxième mois consécutif, mais l’augmentation plus faible que prévu laisse penser que la reprise demeure fragile.

"Cela nous indique que la reprise prendra du temps et qu'il ne s'agira pas d'une reprise en V", a déclaré Jeff Ng, expert stratégiste à la HL Bank.

Les gouvernements ont déroulé d'impressionnantes mesures de relance pour soutenir les économies en difficulté. Singapour et Hong Kong, parmi les économies les plus ouvertes d'Asie, ont soutenu des secteurs tels que l’aviation qui subissent de plein fouet les restrictions sur le voyage.

La semaine dernière, la Réserve fédérale américaine a déclaré qu'elle maintiendrait probablement son taux d'intérêt de référence près de zéro jusqu'en 2022, signalant qu'elle s'attendait à ce que le chemin vers la reprise soit long.

Mais les récessions dans la plupart des grandes économies pourraient être encore plus graves que prévu cette année, si l’on en croit les sondages Reuters effectués auprès de plus de 250 économistes publiés fin mai.

Chaiyapat Paitoon, directeur de la stratégie chez Minor International (MINT), qui exploite des marques telles que Marriott et Four Seasons et tire l'essentiel de ses revenus d'Europe, a déclaré que la société avait pris plusieurs mesures d'économie pour minimiser l'impact sur ses bénéfices.

"Les principales priorités de MINT sont de survivre, de se stabiliser et de se développer", a déclaré Paitoon.

Morgan Stanley dit s'attendre à un changement macroéconomique à l’issue de la pandémie.

"Chaque grand ralentissement laisse une marque sur les bilans macro. Les assouplissements fiscaux significatifs concédés signifient que les ratios de la dette du secteur public sur le produit intérieur brut devraient augmenter au cours des deux prochaines années", ont déclaré les économistes de Morgan Stanley dans un récent rapport.

0 Commentaire (s)Réagir