RÉFUGIÉS – Les Rohingyas logés de façon inhumaine en Thaïlande selon HRW

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 20/08/2013 à 22:00 | Mis à jour le 21/11/2018 à 16:15

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch critique la Thaïlande pour les conditions d'accueil qu'elle infligerait aux réfugiés de la communauté apatride.

Les Rohingyas sont considérés comme l'une des communautés les plus persécutées au monde selon l'ONU. Depuis l'ouverture économique et démocratique de la Birmanie en mars 2011, ils tentent de fuir les violences ethniques et religieuses dont ils sont victimes sur le sol birman. Ils seraient 800.000 au Myanmar.

L'un de leurs points de chute est la Thaïlande voisine. Et les choses ne s'y passent pas très bien. Le royaume “abrite” actuellement 17.000 membres de cette communauté musulmane. Ces boat people sont parqués dans des camps de fortune dans le Sud. La Thaïlande aimerait bien leur trouver un nouveau pays d'accueil. Problème, ni la Malaisie, ni l'Indonésie ne se précipitent pour être cette alternative, de peur d'un afflux trop massif.

Dès lors, la situation de ces voyageurs en transit s'éternise. La Thaïlande ne trouve pas de solution et s'en désole. Human Rights Watch (HRW) critique les conditions d'hébergement offertes aux Rohingyas dans le royaume. Selon le Bangkok Post (20 août), HRW les qualifie d'“inhumaines”. Ce que réfute le gouvernement thaïlandais. L'organisation internationale de défense des droits de l'homme s'oppose également à ce que ces réfugiés soient déplacés dans des camps à la frontière birmane, comme le suggèrent les autorités thaïlandaises. Elle craint des conditions encore plus dures. La population locale thaïlandaise, située à proximité de la frontière avec la Birmanie, ne veut pas, non plus, en entendre parler. Elle a manifesté en ce sens à plusieurs reprises ces dernières semaines.

La situation est donc inextricable d'autant que la Birmanie traine des pieds pour récupérer des réfugiés qu'elle ne considère pas être des Birmans, mais des Bangladais. Pour ne rien arranger, 86 Rohingyas se sont évadés d'un camp thaïlandais dans le district de Sadao de la province de Songkhla lundi 19 août. Le 9 août, dans ce même district, 38 Rohingyas avaient déjà faussé compagnie à leurs gardiens. Seulement deux ont depuis été repris.

LB (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) mercredi 21 août 2013

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale