La liesse de Songkran cherche à braver les interdits, mais la police veille!

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 14/04/2022 à 00:00 | Mis à jour le 14/04/2022 à 21:51
Photo : Pierre QUEFFELEC - De jeunes touristes et Thaïlandais à Chiang Mai ont décidé mercredi d’ignorer les restrictions imposées sur les jeux d'aspersion d'eau pour Songkran
Songkran à Chiang Mai

Malgré les restrictions imposées sur les batailles d’eau dans la rue en Thaïlande durant le nouvel an bouddhique, la police a dû intervenir mercredi pour disperser plusieurs rassemblements festifs

La police thaïlandaise a rappelé mercredi aux amateurs de grandes batailles d’eau dans les rues durant Songkran, le nouvel an bouddhique, que violer l'interdiction sanitaire actuellement en vigueur était passible d’amendes voire de peines de prison, rapporte le journal The Nation.

Les autorités en charge de gérer la crise sanitaire en Thaïlande ont en effet interdit pour cette année les habituels rassemblements festifs sur l’espace public, ainsi que l’aspersion d'eau durant toute la semaine de Songkran, du 12 au 17 avril. Mais la police a dû intervenir mardi et mercredi, notamment à Chiang Mai et Phuket, pour disperser des groupes de jeunes touristes et locaux qui avaient décidé de célébrer Songkran de la manière la plus ludique qui soit, à savoir s’asperger à l’envi sous le beau soleil de Thaïlande armés de pistolets à eau et autres instruments lanceurs de liquide.

Le Bangkok Post rapporte que le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha s’en est ému et a rappelé la responsabilité qui incombe aux gouverneurs de province de familiariser les touristes avec l'interdiction sur les jeux d’eau sur la place publique durant Songkran.

Des policiers thailandais interviennent pour disperser des jeunes ayant brave l'interdiction de jeux d'eau pour Songkran
La police et les militaires thaïlandais sont intervenu mercredi devant la porte de Taphae à Chiang Mai pour disperser un groupe de jeunes qui avait décidé d’ignorer les restrictions imposées durant Songkran. Photo Pierre QUEFFELEC

Le Nouvel An bouddhique est célébré en Thaïlande du 13 au 15 avril. Selon la tradition, durant ces trois jours, les Thaïlandais retournent auprès de leur famille, font un grand ménage dans la maison, se rendent au temple et font acte de respect envers leurs aînés et patrons par un rituel appelé Rod nam dam hua (รดน้ำดำหัว) qui consiste à verser un peu d’eau parfumée sur les mains. La coutume comporte également un aspect ludique qui consiste à s’asperger gentiment d’eau entre amis en se souhaitant mutuellement une vie heureuse.

Les douves entourant le centre historique de Chiang Mai durant Songkran 2022
Les douves de Chiang Mai, habituellement le théâtre de grandes scènes de liesse avec d’interminables orgies d'eau durant Songkran, étaient très calmes mercredi en raison de l'interdiction sanitaire. Photo Pierre QUEFFELEC

Mais avec le développement du tourisme international, les aspects les plus joyeux de cette tradition ont été amplifiés ces dernières décennies pour donner lieu à des batailles d’eau géantes faisant intervenir toute la gamme des pistolets à eau -jusqu’à la lance à incendie !- dans un grand mouvement de liesse collective qui dure toute la journée et peut déborder sur une partie de la nuit dans certains endroits.

Or, ce glissement culturel qui éclipse plus ou moins la tradition ancestrale n’est pas vraiment du goût de l’establishment ultra-conservateur qui s’est installé au pouvoir en 2014 par un coup d’Etat, et dont l’une des missions est de ramener la société vers un respect plus strict des traditions.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale