Un avocat dénonce les soirées tardives de Phuket, cinq policiers sur le grill

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 18/04/2022 à 00:00 | Mis à jour le 18/04/2022 à 05:26
Photo : Pierre Janvot (archives)
Patong-Phuket-nuit

Un avocat thaïlandais a posté Samedi sur Facebook une vidéo d’une soirée dans un hôtel de Phuket, dénonçant l’inaction suspecte de la police. Cinq officiers du commissariat de Patong sont sur le grill

Cinq officiers de la police de Patong à Phuket ont été transférés temporairement au siège régional en attendant les conclusions d’une enquête sur des allégations de corruption en lien avec des soirées tardives au-delà des heures légales qui se tenaient notamment dans un hôtel de l’île. 

L’affaire est sortie au grand jour samedi, lorsqu’un avocat, Sittra Biabangkerd, a publié un clip vidéo de 3 minutes sur sa page Facebook disant qu'il avait reçu plusieurs plaintes de résidents de Phuket selon lesquelles le Patong Bay Hill Resort Hotel ouvrait régulièrement depuis des années ses bars au-delà de l'heure de fermeture légale, rapporte le Bangkok Post.  

L’affaire est sortie au grand jour samedi, lorsqu’un avocat, Sittra Biabangkerd, a publié un clip vidéo de 3 minutes sur sa page Facebook disant qu'il avait reçu plusieurs plaintes de résidents de Phuket selon lesquelles le Patong Bay Hill Resort Hotel ouvrait régulièrement depuis des années ses bars au-delà de l'heure de fermeture légale, rapporte le Bangkok Post.

L’avocat explique dans son post que ses clients ont fait appel à lui car leurs plaintes pour nuisance sonore auprès de la police n’ont jamais abouti. Il dit avoir lui-même informé les autorités mais qu'aucune mesure n'a été prise. Il s’est donc rendu sur place pour se rendre compte par lui-même et a pu filmer une soirée rassemblant plusieurs centaines de personnes qui se serait déroulée jusqu’au bout de la nuit selon son message. Il demande alors comment de telles fiestas peuvent être organisées régulièrement sans que la police ne puisse être au courant et ne fasse rien. Surtout dans une période de crise épidémique alors que la Thaïlande est sous état d’urgence depuis deux ans. I

Il n’est pas rare en Thaïlande que des patrons de bars ou autres établissements nocturnes payent des dessous de table aux policiers du quartier pour pouvoir ouvrir tard dans la nuit au-delà des heures légales. Une pratique répandue et largement acceptée qui n’a manifestement pas trop souffert malgré la pandémie de Covid-19.

Cela d’autant que la crise sanitaire en Thaïlande est avant tout une crise économique. L’action de l’avocat a d’ailleurs suscité la colère de quelque 50 employés de l’hôtel qui ont organisé avec le soutien de confrères une manifestation soulignant la précarisation du secteur du tourisme et leur crainte de perdre leur emploi.

Pendant ce temp-la, un peu plus au nord dans le Golfe de Thaïlande, la fameuse "Full moon" de Koh Phangan rassemblait plus de 10.000 personnes qui ont dansé toute la nuit.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale